Search

Même si la Bible ne fait pas mention de Noël, puis-je célébrer la naissance de Jésus à travers cette occasion ?

PARTAGER L'ARTICLE SUR

Noël paraît la fête chrétienne la plus controversée. Ses contestataires justifient leur position par son origine, qualifiée de païenne et la date qui n’est pas la bonne selon eux. Aussi, même certaines églises dites évangéliques refusent de célébrer Noël, brandissant l’argument que Noël n’est écrit nulle part dans la Bible. Mais ces raisons sont-elles suffisantes pour dénier Noël de tout sens ? Puis-je célébrer la naissance du Seigneur Jésus à travers l’occasion que m’offre Noël ?

Les origines de Noël. 

Les origines du mot Noël sont diverses et controversées. Un peu partout en Europe, le terme a pris des couleurs différentes : Noël en France, Natale en Italie, Natal au Portugal, Navidad en Espagne. Le terme Noël n’est pas utilisé dans certains pays tels que la Grande Bretagne et l’Allemagne qui parlent de « Messe du Christ » (Christmas) pour désigner ce jour.

Selon certains historiens, Noël puiserait ses origines d’une fête païenne célébrée le 25 décembre, lors du solstice d’hiver, en l’honneur de la nature et du soleil. Certains étymologistes affirment que ce mot pourrait venir du latin natalis dies, qui signifie « jour de naissance ». D’autres prétendent que les origines de Noël sont gauloises. Le terme « Noël » aurait pour étymologie deux mots gaulois noio (nouveau) et hel (soleil). Au Moyen-Âge, Noël était le cri de joie poussé par le peuple à l’arrivée d’un heureux événement.

Quelques siècles plus tard, au IIème siècle, avec la christianisation de l’Empire romain, l’Église décide de célébrer la naissance du Christ et est à la recherche d’une date qui pourrait par la même occasion faire un peu d’ombre à cette fête païenne. Il faudra attendre l’an 330 pour que l’empereur Constantin fixe la date de la naissance du Christ au 25 décembre, c’est ainsi que Noël devint la fête que nous connaissons aujourd’hui. 

En dépit de toutes les controverses, Noël est une grande opportunité pour le chrétien de célébrer Jésus !

J’ai apprécié cette analyse du Dr Job Mukadi, pasteur du Ministère Église en Mission à Manchester, au Royaume-Uni. Je te propose de lire les réponses qu’il donne aux chrétiens qui s’opposent à la naissance de Noël.                                                                                                                                             

1. Jésus Christ n’est pas né le 25 décembre :

A cette question, sa réponse est la suivante :

Tout le monde sait que Christ n’est pas né le 25 Décembre, y compris ceux qui célèbrent la naissance de Christ le jour de Noël. Il s’agit d’une date conventionnelle pour une commémoration.

2. Le mot Noël n’est pas dans la Bible et la date du 25 Décembre ne correspond pas à la naissance de Christ :

Il est vrai que, le mot Noël n’est pas écrit dans la Bible. Ce mot vient du Latin ‘’Natalis dies’’, et signifie le jour de la naissance. Toutefois, je voudrais seulement faire observer aux ‘’anti-Noël’’ que, si le mot Noël et le 25 Décembre ne sont pas dans la Bible, le 31 Décembre non plus n’est dans la Bible. Jésus et les premiers disciples ne célébraient pas le début d’une nouvelle année, et n’organisaient pas un réveillon d’actions de grâces pour glorifier Dieu pour une nouvelle année. De quel droit les ‘’anti-Noël’’ adorent-ils Dieu le 31 Décembre et interdisent-ils aux ‘’pro-Noël’’ d’adorer le même Dieu le 25 Décembre ? Certains ont essayé maladroitement de se donner bonne conscience en évoquant la Pâque qui devait être célébrée au premier mois. Le problème est que la Pâque n’était pas célébrée le 1er jour du premier mois, mais le 14e jour. (Lévitique 23 :5) En plus tout le monde sait que, la Pâque n’est pas le nouvel an.

3. Jésus et les premiers disciples n’avaient ni fêté Noël ni ordonné sa célébration.

Les ‘’anti-Noël’’ refusent aux ‘’pro-Noël’’ le droit de célébrer la naissance de Jésus-Christ à Noël parce que la date et la fête ne sont pas reprises dans la Bible. Mais, ils ne se gênent pas de célébrer d’autres dates qui ne sont pas reprises dans la Bible, : les anniversaires de mariage, de naissance, du ministère, de l’indépendance. Une chose n’est pas forcément un péché parce qu’elle n’est pas écrite dans la Bible. Prenons un exemple : tous, pro et anti-Noël, nous dansons dans nos cultes, lorsque nulle part on ne voit Jésus ou les apôtres danser. Nous avons des chorales organisées, lorsqu’on n’en voit aucune dans l’Église primitive. Nous nous lavons les mains avant de manger, lorsque Jésus et les premiers disciples ne le faisaient pas. Nous utilisons la sonorisation, l’avion, le train, l’Internet, le téléphone, sans chercher à les trouver d’abord dans la Bible, ; sans nous soucier de savoir si c’est un sorcier ou un chrétien qui les avait inventés…

Le fait que le mot Noël ne soit pas dans la Bible n’enlève pas à la fête de Noël son fondement biblique. En effet, l’ange avait annoncé que, ‘’la Bonne Nouvelle de la naissance de Jésus sera pour tout le peuple le sujet d’une grande joie’’(Luc 2 :10-11) L’ange annonçait une célébration future pour ‘’tout le peuple’’, c’est-à-dire, les croyants et les non-croyants. Aussi, au jour du Jugement, personne ne pourra dire qu’il ne savait pas que le Messie était déjà venu. Chaque année, cette prophétie s’accomplit irrévocablement sous nos yeux. Et sans contrainte, en public ou en privé, les gens célèbrent la première venue de Jésus avec une ‘’grande joie’’ telle qu’annoncée par l’ange. Il est contreproductif et irresponsable de critiquer ceux qui ne savent même pas pourquoi ils se réjouissent, et qui versent dans la débauche. Comme Paul à Athènes, c’est notre responsabilité de leur ‘’annoncer Celui qu’ils célèbrent sans même Le connaître’’. Actes (17 :23)

4. La fête de Noël fixée au 25 Décembre a une origine païenne.

Cette date a été fixée comme grande fête du ‘’Soleil Invaincu’’ (Sol Invictus) par l’empereur romain Aurélien. Cette date correspondait aussi au jour de naissance de ‘’la divinité solaire Mithra’’. En 380, l’édit de Thessalonique décrété par l’empereur romain Théodose 1er officialisa le culte catholique orthodoxe et en fit l’unique religion licite de l’Empire romain, interdisant l’ensemble des cultes dits « païens ». C’est ainsi que la fête de Noël (du latin Natalis, ce qui signifie jour de la naissance), devient exclusivement chrétienne.

Sa réponse était celle-ci :

Si les ‘’anti-Noël’’ veulent donner du crédit à cet argument, ils doivent commencer par se débarrasser du calendrier actuel. Car ce calendrier que nous utilisons tous pour les usages civils s’appelle ‘’le calendrier grégorien’’. Il a pour auteur le pape Grégoire XIII, un catholique. Ce calendrier n’a pas été établi par la Bible. C’est un calendrier d’origine païenne et tout le monde s’y soumet sans broncher, y compris les ‘’anti-Noël’’.

Le réveillon du 31 Décembre a aussi une origine païenne; il ne tire pas sa source de la Bible. Jésus et les premiers disciples n’ont jamais célébré une nouvelle année ou organisé un culte d’actions de grâces en rapport avec une nouvelle année. À minuit, lorsque les gens crient, ils perpétuent, sans le savoir, une ancienne coutume des pays d’Europe et de la Chine qui affirmait que, « le bruit fait fuir les mauvais esprits ». La pratique chrétienne du réveillon de nouvel an a été introduite par les catholiques. Ils ont appelé ce réveillon la Saint-Sylvestre, du nom du 33e Pape catholique (314-355) dont le 31 Décembre est le jour d’anniversaire.

Le Réveillon de la Saint-Sylvestre est la fête qui célèbre chaque année le départ de l’ancienne année et l’arrivée de la nouvelle. Avant, l’année commençait en mars. Ce sont des catholiques qui ont décidé de la commencer en janvier. Janvier provient du nom du dieu Janus, ‘’dieu des portes des passages et des commencements’’, dans la mythologie romaine. Ce dieu est représenté avec deux visages opposés car il regarde l’entrée et la sortie, la fin et le début d’une année. Malgré cela, les anti-Noël ne trouvent pas d’inconvénient d’adorer Christ en ce jour-là et de fêter.

En Anglais, en Français, en Italien comme dans d’autres langues romanes, les jours de la semaine portent les noms des démons ; les noms de tous les mois de l’année sont d’origine païenne, et la plupart des mois portent des noms des démons. Je constate seulement que, les ‘’anti-Noël’’ ne semblent pas se gêner d’adorer Dieu tous ces jours, mais retrouvent curieusement leur spiritualité uniquement le 25 Décembre. Exceptés ceux qui sont nés en septembre, octobre, novembre et décembre, toutes les dates de naissance portent des noms des démons. Pour être spirituel, faut-il que chacun de nous change de date de naissance ? Car avant, l’année commençait en mars. Ce sont des catholiques qui ont décidé que l’année commencerait en Janvier.

Les ‘’anti-Noël’’ essaient de faire croire qu’ils prient le dimanche parce que c’est le jour de la résurrection de Jésus, et que parfois, les disciples se réunissaient le premier jour de la semaine, c’est-à-dire le dimanche. Le problème est que, se rassembler le premier jour de la semaine n’était ni une loi civile ni une loi religieuse. Les premiers disciples se réunissaient tous les jours. (Actes 2 :46-47) Et le sabbat était encore un grand jour. Il est écrit : « Le jour du sabbat, nous nous rendîmes, hors de la porte, vers une rivière, où nous pensions que se trouvait un lieu de prière. Nous nous assîmes, et nous parlâmes aux femmes qui étaient réunies ». Actes 16 :13 (LSG).

Et encore : « Paul discourait dans la synagogue chaque sabbat, et il persuadait des Juifs et des Grecs »Actes 18 :4 (LSG) Il y a aussi Actes 13 :14 ; 42, 44. Personne n’a jamais conclu que, Paul était sous la loi parce qu’il allait à la synagogue chaque sabbat. Même s’ils le voulaient, les disciples ne pouvaient pas décréter un jour férié car un tel acte ne peut être posé que par une autorité qui a le pouvoir de décision.

La vérité est que, le dimanche est considéré comme « un jour de repos » depuis le règne de l’empereur romain Constantin 1er qui en a fait le « Jour du Soleil » par une loi du 7 mars 321 en hommage au ‘’Soleil Invaincu’’, le même démon qui, soixante ans plus tard, régnera le jour de Noël. C’est seulement après, que ce jour fut assimilé au « jour du Seigneur » par les catholiques. C’est donc historiquement prouvé que, le dimanche (du Latin, dies dominicus) comme « jour de repos », n’a pas d’origine biblique comme le sabbat mais a une origine païenne, exactement comme Noël.

Puisque dimanche et Noël ont tous les deux été sous le règne du même fameux dieu ‘’Soleil Invaincu’’, pourquoi, dans ces conditions, les ‘’anti-Noël’’ récusent-ils Noël et gardent-ils un silence pesant sur le dimanche ? Depuis que j’ai cru en Jésus-Christ, cinq fois j’ai vu Noël tomber un dimanche : 1983, 1988, 1994, 2005, 2011, et 2016. Jamais je n’ai vu un seul ‘’anti-Noël’’ fermer son église en ce jour. Comme nous, tous ont adoré Christ à Noël, sans se rendre coupables. Jésus-Christ, notre Maître, dit : « Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n’aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? Ou comment peux-tu dire à ton frère : Laisse-moi ôter une paille de ton œil, toi qui as une poutre dans le tien ? Hypocrite, ôte premièrement la poutre de ton œil, et alors tu verras comment ôter la paille de l’œil de ton frère ». (Matthieu 7 :3-5).

Je viens de démontrer, avec luxe des faits historiques que le calendrier actuel, la fête de Noël, le réveillon de fin d’année, le dimanche, les noms des jours de la semaine, les noms des mois, ont tous une histoire païenne et démoniaque. Ce qui signifie que condamner Noël et innocenter les autres jours est une corruption intellectuelle, morale et spirituelle. Si les ‘’anti-Noël’’ pensent que, les ‘’pro-Noël’’ sont faux parce qu’ils adorent Christ à Noël, c’est qu’ils sont autant faux qu’eux, parce qu’ils adorent Christ le dimanche et le 31/12. S’ils sont vrais, alors ils sont autant vrais qu’eux. Car les ‘’pro-Noël’’ font à Noël exactement ce que les ‘’anti-Noël’’ font le dimanche et le 31/12. Or, jusqu’aujourd’hui, le dimanche garde en Anglais son nom original : ‘’Sunday’’, le jour du dieu ‘’Soleil Invaincu’’, ce même démon qu’ils fuient à Noël. Apparemment, cette réalité ne gêne pas les ‘’anti-Noël’’, et ne semble même pas produire en eux la simple intention de changer de jour de culte.

Refuser d’adorer Christ le jour de Noël, à cause de l’idolâtrie qui était pratiquée en ce jour il y a plus ou moins 17 siècles, c’est respecter, sans le savoir, l’autorité d’un vieux démon renversé ; c’est craindre sa colère et c’est se battre pour ‘’rétablir ce démon dans ses droits’’. C’est une honte, quand on sait que, la plupart des mondains et des idolâtres ne connaissent même pas ce démon, et que, chaque année, ce sont les chrétiens eux-mêmes qui lui font une publicité gratuite.

C’est une erreur que de fermer l’église le jour de Noël ou de dire aux chrétiens de ne pas célébrer Christ en ce jour. Être biblique ou spirituel, c’est aussi avoir les réflexes d’un évangéliste (2 Timothée 4 :5). Comme Paul à Athènes, nous devons faire quelque chose pour gagner des âmes qui cherchent Christ en ce jour-là. À Athènes, Paul ne s’était pas enfermé chez lui. Par contre, il s’était servi d’une idole pour annoncer Christ aux athéniens : « Car, en parcourant votre ville et en considérant les objets de votre dévotion, j’ai même découvert un autel avec cette inscription : A un dieu inconnu ! Ce que vous révérez sans le connaître, c’est ce que je vous annonce. » (Actes 17 :23)

Noël n’est pas un jour ordinaire. C’est une immense opportunité que le Seigneur donne à l’Église pour gagner les âmes des ceux qui célèbrent un Christ qu’ils ne connaissent pas. Sur ce point, les ‘’anti et les pro-Noël’’ devraient se mettre d’accord. Souvenons-nous ce que l’apôtre Paul écrit aux Romains sur la question de la distinction des jours : ‘’ Tel fait une distinction entre les jours ; tel autre les estime tous égaux. Que chacun ait en son esprit une pleine conviction.’’ Romains 14 :5 (LSG). Profitons de l’occasion que nous offre Noël pour répandre le message de l’Évangile de Christ.

Joyeux Noel à toi ! Je t’aime de l’amour du Seigneur !


PARTAGER L'ARTICLE SUR

3 comments

  1. Je trouve votre article extrêmement important et venue au bon moment. Actuellement, si on pouvait changer tout les fêtes païennes et à la place fêter christ ça sera une bonne chose. Si à la place d’un jour ou le monde entier fêtait un démon, nous on n’a décidé de fêter christ à un tel point que le monde entier parle de christ dans tout les médias, Ho gloire à Dieu. Que personne ne nous trompe Satan veut retrouver sa légitimité ! Et c’est pas à nous de le la redonner.
    Merci mon frère pour cette claire voyance.

  2. Sauf que perso, je ne fête ni Noël, ni nouvel an, ni anniversaires et j’adore mon Dieu le Sabbat. Donc mettre tous les chrétiens dans le même sac d’hypocrite c’est très peu connaître la diversité des croyances ou minimiser le pouvoir de conviction d’une personne en dehors d’une religion

Write a response

Laisser un commentaire

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close