Search

Que dit la Bible de l’adoption d’enfant ?

Spread the love

Il est certain que la Bible ne parle pas de manière distincte de cette notion d’adoption d’enfant. Toutefois, nous pouvons en comprendre le sens, en observant la pensée de Dieu, qui reflète Son cœur.

Le mot adoption vient du verbe  « adopter » qui veut dire : Prendre légalement pour fils ou pour fille ; faire sienne l’opinion de quelqu’un ou imiter son comportement ; admettre en son sein…

Le sens de ce mot  » adoption » est qu’on choisit de faire nôtre une chose, ou une personne alors qu’on n’en est pas le propriétaire ou le géniteur. On adopte l’idée de quelqu’un, l’enfant de quelqu’un d’autre pour en faire nôtre.

Dieu est le premier à avoir adopté les humains après leur faute, qui a conduit à la perte de leur position spirituelle : la chute. Dans le processus devant conduire au rachat de l’homme, Dieu a commencé par adopter un homme ( Abraham), de qui il est sorti une famille, et de cette famille il a formé un peuple, de ce peuple a émergé la nation d’Israël qu’Il a adoptée et avec laquelle Il a scellé une alliance. Il s’est investi totalement dans ce peuple et sa destiné, puis au travers de lui il a étendu cette alliance à toutes les nations.

Genèse 28,14 (LSG) : Ta postérité sera comme la poussière de la terre ; tu t’étendras à l’occident et à l’orient, au septentrion et au midi ; et toutes les familles de la terre seront bénies en toi et en ta postérité

Puis au fil du temps, du peuple d’Israël le Messie est sorti, et de Lui toutes les familles de la terre peuvent recevoir la rédemption et l’adoption par le sacrifice du Christ-Jésus.

Jean 1,12 (LSG) : Mais à tous ceux qui L’ont reçue, à ceux qui croient en Son nom, Elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu

Aujourd’hui, la créature perdue après la chute peut à nouveau retrouver sa position de fils de Dieu, en passant par l’adoption en Christ. 

Ephésiens 1,5 : nous ayant prédestinés dans Son amour à être Ses enfants d’adoption par Jésus-Christ, selon le bon plaisir de sa volonté,

La notion d’adoption est bien présente dans le fonctionnement divin, ce qui la rend facile et pertinente à pratiquer dans notre dimension humaine. Ce qui rend cette notion profonde, c’est la dimension de l’amour inconditionnel.

L’humain a tendance à s’attribuer la propriété des choses, en occurrence celui de croire qu’il est l’auteur de ses enfants biologiques. En réalité, nous ne sommes que des intendants de tout ce que Dieu nous a confié, même de nos enfants biologiques. Ils ne nous appartiennent pas, ils sont de Dieu. Les avoir est une grâce, un honneur, un privilège et une grande responsabilité pour nous. Et de la part de Dieu, c’est une marque de confiance vis-à-vis de nous, celle de prendre soin de Ses enfants.

La parentalité est un véritable appel, un réel ministère. En connaissance de cette vérité, nous réalisons qu’être parents ne nécessite pas forcément un passage à la maternité. Nous pouvons être parents par adoption, et c’est un acte hautement divin. Divin parce qu’au final, ce qui importe pour un enfant, ce n’est pas de lui donner la vie après neuf mois de grossesse. Mais ce qui importe pour un enfant, c’est de lui donner un nid propice à sa croissance et à sa construction. Peu importe donc l’origine de l’enfant, qu’il soit de nous même, ou venu d’ailleurs, il est possible de donner cet amour inconditionnel, comme Dieu nous l’a donné.

Au final, qu’est ce qui compte vraiment ?

Abraham, ne voyant pas l’arrivée du fils de la promesse, s’était résolu de laisser l’héritage à un esclave, qu’il s’apprêtait à en faire son fils ( Genèse 15,2). Le libérateur du peuple esclave d’Israël en Égypte fut adopté et élevé dans la maison des maîtres de ses parents… (Actes 7,21). Paul a compté sur son fils spirituel jusqu’à la fin de sa vie ( 2 Timothée 1,2 ).

Au final, ce qui compte pour Dieu, c’est que pour tout enfant qu’Il nous confie, nous en fassions un fils / fille spirituel(le), des héritiers de sa promesse et disciples de Jésus. Tout le défis d’être parents est là, loin de l’origine de l’enfant. 

Ésaïe 54, 13 (LSG) : Tous tes fils seront disciples de l’Eternel, et grande sera la prospérité de tes fils.

C’est vrai que la Bible ne donne pas d’instructions ouvertes et claires sur l’adoption des enfants. Mais la logique du fonctionnement de Dieu comme Père, nous encourage vivement de nous investir pleinement dans la vie de quelqu’un pour la construire et en donner un sens, une  direction éternelle.

On peut être physiquement stérile, néanmoins avoir une très grande postérité par le principe de l’adoption ; c’est la sagesse, la volonté et la logique de Dieu.

Esaïe 54,1 ( Darby) : Exulte, stérile, qui n’enfantais pas ; éclate en chants de triomphe, et pousse des cris de joie, toi qui n’as pas été en travail ! car les fils de la désolée sont plus nombreux que les fils de la femme mariée, dit l’Éternel.

Que Dieu nous accorde la grâce d’être des pères et des mères de multitudes au nom de Jésus. Amen !

2 comments

  1. Wow!! Un article très très riche..à lire et à relire !! Merci pour ce merveilleux partage Maman Jolie.
    Que Dieu te bénisse et te comble davantage !

  2. Merci PÈRE de me faire partager ma joie. Puisse que tu parles de moi,. Maman Jolie tu es vraiment la mère de plusieurs enfants y compris moi-même. Je rends grâce à DIEU et je bénis son SAINT NOM. Demeure remplie et pluies de bénédictions sur ta vie et celle de ta famille. Shalom

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close