Search

Comment réagir face aux mauvaises nouvelles véhiculées par les médias ?

PARTAGER L'ARTICLE SUR

Nous avons tous cette habitude de nous informer et de nous enquérir des nouvelles sur ce qui se passe dans le monde en suivant le journal télévisé, en lisant les journaux, en scrutant différentes pages internet ou encore en consultant les médias sociaux. Cependant, cela peut devenir très rapidement un générateur de peur et de psychose quand les médias utilisent des mots forts comme : « nous sommes en guerre », « l’heure est grave », « nous sommes en situation de crise », « restez chez vous » ou encore « Le nombre de décès augmentera d’avantage d’ici quelques jours ».

Comment réagir quand on est acculés par des nouvelles qui nous affolent et qui nous communiquent la peur et l’angoisse ? Que faire quand on nous annonce par exemple que la crise économique que traverse notre pays entrainera des licenciements en grand nombre ? Comment garder son calme quand on entend qu’une maladie incurable est aux portes de notre ville, qu’aucun vaccin n’est disponible et que toutes les estimations des scientifiques et spécialistes prédisent le chaos ?

Dans ce genre de situation, notre foi est mise à rude épreuve, car pour nous c’est une situation inédite et sans précédent. Toutefois, tu ne dois pas oublier que le monde entier est sous la puissance de notre adversaire le diable (1 jean 5.19) et que son objectif principal est de véhiculer la peur et susciter le doute dans les cœurs de tous ceux qui placent leur confiance en Dieu. Face aux mauvaises nouvelles, il te faut ne pas céder à la panique.

1. Garder et repasser les promesses de Dieu dans son cœur

Romains 10.17 (LSG) : « Ainsi la foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la Parole de Christ »

Par ce passage biblique, nous comprenons d’ores et déjà que la foi vient de ce qu’on entend et que si tu prêtes continuellement tes oreilles aux médias bien plus qu’à la Parole de Dieu, il est tout à fait normal que les pensées de peur et d’angoisse puissent dominer sur toi. Car, la peur est une foi négative. La suite de ce verset nous le dit si bien, ce que tu dois continuellement entendre doit provenir de la Parole de Christ. L’évangéliste Reinhard Bonnke pouvait dire : « Si nous n’avions pas la Bible, nous n’aurions aucune certitude, comme marchant dans les ténèbres sans guide. La Bible nous éclaire sur la vie, comme véritablement aucun autre livre, ni personne n’a jamais pu le faire. Sans ce Livre, la vie est un mystère ». En effet, ce que les médias annoncent est la réalité, mais elle n’est pas la vérité. C’est pourquoi le Psaume 112. 7-8 (LSG) dit ceci : « Il (le juste) ne craint point les mauvaises nouvelles ; son cœur est ferme, confiant en l’Éternel. Son cœur est affermi ; il n’a point de crainte… »

À la lumière de ce passage biblique, nous voyons vraisemblablement que le calme du juste réside dans sa confiance infaillible en Dieu. Or, tu ne peux pas avoir cette confiance infaillible en Dieu si tu n’es pas une personne familière à Sa Parole. La seule vérité qui mérite d’être conservée dans nos cœurs est celle de la Parole de Dieu. La Parole de Dieu est l’antidote par excellence face à nos craintes, car : « La moitié de nos craintes proviennent de la négligence de la Bible » comme l’a si bien dit Charles Spurgeon. Médite constamment ta bible et fais le choix de repasser les promesses de Dieu dans ton cœur tout comme le prophète Jérémie le fit dans Lamentation 3.21 – 23 (LSG) : « Voici ce que je veux repasser en mon cœur, ce qui me donnera de l’espérance. Les bontés de l’Éternel ne sont pas épuisées, Ses compassions ne sont pas à leur terme ; elles se renouvellent chaque matin. Oh ! Que ta fidélité est grande ! »

Sois ce chrétien qui serre la Parole de Dieu dans son cœur afin de déloger « manu militari » ce mauvais locataire qu’est la peur.

2. Parler le langage de la Parole et non celui des médias

Tu peux entendre et voir ce que les médias annoncent sans que cela ne t’affecte, tout comme le Seigneur Lui-même a eu à réagir quand une mauvaise nouvelle Lui a été annoncée dans Jean 11.3 (BFC) on lui dit : « … Seigneur, Ton ami est malade », mais Sa réponse dans le verset suivant a été assez surprenante, car lorsque Jésus apprit cette nouvelle Il dit : « La maladie de Lazare ne le fera pas mourir ; elle doit servir à montrer la puissance glorieuse de Dieu et à manifester ainsi la gloire du Fils de Dieu ».

Les mots du Seigneur n’étaient pas qu’une simple réponse qu’Il adressa à ces messagers, mais Ses paroles prophétisaient la résurrection de Son ami Lazare. Nous connaissons tous la suite de l’histoire, Lazare mourut, mais il fut ressuscité ! Pour tout simplement te dire que face aux « Bad News » tu dois prophétiser et parler le langage de Dieu. Proclame l’échec et la défaite de tout ce qui essaie de troubler ton cœur, car la mort et la vie sont au pouvoir de la langue (Proverbes 18.21). Même si tu es confronté à un licenciement ou encore à une maladie quelconque, tu dois garder à l’esprit qu’avec Dieu chaque fin annonce un nouveau départ. Si Dieu ne te réserve pas la guérison alors Il te réserve certainement la résurrection. Dieu peut restaurer ta santé, tes entreprises et bénir l’œuvre de tes mains, car Il a formé sur toi des projets de paix et non de malheur (Jérémie 29.11). C’est dans notre nature en tant qu’enfant de Dieu de luire dans les ténèbres puisque nous sommes des enfants de lumière. Les choses qui effraient la plupart des gens sur terre ne devraient pas t’effrayer, car tu es de la race de Dieu (Actes 17.28).

3. Intercéder

La troisième attitude que tu dois adopter est celle de Néhémie quand on l’informa de ceci dans Néhémie 1. 3 (LSG) : « … Ceux qui sont restés de la captivité sont là dans la province, au comble du malheur et de l’opprobre ; les murailles de Jérusalem sont en ruines, et ses portes sont consumées par le feu »

Néhémie était l’échanson du roi Artaxerxès de Babylone, il était donc dans d’assez bonnes conditions, il mangeait à sa faim et dormait probablement dans un bon lit douillet. Mais quand il fut informé des conditions dans lesquelles les juifs restés de la captivité se trouvaient et dans quel état était Jérusalem, il ne resta pas insensible comme nous le dit Néhémie 1. 4 (LSG) : « Lorsque j’entendis ces choses, je pleurai, et je fus plusieurs jours dans la désolation. Je jeunai et je priai devant le Dieu des cieux »

Ceci doit également être ton attitude ; tu peux être en sécurité et loin du danger, mais tu ne dois pas rester insensible quant à ce qui t’est annoncé dans les médias. Même si un malheur vient à frapper un pays situé à l’autre bout du monde, tu dois faire preuve de compassion en intercédant en faveur de ceux qui sont confrontés à diverses calamités. Et si tu peux apporter une aide, fais-le, puisque Néhémie ne s’était pas contenté de prier et de jeûner, mais il se rendit également lui-même à Jérusalem afin de rebâtir les murailles de la ville.

En attendant l’avènement de Jésus-Christ, notre libérateur, prends courage mon ami(e), sois fortifié(e) dans le Seigneur, ainsi que par Sa force toute puissante.


PARTAGER L'ARTICLE SUR
Write a response

Laisser un commentaire

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close