Search

La femme selon Proverbes 31

Qui n’a jamais été émerveillé devant la femme du Proverbe 31 ? Je la nomme « la femme parfaite ». Celle que tous les hommes rêvent d’avoir et en qui toutes les femmes pieuses voudraient s’identifier. Lire  Proverbes 31 : 10-31.

Seigneur donne-moi d’être comme la femme du Proverbe 31. Voilà la prière qui monte dans mon cœur chaque fois que je lis ce chapitre, tellement je suis fascinée par sa diligence, sa sagesse, son grand dévouement envers son mari et sa famille ! « Elle ne mange pas le pain de la paresse » V 27. Quelle merveille, n’est-ce pas les frères ?

Toutefois, il est important d’être réaliste : la femme parfaite n’existe pas. En tout cas pas dans ce monde. La femme du proverbe 31 regorge dans son sein de toutes les vertus qu’on aimerait voir dans une femme. Cependant, mon frère, si tu retrouves 40% de ces vertus dans ta femme ou fiancée, réjouis-toi d’avoir reçu du Seigneur une femme de valeur et dis-lui tout le temps à quel point tu es privilégié de l’avoir à tes côtés, car elle est ton bonheur et c’est une grâce de la part de l’Éternel (Cf. Proverbes 18.22).

Et nous les dames, ne soyons pas surprises du fait que malgré tous nos efforts et toute notre bonne volonté nous n’arrivions pas à la cheville de la « femme parfaite ». Oui, elle a mis la barre haute mais nous ne devons pas nous décourager, parce que si le Saint-Esprit a bien voulu inscrire cet hymne de la femme idéale dans la Bible, c’est pour qu’il nous serve de modèle et non pour qu’on s’en sente frustrée. Cherchons à connaître son secret. Qu’est ce qui fait d’elle une femme si distinguée ?

Proverbes 31. 30 (Darby) « La grâce est trompeuse, et la beauté est vanité ; la femme qui craint l’Éternel, c’est elle qui sera louée. »

Comme tu l’as si bien deviné, c’est la crainte de l’Eternel qui fait  la force de la « femme parfaite ». Elle prend le temps de rechercher la volonté du Seigneur en toutes choses, dans Sa Parole, et met tout ce qu’elle a reçu de Lui en pratique. Elle est sensible à la voix du Saint-Esprit et est enseignable. Elle aime Son Seigneur et Son Chemin lui est agréable.

La Bible regorge d’exemples de telles femmes vertueuses qui ont marqué leurs générations et dont la confiance et la foi en Dieu parlent encore fort de nos jours. Nous pouvons citer entre autres : Sarah, femme d’Abraham, le père de la foi, qui était soumise à son mari et l’appelait son seigneur (Cf. 1 Pierre 3.6) ; ou encore Ruth la Moabite qui a su se démarquer des filles de sa nation, en suivant sa belle mère Naomi et en s’attachant à son Dieu. C’est ainsi qu’elle nous a laissé en héritage ce beau verset que l’on retrouve constamment sur les faire-part de mariages : « […] où tu iras, j’irai, et où tu demeureras, je demeurerai : ton peuple sera mon peuple, et ton Dieu sera mon Dieu. » Ruth 1.16 (Darby). Et que dire d’Anne, la mère de Samuel, qui a honoré son vœu envers le Seigneur, celui de lui prêter pour la vie son enfant, s’Il lui en donnait un (lire 1 Samuel chapitre 1) ? Ou même de la grand-mère et la mère de Timothée qui ont été des modèles de foi pour lui et qui ont contribué à faire de lui un « grand serviteur de Dieu » (2 Timothée 1) ? Elles sont légions ces femmes vertueuses que le Saint-Esprit met en lumière au travers de la Parole.

Nous aussi mes chères dames, nous avons besoin de marquer notre génération en nous tenant fermement sur les standards bibliques de la sainteté. Pour y parvenir, nous devons travailler quotidiennement à ressembler au modèle biblique de la femme vertueuse. Cette femme « vêtue de force et de dignité, et qui se rit du jour à venir » est une femme qui sait que son lendemain appartient à Dieu et par conséquent, n’a pas à s’inquiéter de l’avenir. Car, elle sait en qui elle a crû et reste confiante qu’Il ne l’abandonnera pas au jour de l’épreuve (Cf. Esaïe 43. 2).

Pour vous chers messieurs, en attendant que Dieu vous envoie votre chère et tendre moitié, respectez et prenez soin de la dignité des femmes que le Seigneur a placées sur votre chemin, comme l’a recommandé l’apôtre Paul à Timothée (lire 1 Timothée 5.2). Apprenez aux jeunes sœurs à aimer le Seigneur, à se parer des bonnes œuvres et évitez d’abuser de leur vulnérabilité, car si une femme se sent respectée, elle se comportera avec beaucoup de dignité et de sagesse.  

Et aussi, j’aimerais encourager les hommes qui sont mariés ou qui sont fiancés, à travailler diligemment à ce que leurs tendres moitiés s’identifient à cette « femme parfaite » qui est l’image de l’Église, fiancée du Seigneur Jésus, pour laquelle « Il s’est livré à la Croix et qu’Il se plait à sanctifier par la Parole et à purifier, afin qu’elle paraisse devant Lui glorieuse, sans tâche, ni ride, mais sainte et irrépréhensible. » (Cf. Éphésiens 5. 25-27).

Vous devez travailler à ce qu’elles deviennent un modèle de femme vertueuse. Pour y parvenir, vous aurez besoin d’être proches du Seigneur Jésus-Christ afin qu’Il vous enseigne comment Lui-même use de beaucoup de patience envers Sa chère fiancée l’Église, afin qu’elle soit parfaite.

Pour terminer, j’aimerais encourager toutes les femmes célibataires ou mariées, à rechercher de tout leur cœur à plaire au Seigneur. Laissons-nous façonner par notre Divin Maître et prenons le temps de rechercher Sa volonté dans la Parole, par la prière. Acceptons d’avancer avec assurance et détermination vers cet idéal de femme.

1 comment

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close