Search

La peur, le doute et l’incrédulité: le trio gagnant de Satan pour neutraliser la puissance du chrétien.

PARTAGER L'ARTICLE SUR

Il est de la volonté de Dieu que tout chrétien soit dans une dimension de puissance. Ce qui répond justement à l’objet d’une vie vouée à Christ. Mais, il est clair que l’instigateur du mal ne verra jamais de bon œil la puissance du chrétien. Car un chrétien puissant est un homme ou une femme en moins sous son obédience. Voilà pourquoi, tout ce qui se trouve être un moyen de réduire à l’impuissance sera utilisé par Satan. Pour arriver à son but, il utilise des artifices susceptibles de l’amener vers cette victoire tant recherchée. Et la peur, le doute et l’incrédulité se trouvent être des moyens forts efficaces pour neutraliser la puissance du chrétien. D’où l’importance d’entrer en profondeur, afin de cerner ces armes de notre ennemi juré pour mieux déjouer ses plans.

La peur.

La peur se présente comme un sentiment d’inquiétude qui se manifeste en présence où à la pensée du danger. Il faut dire que chacun de nous avons déjà expérimenté au moins une fois cette émotion. Ce sentiment nous met souvent face à deux solutions: fuite ou combat. Malheureusement, dans cette bataille que nous livre Satan, nous sommes nombreux à avoir pris la fuite devant lui. Mais que nous édicte la Bible sur la question ?  Jésus a dit: « Voici, Je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions, et sur toutes la puissance de l’ennemi; et rien ne pourra vous nuire » (Luc 10. 19 LSG). Malgré cela, nous continuons à avoir peur de l’ennemi, de sa puissance. Toutefois, la parole offre la clé pour cesser de prendre la fuite: « Ne vous inquiétez de rien; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces » (Philippiens 4. 6 LSG). Aussi, l’apôtre Pierre nous recommande: « Soyez sobres, veillez » (1 Pierre 5. 8 LSG). C’est ainsi que la réjouissance ne sera pas la part de l’ennemi lorsque vient le danger. La peur ne constitue qu’une des armes qu’utilise Satan.

Le doute.

Une autre manière de passer notre force à néant serait de nous amener à douter. En effet, un caractère irrésolu par rapport aux nombreuses promesses de Dieu est un chèque signé à l’ l’ennemi. C’est à Jacques de mettre un symbolisme à nul autre pareil sur cet état: « car celui qui doute est semblable au flot de la mer, agité par le vent et poussé de côté et d’autre » (Jacques 1. 6b LSG). Douter, c’est donc jouer sur deux terrains à la fois, et la fluctuation spirituelle n’est jamais bien vue par Dieu. Retenons que le doute a été l’une des premières armes que le diable a utilisée contre l’humanité, notamment lorsqu’il disait à la femme: « Dieu a-t-il réellement dit: Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin ? » (Genèse 3. 1 LSG). Et cette question qui a été au commencement, continue à se claironner aujourd’hui dans la vie chrétienne. Et c’est encore le même but qui se poursuit: amener l’homme à la déchéance finale. En tant que chrétiens, nous sommes particulièrement ciblés par l’ennemi et nous avons besoin d’avoir une réponse. Il faut dire que la foi en Dieu est la réponse efficace et efficiente face cette arme de l’ennemi. La peur, le doute sont deux armes que l’ennemi utilise contre les chrétiens. Mais qu’en est-il de l’incrédulité ?

L’incrédulité.

L’incrédule est celui qui se laisse difficilement convaincre. Cette dimension se manifeste en ce que certains mesurent Dieu à l’aune du raisonnement humain, avant de croire en Sa parole. Comportement qui se trouve être un champ fertile pour le diable. Car, là où se trouve la stérilité par rapport à la Parole, se trouve aussi un champ extraordinairement propice pour l’ennemi. « Prenez garde, frère, que quelqu’un de vous n’ait un cœur mauvais et incrédule, au point de se détourner du Dieu vivant » (Hébreux 3. 12 LSG). A force de croire avec peine, une diminution se constate dans le champ de notre foi. L’ennemi commence donc à prendre le large sur nous, à l’instant où l’incrédulité trouve du terrain en nous. L’incrédulité est donc aux antipodes de la vie de foi que nous cherchons à mener en tant que chrétiens (Romains 3. 17 LSG), puisqu’elle met aux arrêts la promptitude de notre foi. L’incrédulité met donc en retard le train d’accomplissement de la promesse de Dieu dans votre vie. Elle sert aussi de rogne à notre croyance en Dieu. Il est donc clair que la peur, le doute et l’incrédulité neutralisent la puissance du chrétien à la faveur de l’instigateur du mal.

Ayez foi en Dieu ! Voilà une meilleure façon de conclure cet article, puisque vous avez sûrement deviné que la foi est la base qui est à même d’amener la victoire à notre porte. C’est ainsi que nous pourrions entrer dans les promesses de Dieu. Car, neutraliser la puissance du chrétien n’est pas un plan divin mais purement diabolique. Donc, si vous voyez ce trio se pointer à l’horizon de votre vie, sachez que Satan vous a dans son viseur. Ce n’est pas qu’il ne cible pas tous les chrétiens, mais c’est une façon de vous mettre la puce à l’oreille pour que vous soyez toujours sur vos gardes. Rappelons-nous toujours que la peur, le doute et l’incrédulité représentent le trio gagnant de Satan pour neutraliser la puissance du chrétien.


PARTAGER L'ARTICLE SUR

1 comment

  1. Merci pour votre article édifiant.

    la victoire qui triomphe du monde, c’est notre foi.

    Que Dieu vous bénisse et qu’il vous donne encore plus de révélations

Write a response

Laisser un commentaire

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close