Search

Investir du temps dans son couple

Fiancés, nous sommes centrés sur l’état de notre relation, nous voulons mettre Dieu au centre afin que notre futur mariage soit solide. Nous voulons qu’il soit à l’image d’une corde à trois fils avec Dieu, solidifiant le tout. Puis nous voilà mariés. Nous construisons une famille, la vie s’accélère, et nous déplaçons les priorités pourtant établis par la Parole de Dieu.

Genèse 2:24 (BFC) : « C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront un seul être. »

Dieu nous donne une vision très claire de ce qu’est un couple marié : « devenir un seul être ». Cela ne se limite pas qu’à l’intimité sexuelle, mais s’étend à tous les niveaux de la relation maritale : la communication, la complicité, la spiritualité, l’éducation des enfants, les projets, etc.

Comment faire pour maintenir la relation du couple à ce niveau d’unité et de complicité permanente sans s’en éloigner ? S’aligner et ne pas s’éloigner ?

Ne jamais considérer l’autre comme acquis

Si nous ne considérons plus l’autre comme acquis, alors il nous sera bien plus simple de garder la relation fraîche. Même mariés, l’être qui partage notre vie est précieux et c’est une grâce d’avoir cette moitié à nos cotés. Peu importe les défauts, peu importe les blessures, gardons un cœur reconnaissant. Beaucoup souffrent de solitude, par la grâce de Dieu, pas nous.

Paul nous exhorte dans 1 Thessaloniciens 5:16-18 (LSG) : « Soyez toujours joyeux. Priez sans cesse.  Rendez grâces en toutes choses, car c’est à votre égard la volonté de Dieu en Jésus-Christ.… » Cette disposition de cœur, nous alignera automatiquement avec l’Esprit Saint, et nous aidera à investir du temps dans notre couple, ce qui ne sera plus un fardeau mais une nécessité. Le fait de ne pas prendre pour acquis son mari ou son épouse, de garder un cœur reconnaissant, nous mènera forcément à passer du temps de qualité avec notre moitié.

La Parole met en lumière la grâce que nous avons de ne pas être seul dans  Ecclésiaste 4.9-10 (BFC) : « Deux hommes associés sont plus heureux qu’un homme solitaire. À deux, ils tirent un bon profit de leur travail. Si l’un d’eux tombe, l’autre le relève. Par contre, celui qui est seul, est bien à plaindre car s’il tombe, il n’a personne pour le relever. » Notre Père céleste sait mieux que nous ce qui est bon pour notre voyage sur terre ; il en est de même pour notre mariage.

Oui ce n’est pas simple ; oui il y a beaucoup de concessions à faire et de compromis… Mais le but c’est de travailler nos caractères, mourir à nous même afin que nous soyons transformés à l’image Christ (l’amour, la persévérance, la patience, la douceur…). Oui, il travaille notre persévérance et notre conception de l’amour (faussée par le monde et ses idées), mais l’état de notre mariage dépend en grande partie de nous.

Il est important de demeurer intentionnels dans nos expressions d’amour vis à vis de l’autre, selon la seule référence par excellence que nous avons, Christ !

Inscrire ce temps dans son planning

Comme précisé ci-dessus, notre part doit être faite. Si passer du temps dans la présence de Papa demande de la discipline, alors il en est de même avec notre mari ou notre femme.

Avec l’arrivée des nos deux filles, fatiguée et surmenée, frustrée de ne pas être comprise par mon époux, j’ai commencé à ne plus voir nos temps de partage et d’échange comme important mais comme secondaire voire  inutiles. Mon époux lui, travaillait énormément, ayant monté sa société et pensait remplir son rôle pleinement en subvenant aux besoins de sa famille. Nous n’avions pas réellement tords, mais Dieu n’était plus de notre relation. Chacun était centré sur sa propre personne, sur sa chair putride.

Je refusais de le comprendre et lui aussi. Cette division a entraîné petit à petit un éloignement d’abord spirituel puis émotionnel, la complicité devenait rare, et inévitablement se répercutait dans l’intimité. Par la grâce de Dieu dans nos moments de prière, le Saint-Esprit nous a soufflé de grosses révélations, ce qui nous a amené dans un profond moment de repentance, suivi d’une guérison profonde de notre couple et de notre mariage.

Tout ce témoignage pour dire que notre couple, la base de notre famille, demande un intérêt, une attention, un soin et un entretien particulier. Il est très subtil, sournois et facile de glisser vers une solitude au sein même du mariage. L’ennemi rode et n’attends que cela, détruire le couple, le foyer et les familles car il sème l’insécurité dans le cœur des enfants en même temps.

Notre relation avec la trinité est notre raison de vivre, et sera le fondement de toute chose, et donc de  notre mariage. Mais la bonne santé de ce dernier ne dépend uniquement que de notre motivation à entretenir notre union. Nous arrivons à caser dans notre emploi du temps toutes nos activités de la semaine, celles des enfants et de notre époux, alors pourquoi ne pas inscrire une plage horaire dans la semaine pour se retrouver en tête à tête avec notre moitié ? Cette case, ce rendez-vous établi après s’être concerté, nous permet de ne pas oublier de consacrer du temps à notre couple, à notre mariage.

 Ne nous leurrons pas !

Nous avons des rythmes de vie  intenses, et si nous ne nous positionnons pas pour passer du temps ensemble, en couple uniquement, nous risquons de ne jamais le faire. Le temps doit être de qualité ; il ne s’agit pas de parler des problèmes, ni des enfants, mais de nous, de réaligner nos rêves, nos appels, nos projets de vie. Le Saint-Esprit fera son oeuvre au milieu de ces temps de communion et de partages. Par Sa grâce, c’est pendant ces moments que le couple est nourri, construit, consolidé, uni, fortifié, restauré.

Corinthiens 11:11-12 (BFC) : « Cependant, dans notre vie avec le Seigneur, la femme n’est pas indépendante de l’homme et l’homme n’est pas indépendant de la femme. Car de même que la femme a été créée à partir de l’homme, de même l’homme naît de la femme, et tout vient de Dieu ».

Comment s’y prendre pour bâtir son couple ?

Il est vital dans la construction du couple que chacun honore et respecte ses engagements. Ne pas honorer son engagement sous prétexte que l’autre ne fait sa part, bloque l’évolution du couple, générant frustrations, rancœurs, soupçons, divisions…

Regarder en permanence à ce que l’autre ne fait pas et se servir de cela pour excuser notre propre manquement c’est se mentir à soi-même et ne pas obéir à la Parole. La comparaison dans le couple n’emmène que frustration, rancœur et amertume. Jésus nous donne une réponse à la comparaison dans l’évangile de Jean 21:21-22 (BFC) : « Pierre le vit donc et dit à Jésus : « Et lui, Seigneur, que lui arrivera-t’il ? » Jésus lui répondit : « Si je désire qu’il vive jusqu’à ce que Je revienne, que t’importe ? Toi, suis-moi ! ».

Peu importe les défauts de l’autre,  ses manquements,  ses efforts ou pas,  Jésus nous dit : Toi suis moi ! Avance et ne regarde pas à coté regarde à l’Éternité. L’auteur du mariage dit que pour bâtir un couple, les deux doivent devenir un (Genèse 2,24). Bonne nouvelle ! Jésus est notre époux. Il veut nous aider à bâtir notre couple, alors faisons toutes choses comme si nous le faisions pour Lui. Car, notre engagement dans le couple est avant tout un engagement avec Dieu et devant Dieu. Il nous donne des directives très claires dans Sa Parole, et le deuxième plus haut commandement est : « Aimer son prochain comme soi même ». Il ne nous dit pas d’attendre que notre prochain soit parfait et réponde à toutes nos exigences pour l’aimer ; il nous demande de l’aimer comme nous-même.

Dans 1 Jean 3:18 (LSG) la Bible déclare : « Petits enfants, n’aimons pas en paroles et avec la langue, mais en actions et avec vérité. »

La Parole nous exhorte clairement à poser des actions pour révéler notre amour, tout comme elle nous demande d’aimer nos ennemis dans Mathieu 5:44 : « Mais moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent ». Alors, nous devons premièrement aimer notre époux ou notre épouse même lorsqu’elle/il n’atteint pas les exigences que nous avons nous-même imposées. Il est important d’en parler, car beaucoup de temps investi dans notre couple est volé lorsque nous commençons à laisser entrer la comparaison. Lorsque nous évaluons les efforts faits par chaque parti pour conserver l’harmonie, il en découle le découragement. Tout cela est diabolique est n’a rien de divin ; cela nous éloigne, crée des incompréhensions, et mène au divorce.

Bien-aimés, restons focalisés sur la part que Jésus nous demande de faire, assurons-nous déjà de diffuser un doux parfum vers le Royaume des Cieux par nos pensées, nos actes et nos paroles. Gagnons des couronnes que nous déposerons aux pieds du Roi, lors de Son retour.

Frères et sœurs, notre couple est voulu par Dieu. C’est d’abord à deux que nous avons construit notre famille ; alors ne négligeons pas notre couple. Prévoyons un temps de qualité régulièrement, juste nous deux afin d’entretenir ce divin mariage. Ne laissons aucune brèche par laquelle les ténèbres pourront s’infiltrer. A l’image de nos dons reçus par Dieu, qu’il ne faut pas laisser s’éteindre selon la belle recommandation de 2 Timothée 1:6, Entretenons la flamme de notre union.

Que nous le voulions ou non, c’est intentionnel, c’est une question de volonté. Sois nous ruminons et tombons dans la frustration et le non contentement, soit nous agissons dans l’amour, ce que notre Père céleste nous demande d’ailleurs dans 1 Pierre 4:8 (BFC) : « Avant tout, aimez-vous ardemment les uns les autres, car l’amour obtient le pardon d’un grand nombre de péchés. »

Que Dieu bénisse ton couple !

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close