Search

Education des enfants : comment s’y prendre?

Spread the love

Le but premier du mariage n’est pas d’avoir des enfants, mais de former une seule entité qui reflète l’image de Dieu sur la Terre. Les enfants sont le fruit de la reproduction, sur lequel le couple investira ses valeurs et ses principes afin qu’ils les reproduisent à leur tour. Ce transfert d’héritage des parents aux enfants se met en place par l’éducation ou encore l’accompagnement des enfants. 

Comme les enfants ont vu les parents faire, à leur tour, ils reproduiront leurs attitudes, leurs comportements, leurs principes et valeurs dans leurs propres vies. Ainsi se perpétuera sur Terre, la race des enfants de Dieu qui manifestent Son Règne, Son Gouvernement et Sa Domination sur la Terre. 

L’échec ou le dysfonctionnement du mariage des parents, mettra automatiquement l’éducation ou l’accompagnement des enfants en difficulté. Les désaccords des parents sur la manière d’éduquer ou d’accompagner leurs enfants ont pour origine la manière dont le couple est bâti, et comment il fonctionne.

Pour réussir l’accompagnement des enfants dans la vie, il y a des points clés à considérer et à valoriser. Cela découle du bon fonctionnement du couple des parents. Quels sont ces points essentiels à souligner qui assureront la réussite de l’accompagnement et/ou l’éducation des enfants ?   

La relation des parents 

La relation harmonieuse, respectueuse et amoureuse entre les parents est le cadre idéal où l’enfant baignera dans une atmosphère sécurisée, où il verra de manière authentique l’image de Dieu au travers de la relation de ses parents. Il verra alors leur respect mutuel, la valorisation, la considération, les appréciations, l’amour, le pardon… 

Baigné dans une telle atmosphère de sérénité et de calme, il ne pourra, à son tour, que reproduire ce schéma dans sa propre vie. L’impact de cette atmosphère étant puissant, aucune théorie savante ne pourra lui démontrer une autre manière de créer un foyer paisible. 

L’unité des parents

Si le couple que forment les parents est dysfonctionnel, cela n’échappera pas le moins du monde à un enfant de huit mois, qui ne sait pas encore manier la parole. Car l’enfant est capable de percevoir les désaccords entre les parents, sans qu’on ne lui explique, avec des mots intelligibles, la situation. Simplement parce que sa perception émotionnelle est hautement aiguisée. 

Il est donc essentiel que les deux parents aient un même langage, une seule parole devant l’enfant, de peur que celui-ci n’exploite leurs divergences d’opinions à ses propres fins. L’enfant connaît trop bien les affects de chacun des parents. Il sait très vite vers lequel des parents se tourner pour obtenir telle ou telle faveur. Si les parents ne sont pas solidaires et unis, l’enfant risque de les manipuler à sa guise pour atteindre ses objectifs. 

Le maître mot ici est : le reflet de l’unité des parents face à l’enfant. 

Poser des limites et savoir dire « Non »

La base même de l’éducation ou de l’accompagnement de l’enfant repose sur ce point.

Comme un arbre qui croît et qu’on attache à un tuteur pour obtenir une stature droite, le cheminement de l’enfant doit être balisé avec des règles, des limites : ce qui est validé ou interdit… C’est le travail, le devoir, l’obligation, la responsabilité des parents de porter cette charge sans faillir en rien. 

La capacité de dire « non » à l’enfant au prix d’une crise de colère ou de tristesse, est un art que les parents apprennent à manier avec tact et brio. Très vite, il est essentiel que l’enfant connaisse ses droits, ses devoirs, ses limites et sa place. 

C’est la découverte de son identité, qui lui permettra de s’intégrer, d’évoluer dans la société de manière efficace et de devenir un adulte responsable.

La communication

1 Thessaloniciens 5:23 (S21) : « Que le Dieu de la paix vous conduise Lui-même à une sainteté totale et que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps, soit conservé irréprochable lors du retour de notre Seigneur Jésus-Christ! » 

D’après ce passage, l’humain est tripartite (esprit, âme et corps). Pour assurer sa croissance, son équilibre et sa survie, il est plus qu’essentiel de nourrir et d’entretenir chacune de ces 3 dimensions. Et l’enfant, depuis sa conception a besoin de ces différents aliments pour l’équilibre de son être. 

Si le corps mange des aliments physiques (riz, viande, fruits, légumes…), l’esprit humain s’alimente des paroles. Jésus dira à ce sujet en reprenant Deutéronome 8:3 : « Jésus lui répondit: «Il est écrit: L’homme ne vivra pas de pain seulement [mais de toute parole de Dieu]. » Luc 4:4 (S21)

Quant à l’âme, elle s’alimente de la charge émotionnelle contenue dans les paroles. De même que l’on choisit avec précaution la meilleure nourriture physique, on choisira une bonne nourriture spirituelle et émotionnelle pour son enfant. La meilleure nourriture spirituelle demeure la Parole de Dieu. 

En ce qui concerne l’âme, on veillera sur les émotions mises dans les paroles adressées à l’enfant : encouragements, valorisations, compliments, délicatesse, paroles positives, confiance en lui, lui montrer qu’on est fier de lui. C’est autant de nourriture à lui servir de manière régulière et à satiété. 

Construire la relation avec l’enfant 

Construire la relation avec son enfant est une clé majeure pour sa survie. Cette relation maintient l’enfant à demeurer connecté à la source que Dieu a pourvu pour lui afin d’être abreuvé, nourri, et restauré pour réussir sa vie. La déconnexion à cette source le poussera à se connecter aux sources incertaines, néfastes et destructrices.

Lorsque la relation est instaurée avec l’enfant, et qu’elle est harmonieuse, libre, sécurisante ; l’enfant ne pourra pas courir les rues ou les sites internet pour trouver les réponses existentielles et pratiques de la vie. 

Si les parents eux-mêmes n’ont pas eu ce schéma avec leurs propres parents, il va falloir travailler intensément ces principes pour mettre en place un nouveau type de fonctionnement dans le cycle de la famille. Les parents n’ont pas comme seul rôle de mettre des limites ou de punir, ils doivent également apprendre à rire et à échanger sur les sujets de la vie dans une atmosphère de respect avec l’enfant. 

C’est ainsi que l’enfant apprendra à prendre la parole dans n’importe quel cercle de relations sans se laisser intimider. 

« Éduque l’enfant d’après la voie qu’il doit suivre! Même quand il sera vieux, il ne s’en écartera pas. » Proverbes 22:6 (S21) 

Le foyer est réellement une école de la vie où les parents et les enfants sont en apprentissage. Cette habitude est à instaurer tôt dans le parcours de l’enfant comme n’importe quelle bonne habitude. 

Puisse le Seigneur nous aider à bâtir des foyers solides qui génèrent des hommes et des femmes solides pour une société belle, responsable, remplie d’amour et de respect pour Dieu et les autres. 

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close