Search

Les différents types de prières: La pétition [Partie 3b]

Dans les précédents numéros de la série, nous avons vu neuf clés pour rendre nos prières de pétition efficaces (les trois précédents numéros ICI, ICI et ICI). A travers cet articles, nous traiterons en dixième point, d’un aspect dont on parle peu dans nos communauté: la puissance des offrandes sacrificielles.

10. Accompagnons toujours nos requêtes d’un type d’offrande sacrificielle

Un des principes bibliques que très peu de chrétiens appliquent, et qui aide pourtant à la manifestation de l’exaucement de nos requêtes, est celui de toujours accompagner nos prières d’une offrande sacrificielle de bonne odeur, et ne pas nous contenter d’offrande ordinaire.

Pour qu’une requête soit agréée de Dieu, qu’elle Lui soit agréable, pour que son exaucement brise les barrières et les blocages du monde des ténèbres dans le deuxième ciel, elle doit toujours être accompagnée d’un type de sacrifice, devant le trône de Dieu. C’est cela qui fait monter un parfum d’agréable odeur devant Son trône. On découvre ce principe dans la vie de Noé, dans celle du Père de la foi Abraham, de son fils Isaac, de Jacob ainsi que celle des enfants d’Israël, du Roi David, de Salomon, etc. 

Dans Apocalypse 8:3-5 LSG la Bible déclare : « un autre ange vint, et il se tint sur l’autel, ayant un encensoir d’or; on lui donna beaucoup de parfums, afin qu’il les offrît, avec les prières de tous les saints, sur l’autel d’or qui est devant le trône. La fumée des parfums monta, avec les prières des saints, de la main de l’ange devant Dieu. Et l’ange prit l’encensoir, le remplit du feu de l’autel, et le jeta sur la terre. Et il y eut des voix, des tonnerres, des éclairs, et un tremblement de terre ».

Notre seigneur aussi, après avoir fait « la prière sacerdotale » dans laquelle il avait émis comme requête dans Jean 17 :5 LSG : « Et maintenant Toi, Père, glorifie-moi auprès de Toi-même de la gloire que J’avais auprès de Toi avant que le monde fût ». Après avoir donné sa vie à la croix pour nous, Il devrait d’abord offrir Son sang devant le trône de Dieu pour que tout soit achevé et agréé de Lui. C’est ce qu’Il dira à Marie dans Jean 20 :17 LSG : « Jésus lui dit : Ne me touche pas; car je ne suis pas encore monté vers mon Père. Mais va trouver mes frères, et dis-leur que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu ». Il était allé offrir Son sang précieux pour le rachat de toute l’humanité. Et par la suite, Sa prière fut exaucée : Philippiens 2 :9-11  LSG : « C’est pourquoi aussi Dieu l’a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, et que toute langue confesse que Jésus-Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père ». Lire aussi Éphésiens 1 :20-23 LSG.

Parce que la justice de Dieu fonctionne ainsi, selon que l’Esprit nous conduit, Il pourrait nous arriver d’accompagner nos requêtes et demandes avec :

  • Sacrifice des lèvres : il s’agit des louanges et des adorations, surtout quand rien ne marche comme avec Léa qui avait du mal à se faire aimer de son mari Jacob, et Josaphat qui voyait 3 armées étrangères venir l’attaquer. Léa a dû opter pour la louange (Genèse 29 :35) mais le Roi Josaphat lui a opté pour l’adoration (2 Chroniques 20 :21). Aussi, dans Hébreux 13 :15 LSG, la Bible nous fait ceci comme recommandation : « Par Lui, offrons sans cesse à Dieu un sacrifice de louange, c’est-à-dire le fruit de lèvres qui confessent Son nom ». Dans Psaumes 100:4 LSG la Bible rajoute : « Entrez dans Ses portes avec des louanges, dans Ses parvis avec des cantiques ! Célébrez-Le, bénissez Son nom ! ». La version Darby dit : « Entrez dans ses portes avec des actions de grâces, dans ses parvis avec des louanges. Célébrez-le, bénissez son nom! ».
  • Sacrifice de notre corps. Romains 12 :1 LSG : « Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable ».
  • Sacrifice de privation. Philippiens 4 :6 LSG : « Ne vous inquiétez de rien ; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces ». Supplication vient du grec « deesis » qui signifie : Privation, pénurie.
  • Sacrifice de jeûnes et prières : Jonas 3 :5 LSG : « Les gens de Ninive crurent à Dieu, ils publièrent un jeûne, et se revêtirent de sacs, depuis les plus grands jusqu’aux plus petits ».
  • Sacrifice d’offrandes de repentance : Dans 1 Chroniques 21 :24 LSG, après que le roi David ait provoqué la colère de l’Eternel en faisant le dénombrement du peuple, il offrit des holocaustes de repentance.
  • Sacrifice d’argent: Dans Marc 12 :41-44 LSG, on trouve l’histoire de la veuve aux deux sous : « Jésus, s’étant assis vis-à-vis du tronc, regardait comment la foule y mettait de l’argent. Plusieurs riches mettaient beaucoup. Il vint aussi une pauvre veuve, elle y mit deux petites pièces, faisant un quart de sou. Alors Jésus, ayant appelé Ses disciples, leur dit : Je vous le dis en vérité, cette pauvre veuve a donné plus qu’aucun de ceux qui ont mis dans le tronc ; car tous ont mis de leur superflu, mais elle a mis de son nécessaire, tout ce qu’elle possédait, tout ce qu’elle avait pour vivre ».

A en croire le Seigneur Jésus, une offrande ordinaire est souvent le fruit de notre superflu, et elle ne nous rendra malheureusement pas agréable à Dieu. Elle ne constitue pas ce que nous avons de plus précieux à offrir à l’Eternel, et elle nous pousse rarement à relâcher notre foi, c’est-à-dire à croire véritablement de tout notre cœur en Dieu, comme Le rémunérateur, et La solution finale à notre problème.

La reine Esther a dû offrir deux repas somptueux au Roi Assuérus avant de lui soumettre sa requête (Esther 5 : 4 ; Esther 5 : 8). Quand le Roi David, excité par Satan, fut le dénombrement du peuple contre l’avis de l’Eternel, et que l’ange de la mort commença à tuer des multitudes à cause de lui, le roi choisit d’aller dresser un autel (1 Chroniques 21 :1-26). Aussi dans 1 Chroniques 21:24 LSG il dira : « je n’offrirai point un holocauste qui ne me coûte rien ». C’est donc avec une offrande sacrificielle qu’il réussit à apaiser la colère de l’Eternel. Lui et son fils le Roi Salomon, ont toujours accompagné leurs requêtes d’abondantes offrandes sacrificielles (1 Rois 8 ; 1 Chroniques 29 :21). En effet, quand le Roi Salomon fit l’offrande de 1000 bêtes (ou holocaustes), il avait réussi à bouger le trône de Dieu. L’Eternel lui apparut en songes pour lui prier de demander tout ce qu’il voulait. C’est alors que le Roi choisit la sagesse, et un cœur intelligent, pour être capable de diriger le peuple. Il reçut en plus la richesse et la gloire (1 Rois 3 : 4-15 LSG). 

En fait, leurs requêtes se formulaient sous la forme d’un vœu coûteux, d’une promesse contraignante adressée à l’Eternel, pour obtenir l’exaucement. Aussi, dans l’ancien temps, aucune requête n’était adressée à l’Eternel sans être accompagnée d’un vœu, comme on peut le voir dans 1 Samuel 1 :21 LSG : « Son mari Elkana monta ensuite avec toute sa maison, pour offrir à l’Eternel le sacrifice annuel, et pour accomplir son vœu ». Dans Psaume 66 : 13-14 LSG le Psalmiste déclare : « J’irai dans ta maison avec des holocaustes, j’accomplirai mes vœux envers toi : Pour eux mes lèvres se sont ouvertes, et ma bouche les a prononcés dans ma détresse ».

Anne faisait déjà des offrandes légèrement supérieures aux autres. Puisqu’Elkana lui donnait même le double de la portion de Peninna, pour qu’elle l’offre à l’Eternel. Mais rien n’était débloqué. Elle était encore et toujours la risée de sa rivale (1 Samuel 1 :1-3). Il a fallu qu’elle fasse le vœu de redonner ou de consacrer son fils à l’Eternel (1 Samuel 1 :11) s’Il lui donnait un enfant mâle, en passant d’une offrande ordinaire à une offrande sacrificielle, pour que le trône de Dieu puisse bouger en sa faveur. Non seulement elle devint mère du futur prophète Samuel, qu’elle s’empressa d’emmener au temple comme stipulé dans son vœu, après l’avoir sevré, mais elle eut en plus trois (03) autres fils et deux (02) filles (1 Samuel 2 : 21).

Jacob fit jadis le vœu de donner la dime de tous ses biens, pour pouvoir échapper à son frère Esaü (Genèse 28 : 20-22). Et il l’accomplit quand l’Éternel l’épargna (Genèse 35 : 1). Jephté aussi recouru au vœu quand la bataille faisait rage, et il promit de livrer la première personne qui sortirait de sa maison. Ainsi l’Eternel lui donna la victoire sur ses ennemis, et ce fut sa fille, son enfant unique, qui vint en premier à sa rencontre. Jephté accomplit tout de même son vœu (Juges 11 : 30-34). Dieu n’agit pas uniquement quand nous atteignons le stade de désespoir comme la femme à la perte de sang. Il agit aussi quand nous mettons un point d’honneur à Lui être agréable de manière constante et permanente.

Tel fut le cas de Corneille, le soldat romain. Dans Actes 10 :4 LSG la Bible déclare au sujet de Corneille : « Les regards fixés sur lui, et saisi d’effroi, il répondit : Qu’est-ce, Seigneur ? Et l’ange lui dit : tes prières et tes aumônes sont montées devant Dieu, et Il s’en est souvenu ». Ainsi, certains font des offrandes sacrificielles pour accompagner chaque requête, de manière ponctuelle, tandis que d’autres choisissent de marcher en alliance avec Dieu, en choisissant de les faire de manière continue, pour les requêtes présentes et futures. Sachons que quand nous faisons un vœu, veillons toujours à l’accomplir pour ne pas attirer plusieurs malédictions sur nos vies.

Ainsi dans Deutéronome 23 : 21-23 LSG l’Eternel a déclare ceci : « Si tu fais un vœu à l’Éternel, ton Dieu, tu ne tarderas point à l’accomplir : car l’Eternel, ton Dieu, t’en demanderait compte, et tu te chargerais d’un péché. Si tu t’abstiens de faire un vœu, tu ne commettras pas un péché. Mais tu observeras et tu accompliras ce qui sortira de tes lèvres, par conséquent les vœux que tu feras volontairement à l’Éternel, ton Dieu, et que ta bouche aura prononcés ». Et dans Ecclésiaste 5 :4-5 LSG la Bible conclut en disant : « Lorsque tu as fait un vœu à Dieu, ne tarde pas à l’accomplir, car Il n’aime pas les insensés : accomplis le vœu que tu as fait. Mieux vaut pour toi ne point faire de vœu, que d’en faire un et de ne pas l’accomplir ».

Alors en plus d’offrandes sacrificielles, il nous faut veiller à faire continuellement de l’Eternel nos délices (Psaume 37 :4), en faisant des Jeûnes et prières, en intercédant constamment pour les saints ainsi que pour les fardeaux de Dieu, en ne lésinant pas sur la privation et le renoncement de soi, en faisant l’offrande totale de notre corps comme un sacrifice vivant (Romains 12 :1), en plus d’abonder en multiples bonnes œuvres. Et la puissance qui agit en nous sera sans cesse entrain de croître.

Ainsi, Dieu pourra prendre le relais et faire, par cette puissance accumulée en nous, infiniment, abondamment, au-delà de ce que nous pensons et demandons (Éphésiens 3 :20). Et alors nous serons comblés de toutes sortes de grâces, afin que possédant toujours en toutes choses de quoi satisfaire à tous nos besoins, nous ayons encore en abondance pour toute bonne œuvre (2 Corinthiens 9 :8). C’est l’Apôtre Paul qui le dit, lui qui a aussi fait des vœux en pleine nouvelle alliance (Actes 18 :18). Je tiens aussi à préciser qu’un vœu peut être accompli en une fois, en plusieurs tranches ou encore sous forme de promesses, qu’on pourrait accomplir après l’exaucement, comme ce fut le cas d’Anne et de Jephté. Ainsi, c’est le niveau et la qualité du sacrifice qui accompagnent notre requête qui parleront en notre faveur devant le trône de la grâce, au point de hâter ou non, notre exaucement. En effet l’ange a dit à Corneille dans Actes 10 :4b LSG : « Tes prières et tes aumônes sont montées devant Dieu, et Il s’en est souvenu ».

Voilà ce qui doit désormais accompagner chacune de nos requêtes devant le trône de la grâce, pour nous assurer de voir continuellement et constamment la main de Dieu bouger en notre faveur.

2 comments

  1. Merci pour votre question. Le sacrifice du Seigneur Jésus a servi de rançon pour nous sortir de la prison où nous avait enfermé satan, depuis la rébellion d’Adam. Désormais, quiconque croit et confesse le Seigneur Jésus comme Seigneur et Sauveur, peut se prévaloir de cette liberté en Christ (Romains 8:1-2; Colossiens 2:14-15).

    Cependant la justice de Dieu n’a pas changé. On ne s’approche pas de Son trône n’importe comment. De même dans le monde, il y a un protocole à suivre pour tout prisonnier repenti qui voudrait voir le président des Etats-Unis par exemple (sic); autant au ciel aussi, toute prière doit toujours être mixée ou accompagnée d’une offrande afin qu’elle soit agréé de Dieu. Dans Actes 10, l’ange n’a pas dit à Corneille d’arrêter de faire des aumônes parce que Jésus avait déjà payé le prix à la croix de calvaire. Au contraire, il lui a dis dans Actes 4:5 Version S21 :  » «Tes prières et les dons que tu as faits sont montés devant Dieu et il s’en est souvenu ». Ce sont les deux qui ont fait que Dieu se souvienne de lui. Pas juste la prière. L’auteur de la lettre aux Hébreux aussi dira dans Hébreux 13:16 LSG :  » Et n’oubliez pas la bienfaisance et la libéralité, car c’est à de tels sacrifices que Dieu prend plaisir ». Et au demeurant, même après la croix, toi et moi offrons chaque jour le sacrifice de nos lèvres à Dieu, avec des adorations, des louanges et des actions de grâce. On n’a pas arrêté de le faire parce qu’il y a déjà eu la croix.

    Je te prie donc de recevoir et de mettre en pratique cette révélation dans ta vie de prière, et tu verras comment Dieu se souviendra constamment et abondamment de toi, à cause de tes différents sacrifices* avec lesquels tu accompagnés tes prières. Que Dieu te bénisse.

  2. A quoi a donc servi le sacrifice de Jésus à la croix, si nous devons encore offrir des sacrifices à Dieu pour être exaucés?

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close