Search

L’heure de Dieu est la meilleure : C’est quand l’heure de Dieu ?

Nous sommes nombreux à attendre que l’heure de Dieu sonne enfin, pour telle ou telle autre chose qu’Il nous ait promise. Plusieurs attendent l’heure de Dieu pour leur mariage, les enfants, l’emploi, la guérison, la restauration, leur ministère, etc. L’agenda de Dieu doit être bien rempli, quand on considère tous ceux qui L’attendent impatiemment. De toute évidence, Il doit être très occupé vu tout ce qu’il y a à faire ! La vérité c’est qu’il n’en est rien ; Dieu est dans Son repos et Il attend que tu l’y rejoignes.

Après avoir tout créé, la Bible nous dit que Dieu se reposa au septième jour (Genèse 2 :2). De ce repos, Il dut sortir après la chute de l’homme, pour rétablir les choses et le réconcilier avec Lui, par le sacrifice de Son unique Fils, Jésus-Christ. A la fin de cette noble Mission, ce dernier s’écria : « Tout est accompli ». Et quand la Bible dit « tout » c’est vraiment « tout » ; il est important de le reconnaître et de l’intégrer car de ça dépend tout le reste. En Jésus-Christ, Dieu nous a déjà bénis de toutes sortes de bénédictions, de sorte qu’il n’y a rien dont nous puissions avoir besoin qui ne se trouve en Lui (Ephésiens 1 :3). Il ne s’agit pas des choses à faire ; il s’agit des choses déjà faites qu’il faut accepter, recevoir, posséder, etc., pour en jouir. Attendre que Dieu vienne faire ce qu’Il a déjà fait, c’est se condamner à attendre longtemps.

L’heure de Dieu c’est Quand alors ?

C’est quand tu es prêt

Comprendre cela fait que l’attente change de camp. En vérité, ce n’est pas nous qui attendons Dieu mais c’est plutôt Lui qui nous attend. C’est la révélation qu’il nous faut, pour passer d’attentiste à actif, alors que nous sommes dans l’espérance de la manifestation de ce qui nous est promis. Bien souvent, nous avons été bras croisés à attendre que Dieu fasse en notre faveur ce qu’Il a promis, quand il Lui plaira enfin. Quand tu comprends que c’est déjà fait et que tu dois le manifester, ton attitude change en conséquence. Ton temps d’attente n’est pas fixé par Dieu ; Dieu a fixé une saison pour que tu entres en possession de ce qui t’est promis mais il ne tient qu’à toi que cette saison soit aujourd’hui même, demain ou dans dix ans. En pratique, ton temps d’attente correspond au temps qu’il te faut pour être prêt à recevoir ou à manifester ce qui est déjà.

Exode 13 :17-18 (LSG) « Lorsque Pharaon laissa aller le peuple, Dieu ne les conduisit point par le chemin du pays des Philistins, quoique le plus proche ; car Dieu dit : Le peuple pourrait se repentir en voyant la guerre, et retourner en Egypte. Mais Dieu fit faire au peuple un détour par le chemin du désert, vers la mer Rouge… »

Les commentateurs disent qu’il ne fallait pas plus de onze jours pour rejoindre la terre promise, si le peuple avait pris le chemin le plus proche. Mais il fit quarante ans dans le désert, soit un temps complet. Est-ce Dieu qui n’avait pas encore préparé la terre promise ? Est-ce donc Dieu qui n’était pas prêt à la leur donner en héritage selon Sa promesse ? Avait-Il besoin de plus de temps pour s’ajuster ? La réponse est non, bien évidemment. Le peuple n’était pas encore prêt. Ils avaient été esclaves toute leur vie, ne connaissaient rien à la guerre et surtout ne connaissaient pas encore suffisamment leur Dieu. Il leur fit faire donc un détour par le désert pour les y préparer, leur révéler Sa puissance à travers miracles, signes et prodiges et surtout leur enseigner à Lui faire confiance et à dépendre de Lui en tout.

De même, il y a des choses que nous ne sommes pas encore prêts à recevoir ou à manifester, tout simplement. Nous n’attendons donc pas que Dieu fasse, c’est plutôt Lui qui attend que nous soyons prêts et veille à nous apprêter par diverses circonstances par lesquelles nous passons. Son but, que nous soyons le plus tôt possible en possession réelle de notre héritage. Après bien sûr, le « quand » dépend de nous. Pour hâter ce moment, il nous faut grandir dans le caractère, la discipline, la manifestation de la foi, etc. Nous avons donc plus à faire que de juste croiser les bras et attendre que Dieu fasse !

C’est l’heure de ta maturité

Galates 4:1 (LSG) « Or, aussi longtemps que l’héritier est enfant, je dis qu’il ne diffère en rien d’un esclave, quoiqu’il soit maître de tout »

L’heure de Dieu, c’est l’heure de ta maturité. Il a fixé un temps pour que tu sois réellement maître de tout et ce temps, c’est le temps de ta maturité. La maturité correspond à une saison de ta vie ; ce n’est pas une date au jour près. Il n’y a que dans les livres de droit que la maturité est associée à un âge. En vérité, la maturité c’est un état d’esprit, c’est un caractère bâti non par le nombre d’années à l’église mais par la profondeur de l’intimité avec Dieu. Dans nos assemblées même, il n’est pas rare de voir des nouveaux convertis qui portent davantage de fruits que les « anciens » de l’église.

Tant que tu demeures enfant, l’héritage est déjà disponible mais tu n’en jouiras pas. Tu n’attends donc pas que Dieu fasse, c’est plutôt Lui qui attend que tu croisses. La maturité élargit tes perspectives ; tu commences à voir plus loin que le bout de ton nez. En conséquence, même ta façon de prier change. Nous en avons un bel exemple avec Anne qui fut exaucée dès lors qu’elle est devenue suffisamment mature pour cesser de ne considérer que ses désirs égoïstes – avoir un fils parce que sa coépouse en a et la mortifie – pour rencontrer les besoins de Dieu (Lire l’histoire dans 1 Samuel 1). La maturité t’amène à arrêter les prières de « bébés » car elles ne peuvent engendrer que des « choses de bébés ». Notre problème quand nous sommes immatures, c’est que nous voulons engendrer des choses d’adultes par des prières de bébés. Ça ne marche pas ! Et pour faire des prières d’adultes, prières d’autorité, il faut le caractère qui va avec.

Certains comprennent mal le verset d’Ecclésiaste 3 :11 (LSG) qui dit : « Il (Dieu) fait toute chose bonne en son temps… ». Ils en déduisent alors que Dieu a un temps où Il fait les choses ; ce n’est pas vraiment dans ce sens qu’il faut interpréter ce verset, dans ce contexte précis. Le temps dont il est question ici, ce n’est pas le temps de Dieu mais le temps de la chose. Dieu n’a pas de temps ; il est en dehors du temps, il est dans l’éternité. Le temps est pour la matière. Pour mieux comprendre ce verset, il faut remonter plus haut dans Ecclésiaste 3:1 (LSG) qui stipule : « Il y a un temps pour tout, un temps pour toute CHOSE sous les cieux ». Notons qu’il est dit un temps pour toute CHOSE, pas un temps pour Dieu. Le temps de la chose que tu attends, c’est le temps de ta maturité.

C’est quand tu décides d’agir

L’une des caractéristiques de la maturité, c’est qu’elle te pousse à passer à l’action quand il le faut. Le Livre de Josué 14 nous révèle une histoire pleine de révélation à ce sujet.

Caleb fait partie des espions que Moïse envoya explorer la terre promise. Alors que tous les autres ont décrié le pays pour dissuader le peuple à s’y aventurer, Caleb et Josué sont les seuls à avoir rendu un bon rapport avec droiture de cœur et foi. Cela a poussé Moïse à déclarer cette parole à l’endroit de Caleb :

Josué 14:9 (LSG) « Et ce jour-là Moïse Jura, en disant : le pays que ton pied a foulé sera ton héritage à perpétuité, pour toi et pour tes enfants, parce que tu as pleinement suivi la voie de l’Eternel, mon Dieu. »

Seulement voilà ; quarante-cinq ans se sont écoulés et même après la conquête de la terre promise et la distribution du territoire aux tribus, personne n’est venu taper à la porte de Caleb pour lui remettre son dû. Il était héritier de la riche montagne d’Hébron mais vivait comme un individu quelconque, sans portion sur la terre promise, alors que les ennemis jouissaient de son bien. Il en a été ainsi durant des années, jusqu’à ce qu’il ne décide d’aller réclamer ce qui lui revenait de droit. La suite du passage déclare : Josué bénit Caleb, fils de Jephunné, et il lui donna Hébron pour héritage (Josué 14 :13 LSG). Plus bas dans le chapitre, on peut lire comme il a mis en déroute les occupants illégaux de ses terres pour en devenir maître, pour de vrai.

Le Livre de 1 Samuel 30 nous donne un autre exemple avec David face au pillage de Tsiklag par les Amalécites. Ils avaient tout brûlé de la ville et avaient fait prisonniers les femmes et tous ceux qui s’y trouvaient. Notons qu’aussi longtemps que David est resté dans l’inaction et les pleurs, les ennemis étaient toujours maîtres des siens et de tout ce qu’il possédait. La situation en revanche a été tournée en sa faveur, lorsqu’il décida de consulter l’Eternel pour poursuivre les ennemis. La Bible nous déclare qui bâtit les Amalécites et revint avec tout ce qui était à lui, en plus du butin de ses ennemis (1 Samuel 30 :18-19).

Même les quelques fois dans la Bible où Dieu précise le nombre d’années pour la délivrance, on le voit avec le peuple d’Israël en esclavage en Egypte et aussi lors de la déportation à Babylone, ce temps peut être dépassé si personne ne se lève dans la prière, pour ensuite passer à l’action selon les instructions de l’Eternel.

Certaines situations de ta vie restent justement inchangées, parce que tu ne te décides pas à agir ! Pendant que tu dis attendre l’heure de Dieu pour ta délivrance, c’est en réalité Lui qui attend que tu dises STOP !

6 comments

  1. Waooooo. Gloire à Dieu. Merci pour ta plume. C’était le timing. Dieu est Juste venir me répondre au travers de toi. C’était ECCLESIASTE 3v11 il m a donné ce matin je lisais mais ne comprenait pas trop ce qu’il voulait me dire mais les écailles viennent d être otées . Sois béni.🙇‍♂️

Write a response

Répondre à Hermine Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close