Search

Discipline financière : Comment éviter les dettes ?

La société de consommation dans laquelle nous vivons aujourd’hui nous pousse sans cesse à la surconsommation. Campagne marketing agressive, obsolescence programmée des produits du commerce que nous achetons. Les prix des biens et services deviennent de plus en plus élevés tandis que nos revenues ne bougent pas. Sans une discipline financière, il devient difficile de faire face à toutes nos charges sans recourir à des prêts auprès d’une institution financière ou un proche, le tout moyennant ou pas des intérêts. 

La dette survient lorsque nous consommons plus de ressources que nous n’en gagnons. Il s’agit fondamentalement ici d’un problème de gestion de notre portefeuille. Quel plan de gestion mettre en place aujourd’hui pour éviter ou rembourser ses dettes ? Le présent article en s’inspirant d’un modèle biblique présente un mode de vie pratique qui aidera les consommateurs à éviter d’accumuler des dettes. Bien que cet engagement nécessite une discipline remarquable, nous découvrirons que cela vaut la peine de se réjouir de savoir que nous ne perdons pas un sou de notre argent durement gagné, en payant des intérêts.

Les cycles de la croissance économique

Le chapitre 41 du livre de la Genèse partage plusieurs clefs à peine visibles sur la création de richesse. Il nous présente pharaon, roi d’Égypte fort troublé à son réveil par ses songes. Afin de l’aider à le comprendre, on lui fit venir un esclave hébreu du nom de Joseph. Et voici ce qu’il donna comme signification ce songe : Genèse 41 : 28-30 (BDS) : « Comme je l’ai dit au pharaon : Dieu a révélé au pharaon ce qu’Il va faire. Il y aura d’abord sept années de grande abondance dans toute l’Égypte. Elles seront suivies de sept années de famine qui feront oublier toute cette abondance en Égypte, tant la famine épuisera le pays ».

L’explication de son songe nous révèle que la vie est faite de deux cycles qui se suivent et se répètent à l’infini : la croissance et la récession. L’on n’a pas besoin d’être prophète ou grand économiste pour s’en apercevoir. Chaque période de développement économique augure un futur ralentissement et après tout ralentissement économique survient de la croissance. Les saisons de développement nous apportent suffisamment de ressources pour vivre convenablement les deux saisons. Le manque et l’endettement surviennent quand nous méprisons ou ignorons ce principe fondamental.

Il nous faut en tout temps reconnaître la saison et agir de façon appropriée en chaque saison. Heureusement, Joseph nous partage ce secret.

Le mystère des vingt pour cent des récoltes

Joseph après avoir donné au roi l’explication de son songe va aller plus loin. Il lui donne dans la foulée un plan de gestion pour maintenir le pays à flot dans les bonnes comme les mauvaises années. Genèse 41 : 34 (LSG) : « Que Pharaon établisse des commissaires sur le pays, pour lever un cinquième des récoltes de l’Égypte pendant les sept années d’abondance. » Ce plan si nous le mettons en pratique nous permet de vivre sans dette. Quel est ce plan ?

Chaque fois que nous recevons un salaire ou une entrée d’argent, nous nous empressons de payer la compagnie d’eau et d’électricité (factures), notre bailleur, l’Etat (taxes), notre vendeur de vêtements, nos proches, la dîme… Cependant, il y a une personne que nous oublions généralement de payer : nous-mêmes. Nous devons décider qu’une partie de ce que nous gagnons devrait nous appartenir : c’est le cinquième de nos récoltes.

Le cinquième de mes récoltes, c’est vingt pour cent de tout ce que je gagne. Remarquons comment la Parole de Dieu a pu se répandre dans toutes les régions du monde depuis Abraham jusqu’aujourd’hui, avec un dixième (dîmes) de nos revenus. Maintenant imaginez-vous ce que l’on pourrait arriver à faire avec vingt pour cent que nous épargnons afin d’investir dans le développement de nos affaires ?

Deux manières de gérer les vingt pour cent de mes récoltes

Le tout n’est pas de connaître un principe pour en récolter le bénéfice. Il nous faut le mettre en application à travers une stratégie. Joseph inspiré par le Seigneur mit en place un plan de trésorerie pendant les sept années de croissance économique. Le temps était favorable, tout fleurissait. Il s’appliqua à prélever vingt pour cent de toute la production agricole qu’il conserva pour les temps de disette. Il ne se relâcha pas, fit confiance au Seigneur et resta fidèle au plan de gestion que Dieu lui inspira.

Le peuple quant à lui travaillait, consommait sa production y compris leurs vingt pour cent de récolte. Très souvent, il échangeait sa surproduction contre de l’argent. L’argent rentrait en quantité. Mais il n’avait pas de vision à long terme et l’intelligence financière pour investir sagement ses ressources. Alors celui-ci va naturellement utiliser le fruit de son dur labeur pour donner libre cours à ses envies : de beaux tissus à plusieurs couleurs venues de pays lointains, des parfums odoriférants d’orient, le bon vin ou les parures venant de Canaan.

Ainsi quand surviennent les temps de sécheresse, il est obligé de recourir à l’endettement pour survivre. Quels enseignements tirer de ces deux façons d’agir ? Que nous apprend la gestion de Joseph ?

Quelques leçons

Premièrement, pendant les temps d’abondance, nous recevons toujours bien au-delà de ce qu’il nous faut pour nos besoins, de sorte qu’il nous en reste pour préparer l’avenir. C’est ce à quoi s’appliquait Joseph quand il était aux affaires en Égypte. Il mettait toujours de côté vingt pour cent de la production du pays.

Deuxièmement, l’abondance est l’amie de ceux qui savent trouver une utilisation profitable à leur vingt pour cent de récolte. Ces récoltes se multiplieront et seront toujours plus abondantes. Joseph échangea ses réserves de récoltes contre l’argent du peuple, ensuite contre ses troupeaux, ses terres et quand ils n’avaient plus rien à vendre, il les acheta comme esclaves contre du blé (Genèse 47 : 23-26).

Troisièmement, chacune de nos acquisitions au contraire doit s’inscrire dans un plan, respecter un budget et non se faire sur un coup de tête comme c’est le cas pour le peuple. C’est ce qui semblait ressortir de la gestion de Joseph. Il acquit tous les biens du peuple étape après étape jusqu’à finir par faire de sa stratégie de vingt pour cent un système qui continuerait de générer du profit même en son absence. Désormais, même longtemps après son règne, le peuple continuera de verser une taxe à pharaon grâce au système qu’il mit en place (Genèse 47 : 23-24 ; 26).

Il est possible de vivre sans dette tout en bâtissant notre futur et celui des générations à venir. Nous venons de le voir avec l’exemple de Joseph, un esclave hébreu sans aucune compétence académique. La création de richesse implique de se payer soi-même avec une partie de ses récoltes puis investir sagement ses récoltes selon une vision à long terme. Que le Seigneur nous aide à être fidèles dans la gestion des ressources qu’Il nous confie.

3 comments

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close