Search

Comment guérir de l’irritabilité?

Ici-bas, nous faisons face à toutes sortes de situations, heureuses comme malheureuses; des situations qui nous remplissent de magnifiques souvenirs comme celles qui constituent pour nous, de rudes épreuves. Tel est le déroulement de  notre passage sur terre, et il prend une nouvelle tournure d’autant plus intéressante lorsque nous rencontrons Jésus. Suivre Dieu n’est pas facile, faire preuve de douceur pour relativiser encore moins. Plusieurs ont perdu en chemin toute douceur et en sont à s’irriter pour tout et (généralement) pour rien, avec pour conséquences logique, des relations tendues avec tout leur entourage.

C’est pourquoi aujourd’hui nous allons dans cet article parler des solutions que  Dieu nous propose pour arriver  progressivement à bout de cette maladie de l’âme qu’est l’irritabilité et que l’on doit cesser de minimiser.

Avec un peu de patience

Éphésiens 4 : 2 (BDS) « Soyez toujours humbles, empreints de douceur et patients, supportez-vous les uns les autres avec amour »

Lorsqu’on parle d’irritabilité, on parle de vie associative, de cohésion, de communion fraternelle, de partage et de communication. Pourquoi ? Eh bien car l’irritabilité rend impossible toutes ces formes d’interactions et bien d’autres. Dès le moment où l’on est régulièrement sujet à ce sentiment de frustration ou de colère provoqué par des futilités ou pas, les autres préfèrent nous éviter, ce qui a pour effet de nous faire passer à côté de l’une des parties prenantes de ce qui constitue la vie chrétienne; à savoir le fait d’être ensemble et de s’aiguiser mutuellement dans la foi.

La solution est d’apprendre à remplir sa coupe avec de l’eau, et pas n’importe laquelle, celle qui vient du ciel et qui permet de calmer des situations délicates. C’est l’eau de l’Esprit qui produit en nous la patience, qui nous permet de vivre ensemble dès l’instant où elle devient notre source d’inspiration. Nous réagissons maintenant en fonction d’elle, qui nous permet de gérer l’adversité en élargissant notre point de vue. Ainsi,  nous cessons de nous focaliser sur nous, pour apercevoir les autres et voir au-delà de l’actuel.

Proverbes 15 : 1 (LSG) « Une réponse douce calme la fureur, mais une parole dure excite la colère. »

Avec un peu d’amour 

Hébreux 13 : 1 (LSG) « Persévérez dans l’amour  fraternel »

Nous pouvons cultiver la patience mais si elle n’est pas basée sur l’amour, tout ce que nous faisons n’a alors aucun sens (1 Corinthiens 13 : 13, LSG). L’amour est la fondation même de qui est Dieu, la raison pour laquelle nous avons été créés, la puissance par laquelle nous sommes aujourd’hui sauvés et le cœur même de la mission que Jésus nous a confiée. C’est difficile d’aimer les autres et Dieu ne nous a jamais demandé de nous forcer à le faire. C’est Lui qui manifeste cet amour au travers de nous. Il ne nous reste plus qu’à prier afin que Sa vie nous remplisse, et que partant, Son amour coule facilement de nous vers les autres.

Avec un peu de confiance 

Philippiens 4 : 13 (LSG) «  Je puis tout par celui qui me fortifie »

Comme je disais tantôt, Dieu ne nous a jamais demandé de nous forcer à quoi que ce soit, mais toujours de nous reposer sur Lui. Quand nous crions haut et fort que nous y arriverons car le Saint-Esprit est avec nous et qu’au moment même où Il doit entrer en action nous n’agissons que par nous dans un souci de contrôle absolu, à quel moment ce passage de Philippiens prendra t-il vie ? Eh bien jamais, car nous disons compter sur Dieu, Lui faire confiance quand en fait ce n’est pas le cas.

Etre chrétien, ce n’est pas être le plus fort en tout et pour tout mais savoir admettre devant Dieu que l’on est faible et vulnérable. C’est reconnaître en toute honnêteté que l’on ne peut pas arriver à bout de toutes les situations. Très souvent, il nous arrive de nous retrouver submergés. Mais dès l’instant où nous reconnaissons notre faiblesse, le Seigneur et Sauveur prend tout son sens et devient: ‘ quand je suis faible, je suis en fait fort par Christ, car là  où sont mes limites Sa puissance à Lui commence à s’exercer ‘. Tout ça pour dire que si l’on n’arrive pas à aimer et que c’est trop dure pour nous, il suffit de s’adresser à Dieu afin qu’Il prenne la relève et crée alors au-dedans de nous, ce vouloir et ce pouvoir aimer.

En somme, avec un peu de patience, sous couvert de beaucoup d’amour transmis par Dieu et d’une confiance indéfectible en l’Esprit de Dieu, l’irritabilité n’aura qu’à bien se tenir ! Reçois tout mon soutien et mon amour mon frère ou ma sœur du bout du monde. Pluie de grâces sur toi !

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close