Search

Comment guérir de l’amertume?

Tu as sans doute déjà vécu au moins une fois ce malaise qui provient de ce goût amer qui s’installe dans la bouche après prise d’un certain traitement. C’est assez désagréable en effet car tout ce qui entre dans ta bouche est tout de suite teinté de cette amertume. Un jour, je ressentis une forte envie de prendre quelque chose de sucré car ma bouche était amère, entre autres effets indésirables des comprimés que j’avais ingurgités. Sur le coup, ma bouche s’adoucit. Mais aussitôt après avoir fini mon soda extra sucré, revoilà l’arrière goût amer de ma bouche qui se ramène. Cela m’a conduit à réaliser une chose : l’amertume ne venait pas de l’extérieur, mais était au-dedans de moi.

Hébreux 12 :15 (LSG) « Veillez à ce que nul ne se prive de la grâce de Dieu ; à ce qu’aucune racine d’amertume, poussant des rejetons, ne produise du trouble, et que plusieurs n’en soient infectés »

La racine de l’amertume :

L’amertume est une maladie de l’âme. C’est cette grande tristesse, cette douleur, que nous gardons au fond de nous, qui naît généralement de l’offense,  l’humiliation, la désillusion, la perte d’un être cher (mort ou séparation douloureuse), etc. Mais comme dans mon exemple plus haut, l’amertume ne vient pas forcément du fait d’avoir vécu ces choses, mais plutôt de l’effet qu’on les a laissées avoir sur nous. Car en vérité, rien de ce que tu vis ne peut te transformer de l’intérieur, si tu ne te laisses transformer. C’est quand tu gardes cette douleur, que tu la médites et l’entretien au quotidien qu’elle te transforme en personne amère. D’autres ont vécu la même chose que toi, peut-être pire, mais on puisé en cette douleur la force pour motiver, encourager, impacter et rendre meilleur des gens autour d’eux.

Les rejetons de l’amertume

Quand tu as l’amertume au fond de toi, tout ce que tu consommes a un arrière goût amer, même les friandises les plus sucrées. Tu ne peux plus dès lors apprécier la saveur des mets que tu prends, même quand ils auraient été cuisinés par les meilleurs chefs du monde. C’est ainsi que les personnes amères ne savent plus profiter de la vie, car rien n’a plus de goût à leurs yeux. L’amertume produit donc en nous l’irritabilité, la frustration, le manque de pardon, l’insociabilité, l’envie, la jalousie, la solitude, la dépression pouvant même conduire aux envies de suicide, etc.

Les conséquences de l’amertume

Notre verset de base nous dit que l’amertume produit du trouble et que plusieurs peuvent en être infectés. De quoi s’agit-il exactement ? Les personnes amères ont toujours des relations tendues voire conflictuelles avec leur entourage. C’est généralement des personnes pénibles à vivre que tout le monde préfère éviter. Rien ne leur fait plaisir, elles ne savent pas se réjouir du bonheur des autres au contraire, se mettent en colère pour tout et rien, créent des disputes, sont toujours en train de faire des procès, (…) pourrissent l’ambiance partout où elles sont. C’est un peu à ça que fait allusion l’auteur de l’épitre aux hébreux quand il parle de trouble. De telles personnes sont comme un poison dans la communauté. Mais en réalité, ce ne sont pas des personnes à blâmer mais des personnes qui souffrent et qu’il faut aider.

Comment en guérir ?

L’amertume a une racine comme on l’a vu plus haut. Aucun traitement n’a donc des chances de prospérer si l’on ne commence pas d’abord par ôter cette racine et faire le grand ménage dans son cœur.

Éphésiens 4 :31 (LSG) « Que toute amertume,…..disparaissent du milieu de vous. »

Guérir de l’amertume passe nécessairement par le fait du pardon. Il faut accepter de pardonner à ces personnes qui nous ont fait mal de par le passé et faire la paix avec elles. Il faut aussi accepter de se pardonner à soi-même, accepter en toute honnêteté sa part de responsabilité dans le mal qu’on a vécu et en demander pardon à Dieu. Par ailleurs, il faut aussi accepter la douleur qui en a résulté, le mal que l’on a ressenti depuis. En général, on souffre moins de ce que l’on souffre que du fait qu’on estime (généralement à tort) qu’on ne mérite pas ce qui nous arrive. Lorsque nous parvenons à accepter cette douleur, nous pouvons maintenant la déposer aux pieds du Seigneur (1 Pierre 5:7), afin qu’Il la fasse concourir à notre bien. Ainsi, elle deviendra une force qui nous rend inébranlable et par laquelle nous pourrons impacter la vie d’une multitude de personnes. Nous connaissons tous l’histoire de Joyce Meyer et combien elle a souffert d’être abusée par son père durant des années. Mais lorsqu’elle a déposé cette douleur aux pieds du Seigneur, Il en a fait une source intarissable pour l’édification, l’exhortation, l’encouragement; cette source au travers de laquelle des millions de vies sont impactées au quotidien, aux quatre coins du globe. Ce que tu as vécu a fait de toi ce que tu es, mais il ne tient qu’à toi de continuer d’en faire un fardeau ou d’accepter la consolation et la guérison du Seigneur pour en faire une force. Il y a donc un choix à faire quelque part et Jérémie l’a compris :

Lamentations 3 :19-23 (LSG) « Quand je pense à ma détresse et à ma misère, à l’absinthe et au poison ; quand mon âme s’en souvient, elle est abattue au-dedans de moi. Voici ce que je veux repasser en mon cœur, ce qui me donnera de l’espérance. Les bontés de l’Éternel ne sont pas épuisées, Ses compassions ne sont pas à leur terme ; elles se renouvellent chaque matin »

Et si tu en as l’occasion, il n’est pas superflu de demander pardon à toutes les personnes qu’on a blessées par notre amertume et soigner les relations brisées. Une fois que le Seigneur t’a guéri(e) de l’amertume, il te faut désormais garder ton cœur, pour ne plus laisser à Satan une brèche pour agir dans ta vie.

Proverbes 4 :23 (LSG) « Garde ton cœur plus que toute autre chose, car de lui viennent les sources de la vie »

Aussi, il faut apprendre à semer la douceur afin de récolter la douceur en tout et dans chaque domaine de notre vie. Semer la douceur revient à planter dans ta vie, l’arbre qui produit comme fruit la douceur ; le connais-tu ?

Galates 5 :22 (LSG) « Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance »

L’arbre qu’on appelle l’Esprit, est celui qui donne ces fruits, dont la douceur qui est le contraire de l’amertume. C’est une branche de cet arbre que Dieu ordonna à Moïse de jeter dans les eaux de Mara afin qu’elles deviennent douces pour que le peuple puisse en boire (Exode 15:23-25).

Si tu permets que le Saint-Esprit prenne Ses quartiers en toi, si tu te soumets à Lui, de sorte que Son influence sur toi s’en va grandissante, tu parviendras au niveau de maturité où l’on porte du fruit. C’est alors que tout naturellement, tu enfanteras entre autres de la douceur même à l’état pure, une telle douceur qui impactera la vie des personnes autour de toi. Et si tu reconnais avoir déjà cet arbre dans ta vie, commence à t’exercer à la douceur. Apprends à saluer et à sourire aux gens que tu croises dans la rue et même aux inconnus. Aux paroles fortes ou de colère, réplique par la douceur et même si tu aurais raison de t’enflammer et de rendre la monnaie de la pièce, choisis la douceur. C’est un exercice éprouvant au début, certes, mais son fruit est doux.

2 comments

  1. Bien-aimé je suis puissamment édifié en lisant dans vos lignes, c’est vraiment des chefs- d’œuvres issus du Saint-Esprit que vous publiez au peuple de Dieu.
    Que le Seigneur puisse vous accorder davantage de la sagesse pour perpétuer son oeuvre et pour libérer un grand nombre de chrétiens des liens de l’ignorance. Soyez béni au Nom Puissant de Jésus-Christ.

    1. Amen au nom de Christ-Jésus ! Que le Seigneur en soit glorifié. Merci pour vos mots. Dieu vous bénisse et se révèle davantage à vous!

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close