Search

Le droit d’aînesse : Jacob a-t-il volé la bénédiction d’Esaü ?

Les enseignements reçus à l’école du dimanche et de certains hommes de Dieu ont toujours accusé Jacob de voleur de bénédiction. Je pense qu’il est temps d’arrêter de véhiculer ce mode d’interprétation. En effet, Isaac et Rebecca sont les parents biologiques d’Ésaü et de Jacob. Après vingt (20) ans d’infertilité, Rebecca est tombée enceinte de jumeaux. Ésaü et Jacob étaient les fils jumeaux d’Isaac et de Rébecca. Esaü aurait dû hériter des responsabilités et des bénédictions associées à son statut de fils aîné. Malheureusement, il vendit son droit d’aînesse à son jeune frère Jacob en échange la nourriture.

Le droit d’aînesse confère la totalité ou la majorité des biens d’un foyer au premier né (aîné). D’après le dictionnaire biblique, le droit d’aînesse, c’est aussi le privilège du fils aîné, appelé aussi droit de primogéniture. Le droit d’aînesse traduit également l’héritage de la famille (à l’époque, la tradition voulait que ce soit l’aîné qui hérite).

Importance du droit d’aînesse

Le droit d’aînesse occupe une place importante dans toutes les sociétés. Il ne tient pas vraiment compte du niveau d’études, social, des ressources financières. L’aîné reste l’aîné, peu importe les temps et les circonstances. Les frères de Joseph, en Egypte, dans la maison de Joseph, se sont assis du plus âgé au moins âgé.

Genèse 43 : 33 (LSG) : « Les frères de Joseph s’assirent en sa présence, le premier-né selon son droit d’aînesse, et le plus jeune selon son âge … »

L’erreur d’Esaü

L’erreur d’Esaü était d’avoir vendu son droit d’aînesse à son frère cadet Jacob en échange de la nourriture (compromis). Selon le dictionnaire, la compromission, c’est l’action de transiger avec sa conscience ou ses principes en acceptant certains accommodements avec d’autres personnes pour son intérêt personnel (son ambition, ses passions ou sa tranquillité). C’est aussi, je pense, une sorte d’arrangement qui nous profite d’une manière ou d’une autre. La compromission a toujours eu des conséquences que nous ne mesurons certainement pas sur le coup.

L’arrangement d’Esaü avec Jacob c’était qu’Esaü, le frère aîné, vende son droit d’aînesse en échange de la nourriture. Esaü avait méprisé le droit d’aînesse, ne réalisant pas la portée de son acte. Il n’avait jamais imaginé un seul instant que cela pouvait le disqualifier et lui porter préjudice à l’heure de la bénédiction. Il a pris cet acte comme quelque chose de banal, et pourtant la bénédiction du père est rattachée au  droit d’aînesse.

Genèse 25 : 29-34 (LSG) : « Comme Jacob faisait cuire un potage, Esaü revint des champs, accablé de fatigue. Et Esaü dit à Jacob : Laisse-moi, je te prie, manger de ce roux, de ce roux-là, car je suis fatigué. C’est pour cela qu’on a donné à Esaü le nom d’Edom. Jacob dit: Vends-moi aujourd’hui ton droit d’aînesse. Esaü répondit: Voici, je m’en vais mourir ; à quoi me sert ce droit d’aînesse ? Et Jacob dit : Jure-le-moi d’abord. Il le lui jura, et il vendit son droit d’aînesse à Jacob. Alors Jacob donna à Esaü du pain et du potage de lentilles. Il mangea et but, puis se leva et s’en alla. C’est ainsi qu’Esaü méprisa le droit d’aînesse. »

Aujourd’hui, combien d’entre nous comme Esaü, avons vendu, ce qui a de la valeur (intégrité, conviction, croyance, Foi…), pour des choses éphémères et sans valeur ? Cet échange vaut-il vraiment la peine ?

A l’heure de la bénédiction

Lorsque Ésaü et son jeune frère Jacob concluaient sur le droit d’aînesse, Isaac leur père n’était pas informé. Donc au moment de la bénédiction, ne sachant pas qu’Ésaü a vendu son droit d’aînesse à son jeune frère Jacob, il appelle naturellement le fils aîné Ésaü.

Genèse 27 : 1-4 (LSG) : « Isaac devenait vieux, et ses yeux s’étaient affaiblis au point qu’il ne voyait plus. Alors il appela Esaü, son fils aîné, et lui dit: Mon fils ! Et il lui répondit : Me voici ! Isaac dit : Voici donc, je suis vieux, je ne connais pas le jour de ma mort. Maintenant donc, je te prie, prends tes armes, ton carquois et ton arc, va dans les champs, et chasse-moi du gibier. Fais-moi un mets comme j’aime, et apporte-le-moi à manger, afin que mon âme te bénisse avant que je meure. »

Rebecca, la maman, prévient Jacob, son fils préféré, de se faire bénir par son père à la place de son frère Esaü pendant qu’il est à la chasse. Comme il est aveugle, Jacob ne ressemblant pas à son frère se travestit en Esaü avec des poils de chevreaux. Jacob se fait bénir par son père et Esaü comprend à son retour que son frère a pris sa place.

À mon avis, après avoir vendu une chose, elle ne nous appartient plus. Parce qu’Ésaü a vendu son droit d’aînesse, il n’avait plus droit à l’héritage. Mais c’était plutôt Jacob qui était habilité à recevoir la bénédiction. De ce fait, Jacob n’a jamais été ce voleur  que certains veulent nous faire croire.

Dans le plan divin, c’était bien l’aîné qui est destiné à recevoir la bénédiction de son père. Mais il est plus qu’important de signifier que Jacob n’a jamais volé la bénediction d’Esaü. Esaü la lui a vendue et a oublié aussitôt ce qui c’était passé, d’où son renoncement à son droit d’aînesse.

Néanmoins, nous sommes d’accord pour reconnaître que même s’il n’est pas voleur, Jacob dont le nom veut littéralement dire supplanteur, a usé de ruse pour séduire son frère aîné. Le droit d’aînesse ne se vend pas et cette proposition à son frère au comble de sa faiblesse physique, a tout d’indécent. C’est donc pas un exemple à encourager et nous devons éviter de profiter de la faiblesse d’autrui, quelle que soit la situation.

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close