Search

Comment appréhender et vaincre la solitude ?

Suite à des persécutions, à l’épuisement psychologique, à des circonstances éprouvantes ou au doute ; suite à une baisse de tension et de courage, à l’amertume, à l’apitoiement, et à la rancœur, beaucoup de chrétiens s’isolent, se confinent, se soustraient du monde, afin de se réfugier dans une profonde réclusion destructrice. Il est donc primordial de savoir qu’en tant qu’enfants de Dieu, nous ne sommes plus seuls car le Christ est pour nous et avec nous. La solitude est le moyen par lequel le malin essaye de nous enfoncer en nous décourageant et en nous soumettant à la tentation. S’isoler c’est faire preuve d’autosuffisance. Or, notre existence ne peut se contenter que de ce que nous sommes car c’est en L’Éternel seul que la vie prend son sens.

D’emblée, nous devrons analyser la raison pour laquelle notre âme est meurtrie, l’identifier et la comprendre. Il est clair que l’on ne peut surmonter quelque chose que l’on a pas assimilé. En général, c’est le lâcher-prise, le doute, la peur, les craintes, l’impatience qui engendrent un Sentiment de déception et de repli sur soi.

Il faut retenir que ces diverses émotions offensent le cœur de Dieu car nous limitons Son action dans nos vies. Décider d’être seul ou se croire seul est une manière de restreindre l’impact de Dieu. Pourquoi L’Éternel agirait-il si nous ne voulons ni le laisser agir ni le laisser agir en son temps ? Il nous laisse toujours le libre-arbitre, et pourquoi choisir de se passer de lui ? C’est ce que provoque la solitude, l’autarcie, car prétendre qu’on s’autosuffit revient à affirmer que l’on n’a pas besoin de Dieu.

La seule manière de briser la chaîne du doute et de la solitude est de réaliser l’immensité de l’amour de Dieu. Pourquoi continuer de laisser le diable avoir le dessus? Pourquoi le laisser influencer nos pensées surtout sachant que nous connaissons la vérité? Pourquoi vouloir porter tous ces fardeaux alors que Jésus est mort et ressuscité pour nous ? Avons-nous seulement une réponse qui pourrait justifier cela? Je ne crois pas. Commençons par nous livrer au processus d’intimité avec Dieu. Quittons la dimension de la chair. Réalisons la grandeur du privilège que nous avons, d’être couverts de la grâce divine. Soyons simplement des sommités spirituelles. Autrement dit, soyons en étroite relation avec Dieu. Aimons Dieu pas seulement quand il déverse sur nous une pluie de bénédictions mais aussi et surtout quand tout semble aller mal. Ne soyons pas des enfants opportunistes qui respectent leur père uniquement quand il nous couvre de ses bienfaits. Pour vaincre le sentiment d’abandon, il faut faire s’élever notre foi car Dieu ne nous abandonne pas c’est nous qui le limitons.

En somme, la délivrance est possible et est le désir du Seigneur, car il veut nous sauver. Toutefois, cette consolation n’est envisageable que si nous laissons l’accès à Dieu afin qu’il agisse.

Alors se reposer sur Jésus ou demeurer dans le chagrin ?

1 comment

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close