Search

Que dit la Bible de la contraception ? Un couple Chrétien peut-il y recourir ?

PARTAGER L'ARTICLE SUR

Un sujet délicat qui met beaucoup d’entre nous très mal à l’aise pour de multiples raisons. Nous choisissons d’en parler ici car c’est la réalité, le vécu et le quotidien de la majorité de la population du monde entier. L’équilibre même de nos familles, nos sociétés et nos nations en dépend. 

Certes, la contraception concerne le domaine de notre intimité, mais est-ce une raison pour ne pas en parler ouvertement ? Parce que nous ne voulons pas confondre intimité et obscurantisme, nous prenons la liberté de parler de ce sujet à cœur ouvert. L’inconfort et le malaise que suscite ce sujet trouvent leur source dans différents aspects, mais cela ne sera pas l’objet de notre réflexion d’aujourd’hui. Une chose est sûre, la gêne que ce sujet provoque nous vole notre liberté de l’aborder en toute sérénité.

Les chrétiens-mêmes ne sont pas au clair avec la contraception, la laissant tantôt sous le coup du hasard, tantôt se convainquant du désintérêt de Dieu sur le sujet ou encore de la liberté laissée à chacun de faire comme bon lui semble. Si le sujet n’est pas évident à aborder de manière générale pour tout public, il l’est encore moins au sein de l’Église. Ce qui est un véritable paradoxe pour un peuple appelé à vivre dans la lumière et à révéler ce qui est caché.

Marc 4:22 (BDS) : Tout ce qui est caché doit être mis en lumière, tout ce qui est secret doit paraître au grand jour.

Même si la Bible n’expose pas de manière claire tout à propos de ce sujet, elle établit néanmoins cette vérité fondamentale : Cherchez, et vous trouverez. (Matt 7:7)

Vivre dans la dimension de la domination comme le Créateur l’a voulu pour les humains, consiste à marcher dans la lumière, c’est à dire la compréhension de tous les domaines touchant à notre existence et la contraception en fait pleinement partie. 

Vu la complexité du sujet et tout ce qui mérite d’être dit à propos pour une parfaite compréhension, nous proposons de le traiter en trois partie. Nous te recommandons de toutes les lire afin d’être éclairé sur cette question et être à ton tour la lumière de tous ceux qui sont encore dans les ténèbres de l’ignorance.

Qu’est- ce que la contraception ?

« La contraception est une méthode visant à éviter, de façon réversible et temporaire, la fécondation d’un ovule par un spermatozoïde ou, s’il y a fécondation, la nidation de l’œuf fécondé. » Le Larousse

Il y a deux éléments importants à garder en lumière dans cette définition :

  • Éviter la fécondation d’un ovule
  • Éviter la nidation de l’œuf fécondé

En langage non scientifique, il faut éviter la fusion de l’ovule et du spermatozoïde, la condition requise pour avoir une grossesse. Et deuxièmement, si jamais l’ovule et le spermatozoïde ont fusionné et que le processus de la vie a débuté, c’est-à-dire qu’un bébé a commencé ses jours, il faut éviter que ce bébé s’accroche dans l’utérus de sa mère pour que sa croissance poursuive son cours.

Depuis les temps antiques, les hommes ont toujours cherché à percer le mystère attaché à ce sujet épineux.

« Contrôler les naissances n’est pas le privilège des sociétés modernes contemporaines. Déjà les Grecs anciens attachaient une importance toute particulière au contrôle de la fécondité, qui devait assurer la pérennité du système familial. De nombreuses tisanes étaient conseillées pour leur vertu contraceptive (écorce d’aubépine, feuille de lierre, de saule, de peuplier), ainsi que diverses méthodes de contraception mécanique (gomme de cèdre, suppositoire à la menthe poivrée et au miel).

Des recettes des Grecs anciens à la pilule des années 70, en passant par l’avortement qui demeura longtemps le premier moyen de contraception, Angus McLaren analyse les changements d’attitude envers la limitation des naissances, en les replaçant dans leur contexte culturel. Il montre que toutes les sociétés humaines ont cherché, à un moment ou à un autre, à limiter le nombre de leurs enfants (Sophie SENSIER, Journaliste- Le monde diplomatique Novembre 1996).

Quels sont les différentes méthodes de contraception et leur mécanisme ?

Il existe principalement douze méthodes et moyens de contraception que sont :

1. Le DIU (Dispositif Intra – Utérin) ou STERILET

Il en existe deux types : au cuivre et hormonal (lévonorgestrel).

Le stérilet au cuivre rend les spermatozoïdes inactifs, il agit donc comme un spermicide. Il crée par ailleurs une légère inflammation qui empêche l’œuf fécondé de s’implanter dans l’utérus. Il est placé dans l’utérus.

Le stérilet hormonal diffuse localement du lévonorgestrel (hormone de synthèse proche de la progestérone). Sous son action, la glaire cervicale s’épaissit et devient imperméable aux spermatozoïdes. L’endomètre (muqueuse qui tapisse l’intérieur de l’utérus, s’épaissit et se détache au moment des règles) est aussi modifié. Il reste fin pour empêcher l’œuf de s’implanter. 

2. La pilule contraceptive

Un comprimé tous les jours et à heure régulière pendant 21 jours ou 28 jours, selon le type de pilule. Même si elle est des plus fiables, il est important de savoir qu’aucune méthode ne l’est à 100 %.

Mécanisme : deux types de substances sont utilisés dans les contraceptifs oraux : les œstrogènes et les progestatifs. Les œstrogènes sont toujours associés aux progestatifs tandis que les progestatifs sont parfois utilisés seuls. Leur action est « anti-gonadotrope » c’est-à-dire qu’elle bloque la stimulation hypophysaire des ovaires empêchant ainsi l’ovulation.

3. Le patch contraceptif

Le patch est une méthode œstroprogestative car il contient deux types d’hormones : un œstroprogestatif et un progestatif. Les hormones sont simplement diffusées dans le corps au travers la peau.

4. L’implant contraceptif

Un bâtonnet cylindrique de 4 cm de long et de 2 mm de large inséré sous la peau du bras, sous anesthésie locale. L’implant est une méthode contraceptive hormonale.

5. L’anneau vaginal

Un anneau souple à placer soi-même dans le vagin, simplement, comme un tampon. On le laisse en place pendant 3 semaines. L’anneau vaginal est une méthode œstroprogestative car il contient deux types d’hormones : un œstroprogestatif et un progestatif.

6. Le Diaphragme et la cape cervicale

Le diaphragme est une coupelle en silicone que l’on place soi-même dans le vagin. Il s’utilise associé à un produit spermicide. Cela empêche le passage des spermatozoïdes. La cape est un dôme très fin, en silicone, qui vient recouvrir le col de l’utérus. Le diaphragme ou la cape cervicale peut être posé(e) au moment du rapport sexuel, mais aussi plusieurs heures avant. Il est important de le/la garder pendant 8 heures après le rapport. Il/elle est réutilisable.

7. Le préservatif masculin

 En latex ou en polyuréthane, il se déroule sur le pénis en érection avant la pénétration et retient le sperme. Avant la fin de l’érection, il faut se retirer en retenant le préservatif à la base du pénis, puis faire un nœud et le jeter à la poubelle. Doit être changé à chaque rapport sexuel.

8. Le préservatif féminin 

Gaine en nitrile ou en polyuréthane munie d’un anneau souple aux deux extrémités qui se place dans le vagin. Il peut être mis en place plusieurs heures avant le rapport sexuel. Le préservatif doit être changé à chaque rapport sexuel.

9. Les spermicides

Se présentent sous forme de gel et d’ovule qui se placent dans le vagin quelques minutes avant chaque rapport et détruisent les spermatozoïdes.

10. Les progestatifs injectables

Un progestatif de synthèse (médroxyprogestérone) est injecté par piqûre intramusculaire tous les trois mois. Pendant 12 semaines, le produit assure une contraception constante. Les progestatifs injectables sont une méthode contraceptive hormonale.

11. La stérilisation à visée contraceptive : ligature des trompes et vasectomie.

Ces méthodes peuvent être envisagées chez des personnes majeures, hommes ou femmes. Elles provoquent une stérilité considérée comme définitive. L’intervention doit résulter d’une décision personnelle et se déroule dans un établissement de santé.

12. Les méthodes « naturelles » de contraception

Le retrait de l’homme lors de l’éjaculation.

L’abstinence périodique avec les méthodes Ogino, Billings et méthode des températures, consistent à repérer la période où a lieu l’ovulation et s’abstenir de rapport pendant cette période qui dure trois à cinq jours. Il existe aujourd’hui des applications sur des téléphones androïdes pour organiser, gérer cette période d’ovulation. Des signes ou symptômes visibles se manifestent dans le corps de la femme, qui lui permettent de reconnaître le moment où se passe l’ovulation : l’humidification vaginale, la douleur aigüe d’un seul côté du bas ventre, chez certaines, quelques gouttes de sang rosâtre chez d’autres, des fourmillements et ou picotements mammaires, la montée de température de 4 à 7 dixièmes (36,6 à 37,2) le jour même où a lieu l’ovulation jusqu’au jour de prochaines menstruations.

Voilà de manière très brève les différentes méthodes et moyens de contraception à notre disposition aujourd’hui. Et pour ceux qui sont en Christ, et vivant sous les principes du Royaume de Dieu, deux aspects attirent notre attention face à ces différentes méthodes de contraception :

  • Qu’en pense Dieu ?
  • Quelle méthode correspondrait à l’éthique du Royaume dont je fais partie ? 

Nous répondrons à ces questions dans la deuxième partie de cet article. 

Que le Seigneur nous accorde la grâce de recevoir Sa lumière, et de marcher en conformité avec Sa Parole. 


PARTAGER L'ARTICLE SUR
Write a response

Laisser un commentaire

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close