Search

Le chant prophétique

Je me souviens qu’il y a quelques temps une personne que je connais bien se demandait si le chant prophétique était un mythe ou une réalité ? Elle n’est sans doute pas la seule à se poser cette question. En tout cas pour ceux et celles qui servent dans l’office de la louange et de l’adoration, le sujet est réel et vaut son pesant d’or. Pour d’autres, peut-être qu’ils n’en ont jamais entendu parler. Mais dans tous les cas, la louange, l’adoration ou le chant en général occupe une place importante dans notre communion personnelle avec Dieu et dans le déroulement de nos cultes communautaires.

C’est pourquoi, nous pensons qu’un aspect comme celui du chant prophétique mérite d’être abordé, élucidé et approfondi, afin que meilleurs nous soyons en tant qu’adorateurs ou conducteurs de louange.

1- Le chant prophétique : qu’est-ce que c’est ?

Le chant est une émission de sons musicaux par la voix humaine. C’est aussi une composition musicale destinée à la voix.

Le prophétique quant à lui fait référence aux manifestations de l’Esprit visant à délivrer un message divin et actuel. La Bible dit que : « Celui qui prophétise (…) parle aux hommes » (1 Corinthiens 14:3). En d’autres termes, dans le message prophétique, Dieu s’adresse directement et de façon actuel à un homme ou à une femme.

Ainsi, le chant prophétique met en évidence la réalité selon laquelle Dieu utilise le chant comme canal pour délivrer un message actuel, inattendu et parfois personnel. Le prophétique dans le chant se manifeste à trois niveaux : dans la façon dont ledit chant a été composé, à travers le message prophétique qu’il annonce et dans la manière dont l’Esprit peut conduire le Chantre à l’interpréter.

2- Chant prophétique par composition

En Ephésiens 5:19, nous lisons ceci: « Entretenez-vous par des psaumes, par des hymnes, et par des cantiques spirituels, chantant et célébrant de tout votre cœur les louanges du Seigneur ». Dans ce texte deux choses essentielles ressortent. La première: psaumes, hymnes, cantiques spirituels c’est-à-dire des chants spirituels. La deuxième à la fin du verset est la suivante : louanges du Seigneur. Autrement dit, il y a des chants qui ne sont pas spirituels du tout, et qui ne sont pas du Seigneur sinon le verset n’aurait pas insisté sur la précision.

Un chant peut être spirituel mais pas prophétique. Or un chant prophétique est déjà spirituel. J’explique : un chant (composition) est spirituel parce qu’il s’inspire de la Parole de Dieu, il s’appuie sur des faits, des accomplissements, des promesses divines, parce qu’il est conçu uniquement pour la Gloire de Dieu, parce qu’il est écrit par la capacité divine, avec des motivations pures que Dieu agrée. Bref, c’est une louange du Seigneur pour reprendre l’expression du verset.

Cependant, un chant (composition) est dit prophétique lorsqu’il est initié et révélé par le Seigneur via des canaux prophétiques. L’Esprit peut nous le révéler par un songe, par une vision, par la manifestation du don de prophétie pendant que nous sommes par exemple dans un moment de prière intime ou intense et là des paroles inattendues et imprévues sur fond d’une mélodie intérieure jaillissent de nos entrailles, par le discernement des esprit en ouvrant nos oreilles et nous permettent d’écouter des mélodies et paroles dans le domaine spirituel. Dans ce cas précis, même si le chant ne contient pas un message prophétique au sens strict, ce chant est dit prophétique à cause de la manière dont il a été révélé.

3- Chant prophétique par contenu

Un chant (une composition) peut être la transcription d’un message prophétique. Un message qui concerne le futur par exemple. Les Psaumes bibliques sont en réalités des chants. Or, en les examinant de plus près, nous voyons qu’ils sont remplis de messages prophétiques. Certains d’entre eux ont décrit à l’avance quelques étapes du parcours terrestre du Christ, c’étaient donc des prophéties.

Le Psaumes 22 en est un exemple. Psaume 22:2a : « Mon Dieu ! mon Dieu ! pourquoi m’as-tu abandonné » préfigurant la déclaration de Jésus sur la croix en Matthieu 27 :46 : « Éli, Éli, lama sabachthani ? »

Psaumes 22:17 : « Car des chiens m’environnent, une bande de scélérats rôdent autour de moi, ils ont percé mes mains et mes pieds » image de Christ mains et pieds percés à la croix.

Psaumes 22:18 : « Ils se partagent mes vêtements, ils tirent au sort ma tunique »

confirmé par Matthieu 27:35 : « Après l’avoir crucifié, ils se partagèrent ses vêtements, en tirant au sort, afin que s’accomplît ce qui avait été annoncé par le prophète : Ils se sont partagé mes vêtements, et ils ont tiré au sort ma tunique ».

Les chants des Psaumes sont truffés de messages prophétiques décrivant parfois le futur avec une précision déconcertante. Nous venons de le prouver, un chant peut être prophétique parce que son message l’est.

4- Chant prophétique par interprétation

L’interprétation d’un chant peut se faire de façon prophétique. Un exemple très courant est le fait qu’un conducteur de louange, en dépit du canevas prévu et travaillé à l’avance, ressent au moment où il est sur scène l’urgence intérieure de chanter un autre chant qui n’était pas prévu dans l’office du jour : C’est le chant spontané.

A ce moment précis, ce nouveau chant est donné par l’Esprit pour sans doute actualiser ou rappeler Son message au profit du peuple ou d’une personne donnée et selon un besoin précis. Même si au départ, lors de la composition de ce chant, il ne comportait pas de message prophétique, le chanter selon la direction de l’Esprit de façon spontanée devient un message prophétique.

Aussi, il est possible de chanter un chant dont les paroles sont bien connues et bien maitrisées sans le moindre risque de les oublier, et ressentir tout à coup d’autres paroles jaillir de l’intérieur, en accord avec la mélodie : c’est le chant nouveau ou improvisé. C’est l’une des manifestations les plus connues du chant prophétique.

C’est pourquoi le chantre pour expérimenter le chant prophétique doit être baptisé et continuellement rempli du Saint-Esprit. Car, sans l’action de l’Esprit, il n’y a ni composition, ni contenu, ni interprétation prophétique.

5- Le prophétique et le chant vont de pair

Oui, le prophétique et le chant vont de pair. Le Prophète Elisée connu comme une sommité prophétique est consulté par le roi d’Israël pour connaitre l’issue de la guerre qu’il va mener. Mais, étrangement, le prophète demande qu’on lui amène un joueur de harpe donc un chantre. Lorsque le joueur de harpe se mit à jouer, la main de l’Eternel fut sur Elisée et il prophétisa : « Maintenant, amenez-moi un joueur de harpe. Et comme le joueur de harpe jouait, la main de l’Eternel fut sur Elisée. Et il dit : Ainsi parle l’Eternel (…) ».

La Bible, parlant du Seigneur, dit au Psaume 22:4 : « Pourtant tu es le Saint, tu sièges au milieu des louanges d’Israël ». Le mot siéger, au-delà du fait d’avoir un trône ou une position d’autorité, désigne une séance, une délibération en vue de rendre des décisions. Ainsi, pendant une louange ou une adoration agréée par le Seigneur, Il siège et prend des décisions. Autrement dit, Il parle. D’où le déclenchement du prophétique chez Elisée et dans nos assemblées pendant les forts moments d’adoration.

Le dernier argument est celui-ci. Nombreux des grands chantres établis par David étaient des prophètes notamment d’Asaph (2 Chroniques 29:30) et Jeduthun (1 Chronique 25:5). Pourquoi un tel choix ? Était-ce une simple coïncidence ? Je ne pense pas. D’ailleurs, David lui-même grand chantre était aussi prophète.

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close