Search

Le Saint-Esprit est Dieu ou une partie de Dieu ?

Toute personne qui veut se rapprocher de Dieu pour Le servir, L’adorer, Le connaître et L’aimer de tout son cœur ; toute personne qui reconnaît en l’Éternel la source de toutes choses, le Créateur du monde visible et invisible ; toute personne qui veut accomplir avec succès la mission que Dieu lui a confiée sur terre : doit aussi découvrir et comprendre la mission ainsi que la nature du Saint-Esprit : Est-Il Dieu Lui aussi, ou est-Il simplement une partie de Dieu ?

Au commencement, dans Genèse 1 : 1 on apprend que la terre était informe et vide et que l’Esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux. Alors quand Dieu relâcha Sa parole pour tout créer au commencement, c’est Son Esprit qui emmena à l’existence tout ce qui n’existait pas. Ensuite la Bible déclare que l’Éternel créa l’homme à Son image et selon Sa ressemblance (Genèse 1 : 27). Et pour que ce dernier devienne une âme vivante, l’Éternel souffla dans ses narines un souffle de vie (Genèse 2 : 7). L’Éternel venait de déposer Son Esprit dans le cœur de l’homme. Mais l’homme ayant choisi d’écouter l’ennemi, tomba dans la désobéissance à l’Éternel. L’Esprit de Dieu se retira de lui pour laisser place au péché, dont la nature est la mort, ainsi que ses principes. L’homme sera alors chassé d’Éden (Genèse3 : 23-24 LSG) et livré à son nouveau maître (Romains 6 : 16).

Ainsi dans Romains 3 : 23-24 (LSG) la Bible déclare : « Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu ; 24 et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ ». En effet dans Jean 3 : 16 (LSG) nous découvrons le plan de rédemption du Créateur qui est Fidèle et Bon : « Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle ». Avant de mourir à la croix, le Seigneur Jésus dira dans Jean 17 : 22 (LSG) : « Père… Je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, afin qu’ils soient un comme nous sommes un ». L’homme pouvait désormais retrouver sa première condition ainsi que sa nature divine. Cependant, tout juste avant de partir, le Seigneur Jésus dira aux apôtres dans Jean 16 : 6 (LSG) Ceci : « il vous est avantageux que je m’en aille, car si je ne m’en vais pas, le consolateur ne viendra pas vers vous ; mais, si je m’en vais, je vous l’enverrai ».

Le Seigneur Jésus nous fait comprendre combien l’influence, la présence ainsi que la puissance du Saint-Esprit sont capitales et déterminantes pour les intérêts du royaume des cieux ici-bas, et aussi pour le salut des âmes qu’Il a rachetées à la croix du calvaire, avec Son sang précieux (Jean 19 : 30). En effet, avec le Saint-Esprit en nous et sur nous, plusieurs disciples peuvent désormais faire partout et en même temps, tout ce que le Seigneur Jésus faisait ici-bas (Actes 1 : 8 ; Luc 6 : 40 ; Jean 14 : 12). Aussi, il servira une mise en garde tenace à toute personne qui ose Le blasphémer, selon que dans Luc 12 : 10 (LSG), Il déclara : « Et quiconque parlera contre le Fils de l’homme, il lui sera pardonné ; mais à celui qui blasphémera contre le Saint-Esprit il ne sera point pardonné ». En effet, c’est aussi le Saint-Esprit qui aide les hommes à prendre possession de cette gloire perdue, en autant qu’ils acceptent le bras tendu du Père qui est le Seigneur Jésus; Il est le chemin, la vérité et la vie éternelle. Aussi Il est le gage de notre héritage, pour la rédemption (Éphésiens 1 : 13-14).

Ce qui nous permet de tirer les 3 conclusions suivantes :

1- Le Saint-Esprit est une personne

A son sujet on emploie le pronom personnel (Jean 14 :26 et Jean 16 : 13 ). Il accomplit dans nos vies tout ce que le Seigneur Jésus faisait lors de Son passage sur terre. Il a les trois éléments essentiels d’une personne : l’intelligence (1 Corinthiens 2 : 11 ), le sentiment (Romains 8 : 27 ; Romains 15 : 30 ) et la volonté (1 Corinthiens 2 : 11). Il entretient des liens de personne à personne avec le Père et le fils (Matthieu 28 : 19 ; 2 Corinthiens 13 :13 ; 1 Corinthiens 12 : 4-6 ; 1 Pierre 1 :1 ; Jude 1 :20). En tant que personne, on peut Le tenter (Actes 5 : 9), Lui mentir (Actes 5 : 3), L’attrister (Éphésiens 4 : 30 ; Esaïe 63 : 10), Lui résister (Actes 7 : 51), L’insulter (Hébreux 10 : 29) et Le blasphémer (Matthieu 12 : 31). Il est distinct de Sa propre puissance (Actes 10 : 38 ; Romains 15 : 13 ; 1 Corinthiens 2 : 4). Il n’est donc pas un souffle ni une puissance même s’Il se manifeste parfois en tant que tels.

2- Pas une partie de Dieu

– Il est Celui qui nous convainc de péché, de justice et de jugement, pour nous emmener ou nous ramener à Christ (Jean 16 : 8).

– Il est aussi Celui qui nous console de toutes nos blessures émotionnelles, spirituelles, et même physiques. Le Saint-Esprit est notre consolateur (Jean 14 : 16 ; Jean14 : 26 ; Jean 15.26 ; Jean16 : 7) au même titre que Jésus-Christ (Jean 14.16 ; 1 Jean 2 : 1).

– Il est la dimension de Dieu au niveau terrestre. On ne peut rien faire sans le Saint-Esprit (1 Corinthiens 2 : 10 ; Genèse 1 : 2).

– Il nous aide à surmonter la tentation et à vaincre le péché (1 Jean 4 : 4).

– Il nous dit exactement quoi prier et comment prier, car bien souvent, nous ne savons pas quoi demander. Il nous faut donc laisser le Saint-Esprit parler à notre esprit, ensuite laisser ce dernier nous parler (Romains 8 : 26).

– Il nous rappelle les passages bibliques, et tout ce que Dieu le Père ou Jésus Christ a dit (Jean 14 : 26).

– Il nous enseigne toutes choses. Il ne remet jamais de copie blanche, peu importe le domaine (1 Jean 2 : 27).

– Il nous permet d’être en communion avec Dieu, de développer une intimité avec Lui (1 Corinthiens 13 : 13), etc.

3 – Le Saint-Esprit est Dieu

Il est éternel (Hébreux 9 : 14) ; Il est omniscient (1 Corinthiens 2 : 10 ; Jean 14 : 26 ; Jean 16 : 12), omnipotent (Luc 1 : 35) et omniprésent (Psaume 139 : 7-10). On Lui attribue aussi la création (Genèse 1 : 2), la régénération (Jean 3 : 5), l’inspiration des Écritures (2 Pierre 1 : 21 ; Actes 1 :16 ; Actes 1 :23-26) et la résurrection des morts (Romains : 8.11). Finalement, Il est expressément appelé Dieu (Actes. 5 : 3 ; 2 Colossiens 3 : 17).

Il a plusieurs autres noms divins (Exode 17 : 17 ; Hébreux 3 : 7-9 ; et 2 Timothée 3 : 16 ; 2 Pierre 1 : 21). Dans 1 Jean 5 : 7 (MARTIN) la Bible déclare : « Car il y en a trois dans le Ciel qui rendent témoignage, le Père, la Parole, et le Saint-Esprit ; et ces trois-là ne sont qu’un ». Aussi, tous les trois possèdent et opèrent avec les mêmes attributs, selon les circonstances qui sont les nôtres, au moment où nous rencontrons Dieu, avec ceci comme recommandations tirées des écritures : Le Père est celui vers qui nous devrions adresser toutes nos prières. Le Saint-Esprit est Celui qui nous console, nous enseigne toute chose en plus de glorifier le Seigneur. Le Saint-Esprit est donc Dieu, au même titre que le Père et le Fils. Il n’y a qu’un seul Dieu au fait, qui se manifeste soit en tant que Père, soit en tant que Fils, soit en tant que Saint-Esprit. Un peu comme un homme pourrait être président de la République pour tout un pays, ensuite être un bon-papa pour ses enfants, et enfin un mari fidèle pour son épouse. Pourtant, c’est la même personne. Et cela est possible parce que Dieu est esprit. Ne le confinez donc jamais dans la dimension des êtres physiques comme nous, qui sommes incapables d’être à plusieurs endroits en même temps.

Le Seigneur Jésus a rebâti le pont que la désobéissance d’Adam avait brisé, entre Dieu et les hommes. Mais pour se l’approprier, nous avons tous besoin de recourir à l’Esprit de Dieu. Et quand Il finit par nous attacher au corps du Christ, il nous faudra veiller par la suite à développer une communion profonde et sincère avec Lui, marquée par la camaraderie, le partenariat ainsi que l’intimité intense. Cela nous permettra de marcher constamment par l’Esprit après la nouvelle naissance, tout en expérimentant progressivement la plénitude, le revêtement et la direction du Saint-Esprit, sur une base quotidienne.

On voit donc clairement combien le Saint-Esprit n’est pas une partie de Dieu, mais bien Dieu Lui-même. Il est Le meilleur ami que chacun de nous puisse avoir ici-bas. Et tous ceux qui ont marché avec Dieu jusqu’à atteindre leur but, sont aussi ceux qui ont su développer une dépendance extrême, méthodique et radicale, avec la merveilleuse présence de Dieu, le Seigneur, l’Esprit. En effet, sans LUI nous ne pouvons absolument pas porter des fruits qui glorifient Dieu. Sans LUI, nous ne pourrons jamais atteindre la stature du disciple accompli du Seigneur Jésus. Décidons donc de ne plus L’ignorer, et notre vie sera transformée à jamais !

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close