Search

10 conseils pour entretenir la fraternité dans le service à Dieu

1 Thessaloniciens 5.14 : « Nous vous en prions aussi, frères, avertissez ceux qui vivent dans le désordre, consolez ceux qui sont abattus, supportez les faibles, usez de patience envers tous. »

Parce que nous ne sommes pas seulement frères de Christ, parce que l’amour de Dieu nous a rassemblés en une famille, parce que par le sang de Jésus qui nous a rachetés, nous avons été reconnectés à Dieu le père, nous sommes cohéritiers de Christ en tant qu’enfants du Seigneur.

Le devoir de tout bon chrétien est aussi de veiller au bonheur et à la quiétude de sa famille, en soutenant les frères dans le besoin, sans créer de discorde ni de mésentente, sans juger et sans diminuer les autres. A quoi cela sert-il de prêcher l’amour de Dieu si nous ne sommes pas capables de manifester cet amour envers nos semblables ? A quoi cela sert-il d’évangéliser si l’on est pas capable d’entretenir sa famille ?

De nos jours, la plupart des chrétiens sont habités par l’orgueil qui se manifeste notamment par un complexe de supériorité. Les uns se croient les plus oints tandis que d’autres se croient les plus zélés. La maturité spirituelle n’est plus une quête spirituelle sincère mais plutôt une compétition hasardeuse au milieu de l’église qui finira par perdre le peuple de Dieu si nous n’en prenons pas conscience. Une famille en désaccord est une famille dans laquelle le diable peut s’infiltrer. Seuls des liens soudés peuvent se présenter comme un obstacle à l’ennemi. « Diviser pour mieux régner », telle est la devise du malin.  Pour y arriver, il essaie d’activer les gangrènes et de semer la discorde afin de nous opposer, nous détruire et nous influencer. Chrétiens, cessons la distraction et armons nous d’amour et des fruits de l’Esprit pour fortifier l’église, pour une église véritable, sincère et un dans l’Esprit de Dieu.

Être chrétien n’est ni un titre ni une nomination, il s’agit du statut véridique qui sous-tend la dévotion et l’obéissance que nous adressons à l’Eternel. Il ne s’agit pas d’un concours où l’on doit écraser ses adversaires mais il s’agit d’une lutte, la lutte pour le salut des âmes. L’objectif étant de ramener le plus d’âmes possible vers Jésus. C’est à nous, fils et filles qu’incombe la responsabilité d’aider nos frères et sœurs à trouver le bon chemin.

Que les plus forts aident les plus faibles car nous sommes mutuellement responsables les uns des autres. Le salut n’est pas un bien égoïste encore moins individuel. Plus le désir de supériorité et de « m’as-tu vu ? » sera supérieur à l’amour, plus l’église stagnera. Des soldats en  désaccord sont des soladats qui s’apprêtent pour une défaite. D’où l’importance de la tempérance, de l’amour, de la solidarité, des enseignements, de la compassion, du soutien et de la prière. Que le diable ne sème point la haine et la rancune dans nos cœurs.

Voici comment s’assurer de cultiver un lien fraternel au milieu de notre famille en Christ :

1- Nous sommes tous égaux

Le baptême est le moyen par lequel nous nous consacrons à L’Éternel, affirmant d’un cœur repenti et audacieux que nous sommes tous uns, fils de Dieu au-delà des différences raciales, ethniques et sociales. Nous avons les mêmes droits et les mêmes devoirs et en cela nous sommes égaux. Personne n’est supérieur à quiconque dans le cœur de Dieu à tel point qu’Il aime même les païens.

1 Philémon 16 : «  non plus comme un esclave, mais comme supérieur à un esclave, comme un frère bien-aimé, de moi particulièrement, et de toi à plus forte raison, soit dans la chair, soit dans le Seigneur. »

2- Communiquons L’amour

Jean 13.34 : «  Je vous donne un commandement nouveau: Aimez-vous les uns les autres; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres. »

3- Débordons des fruits de l’Esprit

Galates 5 : 22 : « Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance; la loi n’est pas contre ces choses. »

4- Ne portons pas de regard accusateur

Matthieu 7.1-5 : « Ne jugez point, afin que vous ne soyez point jugés. Car on vous jugera du jugement dont vous jugez, et l’on vous mesurera avec la mesure dont vous mesurez. Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n’aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil? Ou comment peux-tu dire à ton frère: Laisse-moi ôter une paille de ton œil, toi qui as une poutre dans le tien? Hypocrite, ôte premièrement la poutre de ton œil, et alors tu verras comment ôter la paille de l’œil de ton frère »

5- Sachons demander pardon

Hébreux 10.18 : « là où il y a pardon des péchés, il n’y a plus d’offrande pour le péché ».

6- Ayons la sagesse d’Esprit de pardonner

Colossiens 3.13 : « Supportez-vous les uns les autres, et, si l’un a sujet de se plaindre de l’autre, pardonnez-vous réciproquement. De même que Christ vous a pardonné, pardonnez-vous aussi ».

7- La correction fraternelle

Proverbes 10.17 : « Celui qui se souvient de la correction prend le chemin de la vie, Mais celui qui oublie la réprimande s’égare »

8- Éviter les comparaisons et les critiques négatives

Car chacun a son histoire, tous n’ayant pas reçu et accepté Jésus au même moment, tous n’ayant pas le même parcours, chacun avance progressivement dans sa communion avec Dieu. La maturité spirituelle est une quête de chaque instant, et de vase de terre à vase d’or, il y a un parcours. Ne soyons pas hautains de la situation spirituelle de notre frère. Aidons-le par des enseignements et un encadrement.

9- Ne pas s’assujettir à la médisance et à la jalousie

1 Corinthiens 3.3 : « En effet, puisqu’il y a parmi vous de la jalousie et des disputes, n’êtes-vous pas charnels, et ne marchez-vous pas selon l’homme? » Car la jalousie freine les actions de L’esprit en nous et nous maintient dans une dimension de chair, réjouissons nous du bonheur des autres.

10- N’ayons cesse de nous soutenir

Romains 12.15 : « Réjouissez-vous avec ceux qui se réjouissent; pleurez avec ceux qui pleurent. »

Chrétiens, ne vivons pas dans ce monde où on juge chaque individu pour avoir péché car nous sommes, nous aussi, des créatures imparfaites. Nous vivons dans le monde sans en faire partie. N’excellons pas dans les pratiques vaines et malsaines. Soyons le sel de la terre, la semence de l’espoir, soyons l’épaule qui console et la bouche qui conseille et partage à tous La Parole. Aussi, loin de replier la famille chrétienne sur elle-même, la fraternité dans le service de Dieu nous aide dans le renoncement de soi, et le dessein d’unité familiale désirée par le Seigneur.

Ainsi, il est écrit, en Colossiens 3. 12-15 : « Ainsi donc, comme des élus de Dieu, saints et bien-aimés, revêtez-vous d’entrailles de miséricorde, de bonté, d’humilité, de douceur, de patience. Supportez-vous les uns les autres, et, si l’un a sujet de se plaindre de l’autre, pardonnez-vous réciproquement. De même que Christ vous a pardonné, pardonnez-vous aussi. Mais par-dessus toutes ces choses revêtez-vous de la charité, qui est le lien de la perfection. Et que la paix de Christ, à laquelle vous avez été appelés pour former un seul corps, règne dans vos cœurs. Et soyez reconnaissants ».

En somme, c’est dans la plénitude du dépôt du Saint-Esprit en nous que seront communiqués l’amour et la solidarité à Ses disciples. Alors, voulons-nous être dans le plan de Dieu ou des marionnettes dans les mains du malin ?

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close