Search

Le Royaume des Cieux est notre héritage pas une récompense

Le royaume de Dieu est une réalité spirituelle à laquelle nous ne pouvons accéder sans une vie saine et entièrement dévouée à Dieu. Nous savons en général ce que représente un héritage : un patrimoine laissé par nos parents ou grands-parents, une succession, entreprise ou richesse, etc. Mais qu’en est-il du Royaume des cieux ? Est-il une grâce ou une récompense ?

Sachez d’entrée que notre salut en Christ n’est nullement une récompense.

Galates 3 : 29 « Et si vous êtes à Christ, vous êtes donc la postérité d’Abraham, héritiers selon la promesse »

Vous pourriez considérer le Royaume de Dieu comme une récompense, mais en réalité cela est un héritage de notre Père Céleste (Dieu). Jésus-Christ est héritier du Royaume du Père, et à notre tour, nous sommes cohéritiers de Christ, Romains 8 : 17 « Or, si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers : héritiers de Dieu, et cohéritiers de Christ ». Quelle grâce !

Mais pourquoi devons-nous hériter du Royaume de Dieu ? Car nous sommes des héritiers de Dieu, nous sommes Fils et filles de Dieu:

Galates 4 : 7 « Ainsi tu n’es plus esclave, mais fils ; et si tu es fils, tu es aussi héritier par la grâce de Dieu »

C’est pour cela que nous devons hériter du royaume de Dieu, tout simplement. Hériter c’est être un partenaire de la vie du Christ. Le royaume de Dieu est là, où Dieu est le souverain, le Roi, le père. Il règle, Il fait pleuvoir chaque jour Sa grâce, Ses bénédictions divines sur nous, car Il nous aime comme un père qui aime ses enfants.

Cependant, il y a des conditions de la part de Dieu pour accéder au royaume.

Romains 14 : 17 « En effet, le royaume de Dieu, ce n’est pas le manger et le boire, mais la justice, la paix et la joie, par le Saint-Esprit »

Dieu nous demande de nous préparer pour Son Royaume en étant sanctifiés, fidèles, obéissants, persévérants dans la foi. Il nous invite vraiment à chercher ce qui représente le Royaume, avec ses valeurs comme : la justice, la paix, l’amour, l’humilité, la bonté, la douceur, etc.

Vous auriez compris: Dieu est un Dieu d’amour, mais aussi un Dieu d’ordre. Il demande une vraie discipline dans l’absolue pour accéder à Son royaume.

Par ailleurs, pour recevoir cet héritage, Dieu souhaite que nous cherchions Son royaume.

Matthieu 6 : 33 « Recherchez d’abord le royaume de Dieu et toutes choses vous serons données en plus »

A cette fin, il s’agira d’arrêter de se préoccuper des attraits de ce monde pour nous focaliser sur les choses d’en haut, afin d’être jugés dignes du Royaume de Dieu. Du reste, réalisez que vous appartenez à ce royaume. Que Jésus est bon et merveilleux et qu’Il fait régner Sa paix et Son amour dans vos cœurs. Nous sommes Ses enfants bien-aimés et nous avons tous une place à Sa table. Il nous promet de nombreux trésors cachés aux sages de ce monde: trésors matériels, spirituels, etc.; la Bible parle des plus belles et précieuses promesses. Gloire à Dieu !

Une prière : Dieu, je te dis merci pour Ton Royaume. En tant que Ton enfant, donne-moi la grâce de toujours chercher Ton royaume avant toute chose. Je veux être digne de Ta majesté et marcher selon Ta volonté pour moi. Amen!

1 comment

  1. « Sachez dès le début que notre salut en Christ n’est en aucun cas une récompense. » Lesly Manco

    Dans cette déclaration, l’auteur a raison de la foi du salut par la libre grâce de Dieu en Christ. Mais il n’est pas exact que la question du Royaume des Cieux ne soit pas une récompense. Bien que tous les enfants de Dieu soient héritiers du salut par la grâce, tous n’hériteront pas du droit au Royaume des Cieux. Le droit de régner avec le Christ pendant mille ans dépend de notre croissance spirituelle et de nos œuvres en Christ. Aucun roi ne laisse un héritage de son trône à son fils mineur ou immature. Dans ce cas, il a besoin d’un tuteur. Ici au Brésil, nous avons eu le cas de D. Pedro II qui a reçu le royaume de son père D. Pedro I quand il était encore mineur et avait besoin d’un tuteur jusqu’à ce qu’il atteigne l’âge de la majorité.

    Et dans l’Ancien Testament, nous avons l’exemple d’Ésaü et de Jacob: Ésaü était le fils aîné d’Isaac, et a donc hérité du droit d’aînesse et de la bénédiction de son père de naissance. Mais nous savons bien qu’il méprisait son droit d’aînesse et l’a vendu pour un plat de lentilles à son frère intelligent Jacob. Et plus tard, avec l’aide de sa mère Rebeca Jaco, il a encore usurpé la bénédiction d’Isaac pour Ésaü. Tout cela avec permission de Dieu, non seulement parce qu’elle aimait Jacob et détestait les femmes d’Ésaü.

    (« Isaac aimait Ésaü, parce qu’il aimait sa chasse; cependant Rebecca aimait Jacob. » Genèse 25:28).

    Et pas seulement parce que Dieu aimait Jacob et détestait Ésaü.

    (« Comme il est écrit: j’aimais Jacob, mais je détestais Ésaü. » Romains 9:13).

    Mais précisément à cause de cela, que Jacob valorisait l’héritage (droit d’aînesse et bénédiction) plus que son frère. Ésaü.

    (« Jaco avait cuisiné, quand, quand il était en bas, il venait du champ d’Esaü
    et lui dit: Je te demande de me laisser manger une partie de cette cuisine rouge, parce que je suis faible. D’où le nom d’Edom.
    Jacob a dit: « Vendez-moi d’abord votre droit d’aînesse. »
    Il a répondu: je suis sur le point de mourir; de quoi le droit d’aînesse me bénéficiera-t-il?
    Puis Jacob a dit: Jure-moi d’abord. Il a juré et vendu son droit d’aînesse à Jacob.
    Jacob donna donc à Ésaü du pain et des lentilles; il a mangé et bu, s’est levé et est parti. Esaü méprisait donc son droit d’aînesse. « Genèse 25: 29-34).

    Pour en revenir au Nouveau Testament, nous avons plusieurs passages qui utilisent littéralement l’expression récompense ou prix se référant au Royaume des Cieux.

    « Réjouissez-vous et réjouissez-vous, car votre récompense est grande dans les cieux; car ainsi ils ont persécuté les prophètes qui ont vécu avant vous. » Matthieu 5:12

    « Réjouissez-vous ce jour-là et réjouissez-vous, car grande est votre récompense dans le ciel; car de cette manière, vos pères ont procédé avec les prophètes. » Luc 6:23

     Plus précisément, dans 1 Corinthiens 3, le salut se distingue de la récompense (du royaume).

    « Maintenant celui qui plante et celui qui arrose est un; et chacun recevra sa récompense, selon son propre travail. » 1 Corinthiens 3: 8

    « Si le travail de quelqu’un qui a bâti sur la fondation demeure, il recevra un prix; » 1 Corinthiens 3:14

    Voyons tout le texte pour ne pas perdre le contexte:

    « Car nous sommes des collaborateurs de Dieu; la récolte de Dieu, la construction de Dieu, c’est vous.
    Selon la grâce de Dieu qui m’a été donnée, j’ai posé les bases d’un constructeur prudent; et un autre s’appuie dessus. Mais chacun voit comment il construit.
    Parce que personne ne peut poser une fondation autre que celle qui a été posée, qui est Jésus-Christ.
    Cependant, si quelqu’un construit sur la fondation est de l’or, de l’argent, des pierres précieuses, du bois, du foin, de la paille,
    le manifeste deviendra l’œuvre de chacun; car le Jour le démontrera, parce qu’il est révélé par le feu; et quel que soit le travail de chacun, le feu lui-même le mettra à l’épreuve.
    Si le TRAVAIL de quelqu’un qui a bâti sur la fondation demeure, cette personne recevra un PRIX;
    si le TRAVAIL de quelqu’un est brûlé, il subira des DOMMAGES; mais celui-ci sera cependant SAUVEGARDÉ, comme par le FEU.  »
    1 Corinthiens 3: 9-15

    De même dans Matthieu 25 dans les paraboles des vierges et des talents, nous voyons que le droit aux récompenses du royaume peut être perdu … (pas le salut).

    Pour conclure, je laisse ce que l’Esprit a dit à l’ange de l’église de Philadelphie: « Je viens sans tarder. Apocalypse 3:11

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close