Search

Je crois à la guérison divine, mais est-ce un péché d’aller à l’hôpital pour autant ?

PARTAGER L'ARTICLE SUR

En tant que chrétiens, nous avons la grâce de nous appuyer sur El Rapha, le Dieu de miracle, qui guérit, restaure et change des vies depuis hier, aujourd’hui et éternellement. Sans l’ombre d’un doute, la vie devient plus simple et plus belle quand nous savons que Dieu est capable de nous guérir instantanément. Il suffit que notre foi se manifeste et le temps d’un clignement des yeux, nous avons la solution à notre problème, parce que notre Dieu est le médecin par excellence.

Tout cela est bien beau, car en tant qu’enfant de Dieu, il est légitime d’opérer dans cette dimension de puissance. Mais est-ce pour autant que nous devons oublier le chemin de l’hôpital ? Est-ce parce que nous avons foi en la guérison divine que nous ne devons plus rendre visite au médecin ? Ces personnes qui ont consacré une bonne partie de leur vie à se perfectionner dans la médecine doivent-elles être éradiquées de nos vies et substituées par la foi ? Prendre la route de l’hôpital est-ce offenser Dieu ? Tout un questionnaire auquel nous essayerons d’apporter quelques éléments de réponses, par la grâce de Dieu.

L’Homme a ses responsabilités

Nous avons très souvent entendu cette phrase : « l’Homme soigne mais c’est Dieu qui guérit ». C’est tout à fait vrai, c’est Dieu qui accorde la guérison, l’homme ne peut qu’apporter les soins nécessaires pour nous mettre sur la voie du rétablissement. La chose à saisir, est la suivante : dès le commencement Dieu a donné à l’homme des responsabilités.

Genèse 2 : 19 (LSG) dit : « L’Éternel Dieu forma de la terre tous les animaux des champs et tous les oiseaux du ciel, et Il les fit venir vers l’homme, pour voir comment il les appellerait, et afin que tout être vivant porte le nom que lui donnerait l’homme ». De même que Dieu avait donné la responsabilité à l’homme de nommer chaque animal dans le Jardin, face à la maladie l’homme a aussi ses responsabilités. Les médecins sont ces personnes qualifiées par le Seigneur pour apporter les soins dont nous avons besoin, afin de nous conduire sur le chemin de la guérison. Nous avons la foi et Dieu guérit c’est bien vrai. Aussi, le fait d’obtenir le diagnostic d’un spécialiste sur notre état de santé, n’est pas un mal en soi, puisqu’il nous permet simplement d’orienter au mieux nos prières en plus de nous permettre de mieux relâcher notre foi, sans accepter ce verdict dans notre cœur. Voilà pourquoi nous ne devrons pas craindre d’emprunter le chemin de l’hôpital. Dieu t’a donné ce corps et il est de ta responsabilité d’en prendre soin.

Dieu n’est pas contre l’hôpital

Jacques 1 : 17 (LSG) « Toute grâce excellente et tout don parfait descendent d’en haut, du Père des lumières, chez lequel il n’y a ni changement ni ombre de variation. »

C’est Dieu qui a voulu que des Hommes ordinaires deviennent des médecins. Il a mis ce don en ces personnes afin qu’il soit exploité ! Dieu n’est pas contre l’hôpital, le fait d’y aller ne fait pas de toi un pécheur mais au contraire, tu es une personne qui utilise tout moyen mis à disposition, par le Seigneur, pour avoir une belle expérience de vie sur cette terre. C’est une grâce de pouvoir se rendre chez un médecin. Si tu as un problème de santé et que tu as la possibilité d’y aller, vas-y, tu n’es pas en train de commettre un péché, tu n’es pas en train de rabaisser ton Dieu non plus, ni même de manquer de foi. La vérité c’est que le Seigneur a permis que la médecine avance aujourd’hui pour que nous n’ayons plus besoin de nous en faire pour certaines maladies. Si tu as par exemple une grippe, tu n’as pas besoin d’entrer en jeûne sachant que si tu vas à la pharmacie tu trouveras ton compte. Dieu est grand, et Il est là pour réaliser l’impossible. Quand les hommes ne pourront plus, Il interviendra car notre ligne d’arrivée, c’est Sa ligne de départ.

Sois équilibré(e)!

Pour terminer j’aimerais juste te dire qu’il est important de faire l’équilibre entre ta vie spirituelle, c’est-à-dire ta relation avec Dieu et le monde dans lequel tu vis. Il n’y a pas que du mauvais sous le soleil. C’est vrai que nous sommes enfants de Dieu, et donc exempts des choses de ce monde, mais la réalité est que nous y vivons encore. La meilleure chose à faire c’est donc de maintenir un sens d’équilibre. Non pas qu’il faille être tiède, loin de là, mais il faut arriver à un niveau de maturité où l’on comprend que l’on peut obtenir certains résultats sans forcement passer des heures dans la prière. En effet, notre enveloppe charnelle nous oblige à faire face à certaines choses telle que l’utilité de notre intelligence. Contrairement à ce que certains peuvent penser, la foi et le bon sens se complètent, ils ne sont pas opposées. Si Dieu nous a doté d’intelligence, c’est pour que nous apprenions à discerner ce qui est bien pour nous. Mais il demeure vrai qu’en tant qu’enfants de Dieu, nous devrions toujours marcher par la foi (Hébreux 10:38).

Cependant, la plupart du temps, nous faisons fi de nos responsabilités en tant que chrétiens, croyant que le Seigneur fera tout à notre place. La relation avec Dieu n’est pas à sens unique, elle va dans les deux sens, comme toute relation d’ailleurs. Pour certaines choses, le Seigneur nous a donné le libre arbitre, la libre capacité de disposer de nous-mêmes. Et par moment, du haut de Son trône, je pense qu’Il nous regarde et attend de voir comment nous allons réagir face à certaines situations. C’est bien d’être spirituel mais ne le soyons pas au point de négliger les bénéfices physiques que le Seigneur a mis à notre disposition. Ce n’est pas un péché d’aller à l’hôpital. Le péché selon moi, serait de négliger la grâce que Dieu nous fait d’avoir accès à des soins de santé. Car l’on peut bien obtenir notre guérison en exerçant notre foi au moment de la prise des médicaments, tout comme l’on peut l’exercer uniquement dans la prière et être guéri. Faisons donc preuve de plus de discernement.


PARTAGER L'ARTICLE SUR
Write a response

Laisser un commentaire

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close