Search

Les vertus du courage: accepter de perdre.

PARTAGER L'ARTICLE SUR

Matthieu 16:24 (Darby) « Alors Jésus dit à ses disciples: Si quelqu’un veut venir après Moi, qu’il se  renonce  soi –même, et qu’il prenne sa croix et Me suive. »

« Lâche prise ! ». Nous avons certainement déjà entendu cette expression au moins une fois dans notre vie. Nous sommes alors en mesure de comprendre qu’elle sous-entend: « accepte de perdre ».

L’homme naturellement n’aime pas perdre, il n’a pas été conçu comme ça. Son instinct de survie le pousse à se défendre, à conserver ses acquis et à aller à la conquête de nouvelles possessions. Alors, lui demander de perdre c’est comme lui demander d’accepter de mourir volontairement. Or cette idée est trop élevée pour l’entendement humain. Pourtant, l’on reconnaît le vrai disciple du Seigneur par sa capacité à perdre.

Esaïe 55.8-9 (Darby) « Car Mes pensées ne sont pas vos pensées et vos voies ne sont pas Mes voies, dit l’Eterne : car, comme les cieux sont élevés au-dessus de la terre, ainsi Mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, et Mes pensées au-dessus de vos pensées. »

Si dans notre monde physique, la perte est perçue comme un échec, une faiblesse, ce n’est pas le cas dans le monde spirituel. La perte ou le renoncement sont une preuve de courage, de détermination à ne laisser aucun obstacle entraver notre course vers la cité céleste qu’importe le prix à payer.

Notre Seigneur nous demande de renoncer à nous-mêmes, à nos droits les plus légitimes afin de revêtir la nature divine qu’Il a mise en nous et pour y arriver, il nous faut faire preuve de courage.

Accepter de ne point se défendre face à l’injustice, accepter les injures et le rejet, renoncer à tel homme ou telle femme que l’on aime pour la gloire de notre Dieu, sont des échecs pour notre homme charnel, mais des victoires pour l’homme spirituel en nous. Ainsi, si on perd en orgueil d’un côté, on gagne en humilité de l’autre côté. Or, si nous voulons plaire à Dieu, nous devons accepter de toujours perdre des choses qui pour nous représentent le confort, le repos, ou des accomplissements, etc., mais qui pour Dieu sont des freins à l’avancement de Son Royaume.

C’est ainsi que nous pouvons bien comprendre Matthieu 11:12 (Darby) qui dit « … Le Royaume des cieux est pris par violence, et les violents le ravissent ». C’est avec violence qu’on résiste à ses propres désirs, qu’on accepte de perdre, afin de gagner Christ. C’est vraiment faire preuve de courage.

Philippiens 3:7-9 (Darby) « Mais les choses qui pour moi étaient un gain, je les ai regardées, à cause du Christ, comme une perte. Et je regarde même aussi toutes choses comme étant une perte, à cause de l’excellence de la connaissance du Christ Jésus, mon Seigneur, à cause duquel j’ai fait la perte de toutes choses  et je les estime comme des ordures, afin que je gagne Christ. »

L’apôtre Paul était un pharisien, homme accompli dans la loi, il avait le zèle pour son peuple et était prêt à tout pour défendre cette cause qu’il trouvait légitime. Cependant, le jour qu’il a fait la rencontre du Seigneur Jésus, il a aussi renoncé à tout ce bonheur terrestre pour gagner les richesses célestes. Ainsi, cet homme dont l’intérêt était porté vers un seul peuple, a reçu un  grand appel vers les nations et est connu désormais comme l’Apôtre des nations. En effet, en renonçant à son peuple et à sa religion, le Seigneur lui a fait grâce de gagner plusieurs autres nations pour Sa gloire.

Matthieu 16:25-26 (Darby) « Quiconque perdra sa vie pour l’amour de Moi, la trouvera. »

Pour participer à la gloire du Fils, nous devons d’abord passer par le sacrifice. C’est la loi de  la foi. La vie des patriarches est riche d’enseignements. Nous voyons Abraham qui a dû renoncer à sa nation par obéissance à Dieu, pour une terre inconnue. Cette perte a été non seulement une bénédiction pour lui, mais aussi pour un peuple, et ensuite pour ceux qui marchent aujourd’hui par la foi en notre Seigneur Jésus. Une perte qui a été salutaire pour des générations et qui a bravé le temps.

Nous pouvons aussi le voir avec la vie de Moïse qui a refusé d’être appelé fils de la fille du Pharaon, a méprisé toute la gloire de l’Egypte et décidé de porter l’opprobre des fils d’Israël, peuple de Dieu. Cette perte pour lui a été récompensée et il a été le conducteur du peuple de Dieu pendant de longues années dans le désert. Dieu pouvait lui parler sans énigmes (Cf. Nombres 12 : 8). Il a perdu dans le monde mais il a gagné en Dieu (Cf. Hébreux 11 :24-27).

L’exemple ultime c’est celui de notre Seigneur Jésus, qui a perdu pour un temps Sa gloire auprès du Père, pour venir nous sauver sur cette terre. Il a délibérément laissé Sa vie sur la croix pour sauver non pas un seul peuple, mais toute personne de toute nation qui reconnaît en Lui le Seigneur de l’humanité et qui décide de perdre Sa vie pour Le suivre. Par ce sacrifice, Il a reçu de Dieu, les nations pour héritage, et pour possession, les bouts de la terre (Cf. Psaume2:8).

Oui, s’il faut du courage pour accepter de perdre, la récompense qui accompagne la perte est la plupart du temps au-delà de ce que nous pouvons imaginer. Alors je nous encourage, même si c’est douloureux, à apprendre à perdre ces choses qui nous freinent dans la marche chrétienne, qui alourdissent notre vie spirituelle, qui focalisent nos yeux sur cette vie éphémère, qui plaisent à l’homme, mais qui sont des ordures pour Dieu. Ces choses peuvent être des choses simples de la vie comme un style vestimentaire, un caractère rude, une carrière professionnelle convoitée, un style de conjoint recherché, etc.

Si ces choses ne nous amènent pas dans la présence du Seigneur, ne les traînons pas avec nous mais faisons le choix de les perdre, afin de gagner Christ. Car nous avons reçu la promesse que celui qui perd sa vie pour l’amour du Seigneur, la retrouvera en Lui.

Faisons confiance et soyons courageux: acceptons de perdre !


PARTAGER L'ARTICLE SUR
Write a response

Laisser un commentaire

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close