Search

Les «Je suis» de Jésus dans la Bible.

Spread the love

Dans le livre d’Exode (Exode 3 :13-14), bien avant d’accepter et de commencer sa mission, Moïse pose une question très intéressante sur l’identité (nom) de Dieu, la personne qui l’envoie. En lui répondant, l’Eternel s’identifie d’une manière tout aussi extraordinaire. Il lui dit : tu répondras aux enfants d’Israël ; celui qui s’appelle « Je suis » m’a envoyé vers vous. Eh bien, dire seulement « Je suis » à quelqu’un, paraît incomplet. Parce que le verbe être, doit toujours être suivi d’un qualificatif par lequel la personne saura t’identifier.

En réalité, le fait que Dieu dise seulement « Je suis » à Moïse, n’était pas incomplet. Dieu était plutôt entrain de faire comprendre à Moïse qu’il y a beaucoup de choses que tu dois découvrir sur Moi, et si Je dois seulement te donner un identifiant, tu risques d’être figé sur cela et rater plusieurs autres. Parce qu’humainement parlant, quand je te donne un identifiant, il y a probabilité que tu continues toujours à m’appeler par ce même nom, même si j’aimerais me révéler autrement, face à une autre situation par exemple. Alors Dieu voulait que Moïse comprenne qu’à chaque fois qu’ils traverseront certaines situations, ils auront une nouvelle révélation de Lui. Ainsi à ce je suis, ils y ajouteront un nouveau qualificatif.

Jésus (Dieu en chair humaine) venant sur Terre, emploie aussi la même expression d’Exode 3 :14 « Je suis ». Non seulement pour nous dire qu’Il est le même Dieu qui a parlé à Moïse dans le désert, mais qu’Il est aussi Celui qui doit être, en fonction des défis qui se présenteront dans nos vies. Voilà pourquoi dans l’Evangile de Jean, à 7 reprises, Jésus se décrit par des éléments très simples de compréhension, tout en cachant une profonde révélation sur Sa nature et Son œuvre salvatrice. C’est dans cette optique, que nous analyserons ce qu’on appelle les « 7 je suis de Jésus »

Le pain de vie (Jean 6 :35, 48, 51).

Jésus en s’appelant le pain de vie, part de l’importance qu’avait le pain (denrée alimentaire) dans le vécu quotidien des juifs à Son époque. Le pain était pour eux, une nourriture indispensable. Mais le problème avec ce pain (solution Terrestre) est qu’il procurait une satisfaction éphémère. Jésus vient changer notre manière de pensée, en nous disant qu’Il reste Le Seul qui procure une satisfaction Eternelle à tous nos besoins. Les solutions Terrestres à nos besoins ne sont que pour une courte durée, mais quand nous recourons à Jésus, qui est la solution Divine à la faim qu’exprime notre âme, nous n’aurons plus jamais faim ni soif.

La Lumière du monde (Jean 8 :12, 9 :5).

Dans un monde rempli de péchés et sous la domination du diable, Jésus est venu comme la Lumière du monde. Privilège inappréciable d’avoir la Lumière de la vie pour marcher au milieu d’un monde plongé dans les ténèbres. Combien il importe de la posséder aujourd’hui. Les ténèbres morales, où vit le monde, l’enveloppent toujours plus de leur obscurité mortelle. Pour avoir la Lumière de la vie, jouir de cette vie dont l’objet est Christ Lui-même, qui rend le cœur parfaitement heureux et capable de voir toutes choses comme Dieu les voit; il faut abandonner tout ce qui se rattache au monde, et suivre le Seigneur sur le chemin qu’Il a tracé ici-bas. Le monde gît dans les ténèbres, le cœur de l’Homme est ténèbres, semblable au chaos ténébreux dans lequel se trouvait le monde physique au commencement (Genèse 1 :2). Impossible d’en tirer un rayon de lumière. Il faut que la lumière Divine brille. Dieu avait dit « Que la lumière soit, et la lumière fut. » De la même manière que celle qui est dans la personne de Jésus, a brillé au milieu des ténèbres de nos cœurs. Jésus reste notre véritable Lumière qui nous fait échapper de ces ténèbres (ignorance, péché, perdition…).

La porte des brebis (Jean 10 :7, 9).

Jésus compare le Royaume de Dieu à une bergerie et dans cette bergerie, Il remplit le rôle de la porte. Nous savons tous que la porte est le point d’entrée d’un endroit. Jésus veut nous faire comprendre qu’Il est la seule personne par qui il faut passer, pour entrer dans le Royaume de Dieu. Le salut n’est que dans le nom de Jésus (Actes 4 :12).

Le bon berger (Jean 10 :11, 14).

Le Seigneur se nomme aussi le Bon Berger, en contraste avec les mercenaires. Jésus prend ce titre lorsqu’Il parle de donner Sa vie pour Ses brebis, et non pas seulement pour prendre soin d’elles. Son amour est si grand qu’Il ne tient aucun compte de Sa vie, pourvu que Ses brebis ne périssent pas lorsque vient le loup. C’est ce que le Seigneur a fait en allant à la Croix. Il fallait nécessairement que Sa mort intervienne, pour que nous ayons la vie Divine. Jésus dit ici qu’au lieu de S’épargner, Il donne Sa vie pour Ses brebis sans défense. Nous avons un exemple de cela en David, lorsqu’il gardait le menu bétail de son père; il délivra le mouton, en tuant carrément l’ours et le loup qui s’en prenait à son bétail (1 Samuel 17 :34). En s’appelant le Bon Berger, Jésus veut nous montrer qu’Il nous protège aussi contre les attaques du diable, et qu’Il S’assure que nous ne manquions de rien. Voilà pourquoi Il pourvoit à tous nos besoins (Philippiens 4 :19). David le reconnaît aussi, voilà pourquoi il dit que notre Bon Berger pourvoit à nos besoins et nous protège, une raison pour ne pas avoir peur (Psaumes 23).

La résurrection et la vie (Jean 11 :25) .

Dans le récit de la résurrection de Lazare, Jésus annonce à Marthe qu’Il est la résurrection et la vie. Ce qui, par la grâce de Dieu, répond à l’état de tout Homme, car tous étant pécheurs, sont sous le pouvoir de la mort. Pour en sortir, il faut la puissance qui délivre de la mort et donne la vie. Jésus étant la résurrection et la vie, celui qui croît en Lui quoique mort, sera ressuscité. Et celui qui vit, qui se trouvera présent dans son corps ne mourra point : c’est ce qui aura lieu lorsque le Seigneur Jésus viendra enlever l’Eglise. Les morts en Christ ressusciteront en premier et les vivants, qui seront restés, seront transmués, sans passer par la mort. Tout comme celui qui croît véritablement en Christ ne meurt jamais spirituellement, la mort physique n’est qu’un sommeil pour son corps parce qu’il a la vie Éternelle en Christ. Pour démontrer Sa capacité à réaliser tout ce qu’Il disait, Jésus a ressuscité Lazare, et même Sa propre résurrection est une preuve que la mort n’a aucun pouvoir sur Lui, car Il est la source de la vie éternelle.

Le chemin, la vérité et la vie (Jean 14 :6).

Cette déclaration de Jésus vient d’une question de Thomas, qui était celle de savoir où se trouvait le chemin vers là où Jésus allait (Jean 14 :5). Jésus en répondant ne dit pas qu’Il a un chemin à montrer, mais qu’Il est Lui-même le chemin qui mène au Père. En acceptant Jésus dans nos vies, nous nous unissons à Lui pour être conduit au Père (communion avec le Père). Jésus est la vérité, c’est-à-dire la révélation complète de Dieu. Cette vérité qui met toute chose en lumière, telles qu’elles sont aux yeux de Dieu, et nous affranchit de la servitude pour faire de nous les enfants de Dieu. Il est la vie parce qu’Il régénère, et fait renaître celui qui est mort spirituellement dans le péché. Il est la source de la vie éternelle, nul Homme ne peut s’approcher de Dieu en tant que Père, à moins qu’il n’ait été ressuscité spirituellement par Christ. C’est pourquoi Jésus dit « nul ne vient au vient au Père que par Moi. »

Le vrai cep (Jean 15 :1).

Dans l’Ancien Testament, Israël était considéré comme le cep ou la vigne dont Dieu attendait du fruit (Psaumes 80 :9, Esaïe 5 :1-7, Jérémie 2 :20-21) Lorsque Dieu mit de côté les Gentils, à cause de leur idolâtrie, Il se forma un peuple qu’Il appela hors d’Egypte et plaça en Canaan dans les circonstances les plus favorables, afin qu’il Lui rapportât le fruit qu’Il attendait. Ce fruit consistait en l’obéissance à la loi donnée par Moïse, la droiture et la justice. Mais cette vigne ne produisit que des raisins sauvages, fruits de la mauvaise nature de l’Homme pécheur. Israël ne pouvait réussir à cause de son péché. Jésus a réussi parce qu’Il est le Saint et le Juste.

Par cette déclaration, Jésus fait clairement ressortir qu’Il est le vrai cep et qu’Israël n’était que la préfiguration. La venue de Jésus a changé les choses ; à partir de Lui, tous ceux qui demeurent véritablement en Lui reçoivent les mêmes avantages. C’est-à-dire comme Il a produit du fruit pour le Père, Il nous révèle aussi le secret pour arriver à le faire; cela consiste à rester véritablement et pratiquement attaché à Lui. Jésus reste le secret de notre productivité, tu ne peux pas vivre une vie chrétienne productive sans être attaché(e) à Christ.

Jésus est Celui qu’il te faut dans ta vie, Il s’appelle « Je suis » pour te dire qu’Il sait être présent dans toute situation de ta vie.   

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close