Search

Jeune chrétien et entrepreneuriat : comment trouver un mentor ?

PARTAGER L'ARTICLE SUR

La réponse à la question c’est se laisser conduire par le Saint-Esprit et là on a fini l’article. Maintenant concrètement, il faudrait avoir quelques critères pour reconnaître la personne vers qui Dieu nous envoie. Le premier de tous, c’est la crainte de l’Eternel.

La crainte de l’Eternel.

Un mentor est caractérisé par sa sagesse, c’est ce qu’il va mettre à ta disposition pour te coacher et te conduire sur le chemin du succès. Or, la crainte de l’Eternel nous dit la Bible, est le commencement de la sagesse.

Si vous choisissez, surtout dans le domaine des affaires, un mentor qui ne craint pas Dieu, il risque de vous conduire à la dérive. Plusieurs se sont retrouvés dans des sectes et loges occultes, à force d’avoir pour mentor des disciples de satan.

Doit avoir fait ses preuves dans le domaine (échecs et réussites).

Le piège dans lequel plusieurs peuvent tomber ici, c’est de chercher un homme riche, qui donne l’impression d’avoir réussi. Toute personne riche à la tête d’une grande entreprise n’est pas forcément quelqu’un qui a réussi. Un manager peut se retrouver à la tête d’une grande entreprise qu’il n’a pas engendrée. Plusieurs personnes ayant des parents fortunés se sont vus un jour ou l’autre à devoir gérer l’entreprise familiale qu’ils n’ont pas créée ni fait grandir.

Le mentor qu’il te faut pour tes affaires n’est pas seulement quelqu’un qui a réussi, c’est davantage quelqu’un qui a beaucoup échoué. Oui, les conseils de quelqu’un qui a essayé beaucoup de choses et qui a souvent connu l’échec, sont plus avisés et plus précieux que ceux de quelqu’un qui a eu tous les feux au vert sur son chemin. Celui qui a réussi connaît peut-être un moyen par lequel ça peut marcher, mais celui qui a souvent échoué connaît dix mille moyens par lesquels ça ne peut marcher. Et généralement, le jeune entrepreneur a davantage besoin de cette deuxième catégorie de conseils.

Etre disponible et concerné.

Là il y a un couac car nous sommes en affaires, et aucun homme d’affaires véritablement prospère n’a réellement le temps. La meilleure façon de tirer profit de toute l’expérience et de toute la sagesse d’un mentor, c’est de se mettre à son service. Accepter de travailler ne serait-ce que pour un temps avec lui, même bénévolement. La jeunesse que nous sommes aujourd’hui je sais, n’aime pas trop ce terme. Mais il n’y a que le discipolât qui permettra à un mentor de se dupliquer totalement en toi. Par ailleurs, en te montrant fidèle dans la gestion de Ses affaires, le Seigneur bénira les tiennes au moment opportun.

La disponibilité dont il s’agit ici, ce n’est certainement pas celle de te voir tous les jours pour des séances de coaching privé, ne te fais pas d’illusion. Par contre, c’est le fait pour le potentiel mentor d’être disposé à se consacrer à cette mission qui est quand même exigeante et prenante. Cela peut se faire sous la forme d’un emploi qu’il te donne dans sa structure pour que tu sois près de lui ou autre, selon sa disponibilité.


PARTAGER L'ARTICLE SUR
Write a response

Laisser un commentaire

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close