Search

05 Principes à apprendre de la vie de Josué

Spread the love

S’il y a bien un personnage biblique qui m’a le plus marqué, en dehors du Seigneur Jésus, c’est bien celui de Josué. Le récit de son histoire me fascine du début à la fin, tellement il est riche d’enseignements, d’anecdotes et de principes. Ce n’est donc pas un hasard que le livre de Josué soit aussi un de mes livres préférés dans la Bible.

En fait, au tout début de ma marche avec Christ, le Seigneur a utilisé ce livre pour faire des précieux dépôts dans ma vie, par rapport à la personne que j’étais mais aussi par rapport à la personne qu’Il m’appelait à devenir, par Sa grâce. Et depuis, je ne cesse de faire monter des actions de grâces envers Son trône pour la richesse inouïe de Sa sagesse infiniment variée, autour de ce personnage que le Saint-Esprit a inséré dans les écritures pour nous édifier (2 Timothée 3 : 16). Alors avant de voir quelques principes majeurs que nous pouvons tirer de sa vie, prenons d’abord le temps de voir qui était Josué.

Fils de Nun, de la tribu d’Ephraïm et successeur de Moïse comme chef des enfants d’Israël, Josué fut le serviteur fidèle de son maître. Il fut aussi celui qui conduisit le peuple à la victoire contre Amalek à Rephidim dans la vallée, pendant que sur la montagne, Aaron et Hur soutenaient les bras de Moise (Exode 17 : 8-16). Et à la mort de Moise, serviteur de l’Éternel, Josué obtint la grâce et le privilège de lui succéder, afin de mener le peuple à la conquête de Canaan, la terre promise, là où coulent le lait et le miel. Son nom comporte la même racine hébraïque que celui du Seigneur Jésus : « Yehowshuwa », ce qui fait de lui l’ombre du Seigneur, dans l’ancienne alliance.

Voici quelques-uns des principes que nous inspire sa vie :

1. La soumission

Avant de connaître l’élévation, il faut d’abord apprendre l’humilité, car celle-ci précède la gloire (Proverbes 15 : 33). La Bible nous enseigne aussi qu’avant d’exercer l’autorité, il faut soi-même être une personne soumise. En effet, dans Romains 13 : 1 (LSG) l’Apôtre Paul, inspiré du Saint-Esprit déclare : « Que toute personne soit soumise aux autorités supérieures ; car il n’y a point d’autorité qui ne vienne de Dieu, et les autorités qui existent ont été instituées de Dieu ». Josué est l’archétype du serviteur qui choisit de se soumettre à son maître depuis sa jeunesse (Nombres 11 : 28). Quand il fallait combattre les Amalécites, Josué a répondit présent (Exode 17 : 9-14). Quand il fallait donner un rapport sur l’ambiance dans le camp, on retrouvait encore Josué (Exode 32 : 17). Quand Moise monta à la montagne pour rencontrer l’Éternel, Josué alla avec lui (Exode 24 : 13). Et quand Moise quittait la tente de rencontre pour retourner au camp, « son jeune serviteur, Josué, fils de Nun, ne sortait pas du milieu de la tente » (Exode 33 : 11). Plus tard, quand Moise voulut envoyer les douze (12) espions explorer la terre promise, Josué était du groupe, y compris Caleb (Nombres 13 : 16). Les deux, furent les seuls à rendre un bon rapport, rempli de foi envers l’Éternel des armées, contrairement aux dix (10) autres émissaires (Nombres 14 : 6-9). Aussi, tout naturellement, après la soumission, vinrent la consécration, l’élévation et la gloire. C’est lui qui fut choisi par l’Éternel pour diriger Son peuple et le conduire vers la terre promise (Nombres 27 : 18-21).

Si nous acceptons de marcher nous aussi, avec soumission entre frères mais aussi envers les différentes autorités que Dieu a établies sur nous, l’Éternel nous élèvera en temps opportun, pour accomplir Ses projets ici-bas (1 Pierre 5 : 5-6).

2. L’obéissance

Josué était non seulement soumis à Moise jusqu’à la mort de ce dernier, mais il a aussi fait preuve d’obéissance hors faille envers l’Éternel, qui lui avait dit dans Josué 1 : 7 (LSG) : « Fortifie-toi seulement et aie bon courage, en agissant fidèlement selon toute la loi que Moïse, mon serviteur, t’a prescrite ; ne t’en détourne ni à droite ni à gauche, afin de réussir dans tout ce que tu entreprendras ». Et pour cela, il fallait que Josué médite la Parole de Dieu au quotidien. Ainsi dans Josué 1 : 8 (LSG) l’Éternel poursuivit en disant : « Que ce livre de la loi ne s’éloigne point de ta bouche ; médite-le jour et nuit, pour agir fidèlement selon tout ce qui y est écrit ; car c’est alors que tu auras du succès dans tes entreprises, c’est alors que tu réussiras ». Et l’on découvre combien l’obéissance envers l’Éternel était précieux aux yeux de Josué, quand les écritures déclarent à son sujet dans Josué 11 : 9 (LSG) : « Josué les traita comme l’Éternel lui avait dit ». Ce qui l’emmènera à déclarer à la fin de sa vie, dans Josué 24 : 15 (LSG) : « Et si vous ne trouvez pas bon de servir l’Éternel, choisissez aujourd’hui qui vous voulez servir, ou les dieux que servaient vos pères au-delà du fleuve, ou les dieux des Amoréens dans le pays desquels vous habitez. Moi et ma maison, nous servirons l’Éternel ». Josué avait compris que l’obéissance à l’Éternel était la seule issue pour marcher dans la victoire, et pour vaincre les ennemis d’Israël. C’est ainsi qu’il veilla à renouveler l’alliance du peuple avec l’Éternel avant sa mort (Josué 24 : 25-28). Nous aussi devrions apprendre à marcher en alliance avec l’Éternel, pour avoir le dessus sur tous les géants et les défis dans notre vie (Jacques 4 : 7).

3. Le courage

40 ans plutôt, la peur des géants avait paralysé tout le peuple d’Israël, aux portes de la terre promise. Josué qui avait toujours été un serviteur loyal et soumis à son maître et à l’Éternel, avait désormais la mission d’emmener la deuxième génération du peuple, à la conquête de la terre promise. C’est ainsi que Moise d’abord, ensuite l’Éternel lui donnèrent ceci comme ordre : « Fortifies-toi et prend courage ». On retrouve cet ordre pas moins de six (06) fois dans la Bible (Deutéronome 31 : 7 ; Deutéronome 31 : 23 ; Josué 1 : 6). Il fallait qu’il soit fort et rempli de courage pour servir de modèle et d’exemple à cette multitude qui avait accepté de lui obéir, sur le chemin de Canaan. Et comme garanti, l’Éternel avait promis de lui donner, à lui et au peuple, tout lieu que foulera la plante de leur pied, et que personne ne leur résistera puisqu’Il sera toujours avec lui, sans jamais l’abandonner (Josué 1 : 2-5). Josué se satura d’abord de la Parole de Dieu, tout en veillant à ne jamais la quitter, comme il ne quittait pas non plus la tente de rencontre du vivant de Moise.

Il commença d’abord par déléguer l’autorité (Josué 1 : 10), et à préparer la foule (Josué 1 : 11). Et il tint aussi sa promesse de rappeler aux tribus à l’est du Jourdain d’aider leurs frères de l’ouest du jourdain à combattre (Josué 1 : 12-15). Nous savons aussi que Josué a été rempli de courage à cause de ses actions tout au long du livre. Il conduisit les enfants d’Israël sur la terre promise, les aida à vaincre tous leurs ennemis au cours de treize (13) batailles livrées, et finit par répartir le pays entre les tribus. Il avait du courage, en effet, et son courage était basé sur la Parole fidèle de Dieu.

C’est ce type de courage que chacun de nous doit aussi démontrer dans sa marche avec Dieu, en veillant accomplir la mission que Dieu lui confie, et en obéissant scrupuleusement à Sa parole (Jean 15 :7).

4. Les exploits avec Dieu

Josué a fait beaucoup d’exploits avec Dieu et pour Dieu. A Jéricho, Josué par son obéissance aux instructions prophétiques de l’Éternel a permis au peuple de faire écrouler la muraille et prendre possession de la ville, sans combattre, juste avec des louanges, des cris et des sons de trompettes (Josué 6 : 1-21). Et pour Dieu, il arrêta aussi la marche du soleil et de la lune, pour achever de vaincre les ennemis d’Israël, avant la tombée de la nuit.

Josué 10 : 12-15 (LSG) : « Alors Josué parla à l’Éternel, le jour où l’Éternel livra les Amoréens aux enfants d’Israël, et il dit en présence d’Israël : Soleil, arrête-toi sur Gabaon, et toi, lune, sur la vallée d’Ajalon ! Et le soleil s’arrêta, et la lune suspendit sa course, Jusqu’à ce que la nation eût tiré vengeance de ses ennemis. Cela, n’est-il pas écrit dans le livre du Juste ? Le soleil s’arrêta au milieu du ciel, et ne se hâta point de se coucher, presque tout un jour. Il n’y a point eu de jour comme celui-là, ni avant ni après, où L’Éternel ait écouté la voix d’un homme ; car L’Éternel combattait pour Israël. Et Josué, et tout Israël avec lui, retourna au camp à Guilgal ».

Nous aussi sommes appelés à faire des exploits pour Dieu. Car; l’Éternel ne nous envoie jamais les mains vides, alors qu’il nous demande de chasser les géants encore présents sur notre territoire. Ouvrons juste nos cœurs, et soyons à l’écoute de Ses directives, et le monde saura que nous servons le Dieu vivant nous aussi (Psaumes 60 : 14 ; 108 : 14).

5. La sanctification

Josué n’a perdu qu’une seule bataille, celle contre Aï, suite à la désobéissance d’Acan, qui avait osé toucher aux butins de guerre de Jéricho, que l’Éternel avait pourtant dévoué par interdit. Cet évènement avait attristé Josué, au point qu’il déchira ses vêtements (Josué 7 : 6). Après cela, l’Éternel lui répondit dans Josué 7 : 10 ; 13 (LSG) « L’Eternel dit à Josué : Lève-toi ! Pourquoi restes-tu ainsi couché sur ton visage ? … Lève-toi, sanctifie le peuple ». Et parce que ce souvenir avait laissé un goût amer dans le cœur de Josué et ses contemporains, l’Éternel nous fait cette promesse dans Osée 2 : 15-17 (LSG), si nous choisissons nous aussi de laisser tomber la voie de la rébellion : « C’est pourquoi voici, je veux l’attirer et la conduire au désert, et je parlerai à son cœur. Là, je lui donnerai ses vignes et la vallée d’Acor, comme une porte d’espérance, et là, elle chantera comme au temps de sa jeunesse, et comme au jour où elle remonta du pays d’Égypte. En ce jour-là, dit l’Éternel, tu m’appelleras : Mon mari ! et tu ne m’appelleras plus : Mon maître ! J’ôterai de sa bouche les noms des Baals, afin qu’on ne les mentionne plus par leurs noms ».

Josué est mort dans toute sa vigueur, à l’âge de 110 ans, après avoir installé les douze (12) tribus d’Israël dans leurs territoires respectifs, de part et d’autre du Jourdain. Il a marché en alliance avec l’Éternel, c’est-à-dire dans l’obéissance et la sanctification jusqu’à la fin de sa vie, et il finit par obtenir le prestigieux titre du serviteur de l’Éternel (Josué 24 : 29).

Comme Josué, quelles que soient les luttes ou les batailles qui se présentent dans nos vies, nous pouvons être forts et avoir du courage – non pas parce que nous sommes intrinsèquement courageux, mais parce qu’en tant que croyants, notre courage est ancré dans les promesses inaltérables de Dieu. Nous pouvons être forts et courageux parce que « dans toutes ces choses nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés » (Romains 8 : 37). Le Seigneur Jésus a promis : « Voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde » (Matthieu 28 : 20). En vérité, Dieu a promis : « Je ne te quitterai jamais, et je ne t’abandonnerai jamais » (Hébreux 13 : 5).

Voilà pourquoi j’aime le livre de Josué. Il m’a permis de vaincre la peur, de marcher avec courage, en ayant la conscience continue que le Seigneur est TOUJOURS avec moi, autour de moi, à mes côtés. Quel bonheur!

1 comment

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close