Search

Comment devient-on raciste ?

PARTAGER L'ARTICLE SUR

Le monde a été secoué dernièrement par la mort de Georges Floyd, survenue aux États-Unis dans des circonstances qui ne peuvent laisser personne indifférent. Cet évènement a remis sur la table la question du racisme, qui continue d’exister malheureusement dans notre monde, à l’an 2020 de notre ère. L’indignation que l’on ressent est tout à fait normale, nous voulons un monde meilleur pour nos enfants, où leur couleur de peau ne va pas jouer en leur défaveur.

Mais il est important de se demander comment ces attitudes naissent, comment un homme en arrive à discriminer un autre être humain à cause de la couleur de sa peau. La réponse à cette question nous aidera à aborder la question avec plus de sagesse, et surtout avec la vision de Dieu.

Nul ne naît raciste !

Genèse 1 : 27, 28, 31 (LSG) « Dieu créa l’homme à son image, Il le créa à l’image de Dieu, Il créa l’homme et la femme. Dieu les bénit, et Dieu leur dit : Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l’assujettissez (…) Dieu vit tout ce qu’Il avait fait et voici, cela était très bon. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin : ce fut le sixième jour. »

Quand Dieu créa les cieux et la terre, et l’être humain, Il trouva que tout était très bon. Tous les hommes étaient censés s’aimer et vivre en harmonie, tout en profitant d’une vie heureuse sur la terre. Il n’y avait aucune fibre de racisme en nous.

Observons simplement les enfants quand ils s’amusent, et nous remarquerons que la couleur de peau ne fait pas de différence dans leur conception innocente de la vie. En effet, nous ne naissons pas programmés pour discriminer les gens qui n’ont pas la même couleur de peau que nous. Dans le monde, on voit plusieurs personnes vivant en couple mixte, et qui vivent le plein bonheur. Il n’y a en effet aucune incompatibilité qui sous-tend l’impossibilité pour des personnes de races différentes de vivre heureux et en harmonie, en se considérant mutuellement égaux.

Mais alors, comment certaines personnes en sont-elles arrivées là ? Tout dépend en effet de l’éducation reçue, du contexte dans lequel la personne a grandi, de ce que ses parents lui ont toujours dit et inculqué depuis sa tendre enfance. Nul ne naît raciste, mais on le devient de par notre éducation.

Si on comprend bien les choses de cette façon, il apparaît clairement que les gens qui peuvent témoigner à notre endroit une attitude ou des comportements racistes ne sont que le résultat d’un apprentissage qu’ils ont suivi, malgré eux-mêmes. Ils ne l’ont pas choisi, c’est cette conception de la vie qu’on leur a inculquée. Si cette personne contre laquelle tu es révoltée aujourd’hui avait pu vivre et grandir dans la même famille et recevoir la même éducation que toi, elle aurait abordé les choses de la vie comme toi. Et si toi tu étais né (e) dans une famille ou un environnement où les gens prônent le racisme, tu serais évidemment de l’autre côté.

D’où vient le racisme alors ?

Si nous admettons que celui qui est raciste aujourd’hui n’est pas celui qui a inventé cette idéologie et qu’il l’a reçue d’autres personnes, de son éducation, de son entourage, et que ces dernières l’ont aussi reçue d’autres personnes, etc. on entrera dans une recherche dans le passé plutôt longue et éprouvante, à la recherche de l’origine du racisme.

Mais nous pouvons grandement nous simplifier la tâche en abordant les choses en tant qu’enfants de Dieu que nous sommes. Nous connaissons l’origine de tous les maux dont souffrent l’humanité aujourd’hui. Nous savons ce qui a amené des attitudes et comportements de haine entre les hommes. Nous pouvons situer avec précision d’où vient tout mal qui mine aujourd’hui notre race humaine, et c’est le péché !

Nous ne souffrons aujourd’hui que des conséquences du péché. Les hommes se sont éloignés de Dieu et ont développé leur propre conception des êtres humains. Ils ont simplement ouvert la porte à l’ennemi de nos âmes qui en a profité pour semer la zizanie entre les êtres humains créés à l’image de Dieu, par toutes sortes d’idéologies. La conscience de l’homme souillée par le péché, n’arrive plus à discerner clairement le bien du mal.

Romains 1 : 21-22 (BDS) « car alors qu’ils connaissent Dieu, ils ne Lui rendent pas l’honneur que l’on doit à Dieu et ne Lui expriment pas leur reconnaissance. Ils se sont égarés dans des raisonnements absurdes et leur pensée dépourvue d’intelligence s’est trouvée obscurcie. Ils se prétendent sages, mais ils sont devenus fous. »

En réalité, ceux qui sont racistes ne savent pas ce qu’ils font. L’être humain sans Dieu est capable des plus grandes atrocités, même les plus impensables, sans même réaliser que ce qu’il fait est mal. Le racisme n’en est qu’un seul sur une liste bien longue des fléaux sociaux qui minent notre société.

Tous les hommes sont égaux devant Dieu

Dieu ne considère pas plus un blanc qu’un noir, ni un indien plus qu’un chinois ; devant Lui tous les hommes sans distinction de race sont égaux. Il n’y a pas de race supérieure, ni de race inférieure devant Dieu. Tous ont la même valeur, tous sont au même pied d’égalité, tous sont aimés, et Dieu veut tous les êtres humains dans Sa présence.

Il a envoyé Son fils Jésus mourir à la croix pour l’humanité toute entière, qu’importe la race. Son salut est disponible pour tous ceux qui se rapprochent de Lui à travers Son fils Jésus. Ses bénédictions et Ses bienfaits se répandent sur tous les hommes. Il ne fait pas de distinction entre les races. Et Il a fait même mieux ! A travers la nouvelle alliance, Il a inauguré une nouvelle race de personnes, la race des Fils de Dieu. On ne parle plus de blanc ou de noir, ni de femmes ou d’hommes, on parle des enfants de Dieu !

Galates 3 : 28 (LSG) « Il n’y a plus ni juif ni grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme ; car tous vous êtes un en Jésus-Christ »

Face au racisme, que faire ?

On ne peut conclure ce développement sans parler de comment réagir en tant qu’enfants de Dieu en face du racisme. Tout d’abord, il faudra veiller sur son cœur, ne laisser rentrer ou s’enraciner aucune amertume ou haine envers les personnes qui témoignent un comportement raciste à notre égard. La haine ne peut en aucun cas être la solution. Ensuite notre réponse doit être celle que la Bible enseigne face aux gens qui nous maltraitent et nous persécutent ; une parole que le Seigneur Jésus prononça alors que Son peuple auquel il s’adressait était sous domination romaine, dans la servitude et la souffrance sous le joug de leurs oppresseurs romains.

Matthieu 5 : 44 – 45 (LSG) « Mais moi, Je vous dis : aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent, afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux ; car Il fait lever Son soleil sur les méchants et sur les bons, et Il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes. »

Il faut garder à l’esprit que nous ne combattons pas contre les hommes, mais contre les raisonnements humains, les forteresses, les idéologies qui s’élèvent contre la connaissance de la vérité de Dieu sur la valeur de tout homme ; lesquelles idéologies sont elles-mêmes inspirées par des esprits du monde des ténèbres.

Il ne sert à rien de répondre à la violence par la violence. Mais nous pouvons être violents dans la prière ! Nous ne devons pas avoir honte d’afficher clairement notre position toutefois, mais sans passer pour des gens sans foi, ni loi. On ne s’en rend pas compte, mais en tant qu’enfants de Dieu, en réalité nous militons déjà chaque jour, quand nous dénonçons tous les maux dont souffrent notre société en proclamant la Parole de Dieu.


PARTAGER L'ARTICLE SUR
Write a response

Laisser un commentaire

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close