Search

Pourquoi ne peut-on pas aborder l’Ancien Testament au même titre que le Nouveau ?

Romains 15 :4 « Or, tout ce qui a été écrit d’avance l’a été pour notre instruction, afin que, par la patience, et par la consolation que donnent les Écritures, nous possédions l’espérance. » ( Louis Segond).

Plusieurs interrogations fusent autour de la Bible, certaines sur sa composition, d’autres sur la manière de l’aborder. Mais l’essentiel est de retenir que la Bible n’est pas un conte d’histoires d’où l’on choisirait le récit  ou la promesse qui nous sied au détriment de ce qu’elle révèle en entier. Lire la Bible de manière sélective, c’est se reposer sur Dieu de manière occasionnelle. C’est être en situation de dents de scie entre l’obéissance et l’insoumission. C’est avoir une foi opportuniste car pour ceux qui le font, il ne s’agit pas véritablement d’amour, juste d’intérêt : soit pour que Dieu les libère d’un fardeau ou juste pour obtenir bénédictions et bonté divine.

Rappelons-le, Être enfant de Dieu est l’objectif de toute une vie. De ce fait, nous devons, pour ressembler au modèle parfait de Jésus-Christ et être un ambassadeur du royaume à l’image de l’amour de Dieu, méditer la Bible. Mais Pourquoi ?

C’est la Bible qui nous montre la voie à suivre. Attitudes, comportements, maturité spirituelle, recommandations et commandements, promesses, le rejet du péché, etc. La Bible est donc une arme pour le chrétien car elle nous permet de rentrer en possession de notre identité spirituelle et nous aide à prendre conscience de l’amour du Père au travers des promesses comme la vie éternelle par exemple. La Bible n’est donc pas juste un « vieux livre ». Ne nous faisons pas avoir par l’interprétation du monde. Autant Dieu était le même hier, est le même aujourd’hui et sera le même demain, la Bible sera toujours un moyen par lequel Dieu s’adresse à nous. Ainsi est-il écrit : « L’herbe sèche, la fleur tombe; mais la parole de notre Dieu subsiste éternellement. » (Esaïe 40 :8). Son intemporalité nous prouve à suffisance qu’elle n’est ni dépassée, ni « has been ». En effet, c’est pour nous soumettre à des comportements et mœurs qui sont inimitiés à l’Esprit Saint que le malin dénigre la Bible dans la société. Mais ne nous y conformons pas .

Mais la Bible, c’est quoi ? La Bible c’est l’éducation,  l’instruction, c’est le savoir. Et si nous chrétiens, nous nous attelons à davantage découvrir Dieu, nous aurons la pleine autorité de Dieu en nous, en tant que cohéritiers de Christ. Car, savoir c’est pouvoir, prospérer, réussir. Dans ce sens, les Saintes écritures nous évoquent ceci : « Que ce livre de la loi ne s’éloigne point de ta bouche; médite-le jour et nuit, pour agir fidèlement selon tout ce qui y est écrit; car c’est alors que tu auras du succès dans tes entreprises, c’est alors que tu réussiras. » (Josué 1 :8).

La Bible est un ensemble de Saintes écritures qui regroupent une soixantaine de livres en deux grands piliers, lesquels sont L’ancien et le Nouveau Testament. La Bible mérite d’être lue dans sa totalité. Il y a donc lieu de clore les débats vains : il ne s’agit pas de ne lire que l’ancien ou le Nouveau Testament, les deux sont à parcourir et à méditer. Toutefois, on ne peut pas se dire chrétien si on ne croit pas intimement et fermement à la résurrection de Christ mort pour nos péchés (nouvelle alliance). La question n’est pas de savoir laquelle des deux alliances nous concerne mais plutôt de comprendre pourquoi nous ne pouvons pas aborder l’ancien et le nouveau Testament au même niveau.

1/ De l’Ancien Testament au Nouveau

De par plusieurs éléments, nous nous rendons compte que l’ancien Testament ne peut pas être abordé au même titre que le Nouveau, car la grâce a annulé la condamnation de la loi (ancienne alliance) par la nouvelle alliance (sang de Jésus ).

L’ancienne ancienne s’est scellée par le sang des taureaux offerts en sacrifice à l’Eternel. En effet, « Moïse envoya des jeunes hommes, enfants d’Israël, pour offrir à l’Eternel des holocaustes, et immoler des taureaux en sacrifices d’actions de grâces. Moïse prit la moitié du sang, qu’il mit dans des bassins, et il répandit l’autre moitié sur l’autel. Il prit le livre de l’alliance, et le lut en présence du peuple; ils dirent: Nous ferons tout ce que l’Eternel a dit, et nous obéirons. Moïse prit le sang, et il le répandit sur le peuple, en disant: Voici le sang de l’alliance que l’Eternel a faite avec vous selon toutes ces paroles. » (Exode 24 : 5-8). Cependant, la nouvelle alliance a  été scellée par le sang de Jésus, fils unique de Dieu crucifié pour notre salut. En ce sens, il est écrit : « De même, après avoir soupé, Jésus prit la coupe, et dit: Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang; faites ceci en mémoire de moi toutes les fois que vous en boirez. » (1 corinthiens 11 :25).

Aussi, dans l’ancien testament nous étions pliés à la loi mais aujourd’hui, dans la nouvelle alliance, nous sommes rassasiés de la Grâce de Dieu. En cela, les deux Testaments ne peuvent être abordés de la même manière. C’est grâce au nouveau Testament que nous pouvons prétendre au Salut. Comment ?

Déjà, retenons ceci; la loi et la grâce sont distinctes. L’une, socle de l’ancien testament, l’autre fondement du nouveau Testament. L’une est venue par Moïse, l’autre par DIEU le Fils (Jésus-Christ). La loi, autrefois révéla le péché en nous : « Que dirons-nous donc? La loi est-elle péché? Loin de là! Mais je n’ai connu le péché que par la loi. Car je n’aurais pas connu la convoitise, si la loi n’eût dit: Tu ne convoiteras point. » (Romains 7 :7) . Tandis que la grâce nous détache de notre nature pécheresse : «car ceci est mon sang, le sang de l’alliance, qui est répandu pour plusieurs, pour la rémission des péchés. »(Matthieu 16 :28).

Par Jésus, est scellée la nouvelle alliance par laquelle DIEU nous libère de la condamnation de la loi pour la miséricorde et la rémission des péchés. La nouvelle alliance vient nous libérer du poids du péché qui nous conduisait vers la mort. Le nouveau Testament apporte la solution, cette solution qui n’est autre que Jésus, le chemin, la vérité et la vie.

2/ Doit-on se référer uniquement au nouveau Testament ?

Non, pas que ! Sinon la Bible aurait été composée d’un seul testament. Aussi, tâchons de nous rappeler que l’ancien Testament que nous lisons et méditons aujourd’hui a été jadis le guide de Jésus, car le Nouveau Testament n’existait pas encore puisqu’il recense Son ministère. Lecteur de l’ancien testament, Jésus a prêché l’évangile en s’y référant. Et ce n’est pas anodin ! Qui sommes-nous donc pour décréter que l’ancien Testament est dérisoire ? Que ceux qui le croyaient s’en repentent aussitôt. Car allant de l’ancienne à la nouvelle alliance, il nous est révélé la face de Dieu le Père et celle de Dieu le fils.

Jésus ne renie pas Ses origines, Il se révèle comme étant le messie. Pas un nouveau Dieu mais le Fils de ce même Dieu. Son ministère ne s’oppose pas à l’ancien Testament. Au contraire, Il se réfère à la Parole via les psaumes, les allusions aux prophètes, afin de montrer le visage d’amour de Dieu, de créer en nous le dégoût du péché. Car Son but est de nous reconnecter au Père Céleste. L’ancien et le nouveau Testament sont constamment en dialogue. La nouvelle alliance apparaissant comme la solution à l’ancienne. Ainsi, dans l’ancien Testament nous étions sous la loi, dans le Nouveau sous la grâce. Dans l’ancien, nous étions déconnectés de Dieu, dans le Nouveau nous recouvrons notre identité spirituelle en Jésus. Dans l’ancien testament  la mort et dans le Nouveau la vie éternelle.

L’ancien et le nouveau Testament sont les deux piliers complémentaires et indissociables de la Bible, qui nous guident dans notre marche avec Dieu afin de lui être agréable par le modèle d’excellence : Jésus-Christ !

3/ Pourquoi lire encore l’Ancien Testament ? Est-il d’actualité ?

L’ancien Testament reste d’actualité car il présente toutes sortes de promesses et les dix commandements. Toutefois, l’ancienne alliance ne l’est plus. Nous devons saisir avec subtilité la nuance. Dieu nous invite à Le connaître autant par le Nouveau que par l’Ancien Testament. Mais nous sommes sous couvert de la grâce, délivrés de la condamnation. Nous sommes dans la nouvelle alliance même si l’ancien Testament n’est pas démodé.

En effet, être chrétien implique de réaliser dans son cœur et dans son âme que Jésus a payé le prix et que c’est par Son sang que nous sommes rachetés. Telle est l’alliance dans laquelle nous sommes. D’ailleurs, nul ne peut se dire chrétien s’il ne croit pas en Christ. L’ancien Testament n’est pas dérisoire mais l’ancienne alliance a été abolie par la nouvelle qui offre le salut pour tous.

La parole de Dieu jamais ne se démode pas. Il est vrai que l’ancienne alliance a été remplacée par la nouvelle : « En effet, si la première alliance avait été sans défaut, il n’aurait pas été question de la remplacer par une seconde. » (Hébreux 8 :7). Mais la Parole de Dieu, Elle, ne passe, ne s’efface ni ne se remplace. De ce fait, même si le Nouveau Testament est notre priorité, il n’en demeure pas moins que l’ancien Testament est essentiel dans notre progression spirituelle afin de ne pas tomber dans l’incrédulité comme Israël, de demeurer dans l’espérance et de se souvenir des promesses de Dieu pour nous afin de comprendre définitivement qu’Il se soucie de nous. L’ancien Testament est la racine et il est impossible de saisir la révélation du nouveau Testament, sans connaître les bases posées par l’ancien. Car, l’ancien Testament annonce les choses à venir qui ont été accomplies et réalisées par Christ dans le nouveau.

En somme, nous retenons que l’ancien Testament ne peut pas être abordé au même titre que le Nouveau car justement nous sommes dans la nouvelle alliance, symbolisée par le sang de Christ. Toutefois, les deux Testaments ne peuvent être dissociés l’un de l’autre, car il est important de méditer et de comprendre la Bible dans sa globalité afin d’être un disciple accompli. Toutefois, les commandements et l’ancien Testament sont d’actualité, seule la loi ne l’est plus car elle a déjà été accomplie par Christ qui nous a offert la Grâce. En effet, sans l’avoir mérité nous avons obtenu la grâce et la faveur de Dieu.

Ne rejetons pas l’ancien Testament même si Nous sommes dans la nouvelle alliance !

1 comment

  1. « Ne rejetons pas l’ancien Testament même si Nous sommes dans la nouvelle alliance ! »

    Je suis très curieux de savoir comment des non Israélites peuvent raisonnablement vivre sous la nouvelle Alliance sans jamais avoir vécu ou été sous l’Ancienne.
    Surtout, surtout, comment on peut se prévaloir d’une alliance qui, d’après l’auteur de l’épître aux Hébreux, citant le prophète Jérémie, était clairement destinée aux deux maisons issues de la scission du royaume davidien, Israël et Juda. Cela ne concernant ni les Assyriens, ni les Égyptiens (voisins et contemporains des Israélites), ni les Inuits, ni les Aborigènes (longtemps devanciers des Israélites sur cette terre de larmes)…
    Hébreux 8:8 « Car c’est avec l’expression d’un blâme que le Seigneur* dit à Israël: Voici, les jours viennent, dit le Seigneur*, où je ferai avec la maison d’Israël et la maison de Juda une alliance nouvelle »

    Jérémie 31:31 « Voici, les jours viennent, dit YHWH, où je ferai avec la maison d’Israël et la maison de Juda une alliance nouvelle »

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close