Search

Nouvelle naissance et sanctification : Christ vit-Il à 100% en moi ?

C’est la question que j’ai reçue d’une lectrice, après qu’elle ait pris connaissance de l’article que nous avions publié sur « comment savoir si l’on est réellement né(e) de nouveau ? » (Lire ICI). C’est une question à la fois banale et profonde. Lorsque nous naissons de nouveau, la Bible nous dit que Christ vient faire Sa demeure en nous. Alors, si tant est que ce n’est plus nous qui vivons mais plutôt Lui Christ qui vit nous, selon qu’il est écrit dans Galates 2 : 20, d’où vient alors que nous nous surprenons à tomber dans nos travers d’autre fois ? Les vestiges de notre ancienne nature (péchés habituels d’autre fois) reviennent nous hanter, au point où l’on a l’impression que rien n’a vraiment changé dans nos vies. Ou Christ ne vivrait-Il pas à 100% en nous ? Est-Il progressivement déployé en nous au fur et à mesure que nous grandissons spirituellement ? Que se passe-t-il vraiment ?

J’ai été inspiré à l’idée d’écrire cet article à faire un petit sondage auprès des frères chrétiens, à commencer par mes collègues rédacteurs. Et je dois avouer que j’ai été copieusement servi. Certains en effet ont soutenu qu’Il (Christ) n’est pas encore complètement formé en eux, à l’image de cette sœur qui m’a répondu : «Il est en cours de téléchargement ». Et à la question de savoir quelle est la proportion déjà téléchargée, elle va me répondre 50%. D’autres en revanche soutiennent qu’il n’y a pas de « demi Jésus » et que dès que tu acceptes de le recevoir dans ta vie, Il vient en entier. Et vous donc, que pensez-vous de cela ? Christ vit-Il à 100% en vous ou est-Il en cours de téléchargement ? Découvrons ensembles.

Ce qui a changé spontanément à l’occasion de votre nouvelle naissance

Lorsque vous recevez réellement Christ dans votre vie, il y a des choses qui changent immédiatement, et d’autres qui prennent relativement plus de temps pour se manifester. Au nombre des choses qui changent immédiatement, il y a votre positionnement spirituel. En recevant Christ dans votre vie, vous passez du royaume des ténèbres au Royaume de Fils de Dieu, Jésus-Christ (Colossiens 1 : 12-14).

1 Pierre 2 : 9 (LSG) « Vous, au contraire,  vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin  que vous annonciez les vertus de Celui qui vous a appelés des ténèbres à Son admirable lumière »

Vous n’êtes plus dorénavant pécheur, vous êtes juste, vous êtes saint ! Il ne s’agit pas là d’une justification (sanctification) par les œuvres, comme si votre attitude dans la pratique même était devenue irréprochable. C’est une justification acquise, encore appelée justification positionnelle. En d’autres termes, vous n’êtes pas appelé juste parce que vous ne commettez plus de péchés, car assurément, le péché ne disparaîtra pas à 100% tant que votre corps corruptible n’aura pas revêtu l’incorruptibilité (1 Corinthiens 15 : 42 ; 1 Corinthiens 15 : 53-54), vous êtes juste parce que Dieu vous déclare juste ! Et cela ne dépend pas de vos œuvres (bonnes), afin que personne ne s’en glorifie (Ephésiens 2 : 8-9), c’est par pure grâce de Dieu.

Alors, vous recevez en cette occasion l’Esprit de Dieu en vous selon qu’il est écrit dans 1 Corinthiens 12 : 3 (LSG) : « … Nul ne peut dire : Jésus est Seigneur ! Si ce n’est par le Saint-Esprit ». C’est donc cet Esprit qui produit en vous la conviction de péché, vous donne de soupirer après la justice de Dieu pour une nouvelle et meilleure vie, en vue du jugement qui vient, pour tous ceux qui ne sont pas en Christ (Jean 16 : 7-8).

Ce qui changera progressivement

Il y a des choses qui changeront en fonction de notre croissance spirituelle, dans l’aspect pratique même des choses. Comme nous le rappelle l’Apôtre Pierre (1 Pierre 2 : 2), nous devons lorsque nous naissons de nouveau, « désirer, comme des enfants nouveaux nés, le lait spirituel et pur, afin que par lui, nous croissions pour le salut ».

Lorsqu’on naît de nouveau, comme tout bébé, on ne naît pas avec une moustache et 32 dents. On naît donc enfant, un enfant qui est appelé à grandir. Pendant qu’il est encore enfant, il a un langage d’enfant, pose des actes d’enfant et personne de juste n’attend de lui qu’il se comporte immédiatement comme un adulte. Dieu n’attend donc pas de vous que vous deveniez de super spirituels le jour de votre nouvelle naissance. C’est le début d’un long processus qui dure le temps d’une vie. Alors oui, comme un petit enfant tombe un nombre incalculable de fois en une journée jusqu’à un certain âge avant de savoir bien marcher, vous continuerez de temps à autres à retomber dans vos vieux travers. L’Apôtre Paul pouvait écrire ceci au Galates :

Galates 4:19 (LSG) « Mes enfants, pour qui j’éprouve de nouveau les douleurs de l’enfantement, jusqu’à ce que Christ soit formé en vous »

Il ne faut pas que cela vous décourage pour autant. Et surtout, ne laissez pas la culpabilité vous paralyser et vous ôter toute envie de progresser. Le simple fait de regretter et même d’avoir honte de vos péchés est révélateur du fait que vous n’êtes plus la même personne. Car souvenez-vous, il y a peu quand vous ne connaissiez pas encore Jésus vous faisiez toutes ces choses, sans ressentir une quelconque gêne. Pour certaines de ces choses même, vous éprouviez une certaine fierté. Par exemple, les jeunes gens ne connaissant pas Jésus se vantent de leurs conquêtes, ainsi que de leurs exploits sexuels. Mais une fois nés de nouveau, ils se sentent tellement mal quand ils en viennent à tomber dans un moment de faiblesse dans la fornication. C’est le signe d’un changement de nature. La nature qui vous amenait à vous plaire dans vos péchés a été ôtée, et désormais, vous avez la nature de Justice qui hait le péché. Alors quand le diable vient avec un refrain de culpabilité vous dire : « tu es encore tombé dans ce péché malgré que tu te dis chrétien/ne, tu n’as pas honte ? Abandonne, tu ne changeras jamais, ce n’est pas une vie pour toi, il t’est impossible de vivre une vie de sanctification, etc. », répondez-lui simplement : « merci Satan parce que tu viens de me rappeler combien je dois rendre grâce à Dieu, car il n’y a pas si longtemps je pratiquais au quotidien toutes ces choses sans éprouver la moindre gêne. C’est la preuve que Dieu m’a vraiment transformé(e) et que je peux Lui faire confiance pour continuer de me perfectionner, pour que je Lui ressemble de plus en plus ». Croyez-en mon expérience, Satan ne reviendra plus vous troubler par le sentiment de culpabilité.

L’Apôtre Jean nous parle dans ses épîtres de divers niveaux de maturité, dans notre marche avec le Seigneur (1 Jean 2). D’abord il y a l’étape des petits enfants, celle des jeunes gens et enfin celle des pères. Chacune d’elles équivaut à des réalités bien précises. Nous y reviendrons certainement à l’occasion d’un autre article. Mais retenons déjà que la nouvelle naissance, qui s’opère à partir de la conviction de péché qui est produite en nous par le Saint-Esprit, ouvre le processus de la conversion. La conversion est ainsi entendue au sens pratique du thème, comme étant un changement d’étape, de nature, l’action de changer une chose en une autre. Au sens chrétien du thème, c’est quitter l’étape d’Homme naturel pour celle d’homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ (Ephésiens 4 : 13). Autant se dire que c’est l’affaire de toute une vie de marche avec le Seigneur, à la quête de Sa perfection.

Qu’elle est la bonne attitude à avoir ?

Ce qui de temps à autre fait douter les gens, c’est leur incapacité à obéir à Christ, malgré qu’ils soient nés de nouveaux. Ils sont intrigués par la récurrence de leurs péchés. Savez-vous pourquoi ? Eh bien à l’Homme cela est impossible (Jean 19 : 26). Aucun « Homme » s’il demeure « Homme », entendez dans sa nature charnelle, ne peut obéir à Dieu ni manifester quelque autre vertu du Royaume des cieux. L’obéissance est produite en nous par le Saint-Esprit, qui nous communique à cet effet, la vie de Christ. C’est cette nature de Christ qui obéit à Dieu, comme Christ Lui-même a obéi en toutes choses, sans jamais commettre de péché (Hébreux 4 : 15). Même le désir d’obéir nous vient de Dieu selon qu’il est écrit : « Car c’est Dieu qui produit en vous le vouloir et le faire, selon son bon plaisir ». Philippiens 2 : 13

Mais le problème de beaucoup de chrétiens est qu’après avoir eu « le vouloir » de Dieu, ils se précipitent à essayer « le pouvoir » par leurs propres forces. Or, il faudrait attendre en toute humilité aux pieds du Seigneur, Lui témoignant que sans Lui nous ne pouvons RIEN et Le suppliant de produire Sa capacité en nous, afin que nous puissions Lui obéir.

Alors oui, si vous êtes réellement né de nouveau, vous êtes une nouvelle créature et Christ habite pleinement en vous par le Saint-Esprit. Cela dit, vous grandissez progressivement dans votre capacité à manifester Son caractère, de sorte à vivre une vie qui L’honore, afin qu’Il ne soit pas attristé au dedans de vous, étant là comme n’y étant plus.

Philippiens 1 : 6 (LSG) « Je suis persuadé que Celui qui a commencé en vous cette bonne œuvre la rendra parfaite pour le jour de Jésus-Christ ».

Demeurez bénis du Très Haut !

2 comments

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close