Search

A quelle fréquence doit-on jeûner ?

Jeûner, c’est se priver volontairement de manger et ou de boire, de façon totale ou partielle. C’est un temps où l’on humilie son âme, une période où l’on traite durement son corps en le privant de certaines choses charnelles, afin de se tourner vers des choses plus spirituelles. La Parole décrit ce jour comme étant un jour agréable à Dieu.

Dans la bible, il existe divers types de jeûnes notamment : le jeûne de 40 jours réalisé par Moïse et le Seigneur Jésus ; le jeûne d’Esther (un jeûne de 3 jours) ; le jeûne partiel de Daniel (le jeûne aux légumes de 10 jours et celui de 21 jours sans mets délicats).

Il est nécessaire de relever que ces exemples de jeûnes cités plus haut, ne sont pas des règles d’or à suivre coûte que coûte. En effet, le jeûne va bien au-delà de la privation du manger et du boire. Il est aussi possible de se priver et de jeûner de certaines choses que nous affectionnons. Mais, s’il est vrai que nous avons quelques pistes sur les types de jeûnes que nous pouvons pratiquer, il y a-t-il une fréquence à laquelle nous devons humilier notre âme par le jeûne ?

En règle générale, il n’y a pas de rythme de jeûne imposé. Comme nous l’avons vu, il y a certes dans la Bible différents types de jeûnes, mais la Bible ne nous impose pas de fréquence particulière. Elle nous révèle plutôt l’attitude à avoir lorsque nous jeûnons.

Dans le livre d’Esaïe, le chapitre 58 nous éclaire sur les comportements à proscrire lorsque nous jeûnons, tels que se disputer, se quereller, se mettre en colère, demeurer dans nos penchants ou nos travers. Nous devrions plutôt veiller à notre témoignage et poser certains actes auxquels Dieu prend plaisir, comme manifester la générosité, l’hospitalité, la compassion, etc.

En plus de cela, lorsque nous jeûnons, nous devons également avoir une certaine attitude. En effet, le jeûne, ce n’est pas le paraître mais plutôt un cœur à cœur avec notre Dieu.

Matthieu 6 :17-18 (LSG) « Lorsque vous jeûnez, ne prenez pas un air triste, comme les hypocrites, qui se rendent le visage tout défait, pour montrer aux hommes qu’ils jeûnent. […] Mais quand tu jeûnes, parfume ta tête et lave ton visage, afin de ne pas montrer aux hommes que tu jeûnes… »

Oui, nous ne jeûnons pas pour nous prouver quelque chose et encore moins pour montrer aux autres que nous sommes «spirituels». Comme nous venons de le lire, cela déplaît au Seigneur. Le fait de jeûner est un élan du cœur ; c’est un temps où l’on choisit de se mettre à part. Un temps où l’on décide de se priver de diverses choses, pour passer plus de temps avec le Seigneur et aller en profondeur dans notre communion avec Lui.

Concernant la fréquence à laquelle le faire, tout dépend de la relation que nous entretenons avec Dieu. Par moment, nous pouvons ressentir une conviction dans notre cœur, le Saint-Esprit peut nous mettre à cœur de jeûner sur une période donnée et pendant un certain temps. A d’autres moments, nous pouvons nous lever le matin sans avoir prévu de jeûner et là, le Seigneur nous convainc de le faire. Lui seul sait pourquoi ; Il est omniscient, nous devons Lui faire confiance et ne pas résister au Saint-Esprit.

Cela dit, il arrive que dans certaines communautés, des jeûnes soient décidés. La plupart du temps c’est le visionnaire, en d’autres termes, le berger qui sous la direction du Saint-Esprit soumet un temps de jeûne sur une certaine période et la plupart du temps avec des modalités bien précises. Alors certes, c’est vrai que jeûner est une histoire de conviction personnelle, mais il faut aussi garder à l’esprit que la soumission et l’obéissance sont très importantes pour notre croissance spirituelle.

Nous devons aussi apprendre à faire confiance aux autorités établies par le Seigneur. Si ces dernières reçoivent des instructions pour nous, ou pour notre communauté, nous devons nous montrer obéissants et flexibles. Néanmoins, il arrive que pour certaines raisons (traitements médicaux ou autres), l’on ne soit pas en mesure de suivre certaines modalités à la lettre. En toutes choses, il est primordial de faire attention et d’agir avec sagesse.

Outre le fait de se priver du manger, du boire, ou de toute autre chose que nous affectionnons, jeûner n’est pas un acte religieux, mais plutôt un cœur à cœur avec le Seigneur. Nous jeûnons par conviction, et cette conviction découle de la relation personnelle que nous entretenons avec Dieu. Notre Père Céleste a une relation particulière avec chacun de Ses enfants. De façon personnelle ou communautaire, le Saint-Esprit peut nous mettre à cœur le type de jeûne à faire ou encore à quelle fréquence jeûner. Nous ne sommes donc pas obligés de calquer ou de «copier-coller » un jeûne pour être agréables à Dieu. Certes, nous pouvons librement nous inspirer de certains jeûnes vus dans la bible ou autour de nous, tout en veillant sur nos motivations.

Il est essentiel d’être attentif aux instructions du Seigneur. Jeûner, c’est humilier notre âme devant Lui, afin de nous recentrer sur l’essentiel. De plus, le fait de jeûner sera toujours à notre avantage, car lorsque nous jeûnons, bien que notre être extérieur s’affaiblit, notre homme intérieur lui, se renouvelle et se fortifie.

2 comments

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close