Search

Que dit la Bible sur le divorce et le remariage ?

PARTAGER L'ARTICLE SUR


Matthieu 19.6 (LSG) « Ainsi l’homme et la femme ne sont plus deux mais une seule chair. Que l’homme donc ne sépare pas ce que Dieu a joint. »

C’est Dieu qui a institué le mariage, l’union de deux êtres, un homme et une femme, pour la vie. L’origine du mot « divorce » en grec c’est « Apostasion » qui  veut dire « répudiation ».

Moïse institue le divorce.

Il y a beaucoup de débat sur le divorce et le remariage,  mais Dieu reste ferme sur Sa position. Dans Malachie 2.16 (LSG) Il dira aux peuples ce qu’Il pense de leur comportement: Car Je hais la répudiation, dit l’Éternel, le Dieu d’Israël, et celui qui couvre de violence son vêtement, dit l’Éternel des armées. Prenez donc garde en votre esprit, et ne soyez pas infidèles!

Pour Dieu, le mariage est un engagement à vie. C’est Moïse qui a permis la loi sur le divorce. Dans Deutéronome 24.1-4, il a donné la procédure, parce que la femme n’en avait pas de droit et encore moins le choix; c’est le mari qui était l’autorité. En cas de divorce, il devait donner une lettre et en indiquer la raison. Par conséquent, la femme était dégagée du lien du mariage et libre de se remarier, mais en aucun cas elle ne pouvait revenir vers son premier mari.

Par contre, si elle avait été adultère elle était condamnée à mort, parce que cette pratique était interdite.

Divorce en cas d’adultère.

Jésus explique aux Pharisiens, les conditions du divorce et du remariage, dans Matthieu 5:31 ; Matthieu 19:7-8:

Matthieu 19.8-9 (LSG) Il leur répondit: C’est à cause de la dureté de votre cœur que Moïse vous a permis de répudier vos femmes; au commencement, il n’en était pas ainsi. Mais Je vous dis que celui qui répudie sa femme, sauf pour infidélité, et qui en épouse une autre, commet un adultère.

Il les exhorte et leur dit au commencement cela n’était pas ainsi, que dans Son plan, Dieu n’avait pas prévu le divorce. Et que la cause était humaine: « le cœur était endurcit ». Il précise tout de même, qu’il existe une seule raison valable pour répudier (son) ou (sa) conjoint(e), c’est l’infidélité. A ce moment-là, le divorce est possible et le remariage aussi.

Par contre, quel que soit le motif, autre que l’adultère, ce n’est pas valable d’après la Parole de Dieu. A Ses yeux, un divorce non justifié est une injustice(Malachie 2.16). Jésus dit dans Marc 10.9(LSG) : Que l’homme donc ne sépare pas ce que Dieu a joint.

Dans Malachie 2.13-15(LSG) le prophète alerte le peuple et l’exhorte à revenir de ses mauvaises conduites: Voici encore ce que vous faites: Vous couvrez de larmes l’autel de l’Éternel, de pleurs et de gémissements, en sorte qu’Il n’a plus égard aux offrandes et qu’Il ne peut rien agréer de vos mains. Et vous dites: Pourquoi?… Parce que l’Éternel a été témoin entre toi et la femme de ta jeunesse, à laquelle tu es infidèle, bien qu’elle soit ta compagne et la femme de ton alliance. Nul n’a fait cela, avec un reste de bon sens. Un seul l’a fait, et pourquoi? Parce qu’il cherchait la postérité que Dieu lui avait promise. Prenez donc garde en votre esprit, Et qu’aucun ne soit infidèle à la femme de sa jeunesse!

De nos jours, et malgré les avertissements, certains hommes sont infidèles à la femme de l’alliance, qu’ils avaient épousée, et veulent la quitter pour en épouser une plus jeune, ou leur maîtresse. Pourquoi ? A cause de l’orgueil, des mauvais désirs et des convoitises; ils n’ont pas abandonné leur vie au Saint-Esprit; ils sont rebelles et désobéissants face à la loi de divine.

1 Corinthiens 6.9-10LSG) Ne savez-vous pas que les injustes n’hériteront point le Royaume de Dieu? Ne vous y trompez pas: ni les impudiques, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les infâmes, ni les voleurs, ni les cupides, ni les ivrognes, ni les outrageux, ni les ravisseurs, n’hériteront le Royaume de Dieu.

D’ailleurs, Dieu se détourne aussi d’eux, de leurs prières, de leurs offrandes; Il n’agrée rien, ils sont abominables à Ses yeux. Sauf s’ils se détournent de leurs mauvaises voies, reviennent de leur décision et retournent auprès de leur épouse.

Osée 2.9 (LSG) Elle poursuivra ses amants et ne les atteindra pas, elle les cherchera et ne les trouvera pas. Alors elle dira: je veux retourner vers mon premier mari, car j’étais plus heureuse alors que maintenant.

Rester marié et honorer son engagement, voilà ce qui plaît à Dieu!

Proverbes 5.18 (LSG) « Remplis-la de bonheur, trouve ta joie dans la compagne de ta jeunesse. »

Si le conjoint adultère refuse d’arrêter, se séparer sera favorable pour un temps de restauration et de réflexion, pour prier et rechercher la direction de Dieu. Entamer la procédure de divorce immédiatement ne serait pas raisonnable.

2 Corinthiens 6.14-15(LSG) Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l’iniquité? Ou qu’y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres? Quel accord y a-t-il entre Christ et Bélial ? Ou quelle part a le fidèle avec l’infidèle? 

Selon ce verset, celui qui divorce à cause de l’infidélité de son conjoint, ne doit subir aucun reproche. S’ils ont des enfants, il faut les accompagner et les soutenir dans la prière. Mais si nous sommes chrétiens et mariés selon la volonté de Dieu, nous savons que l’amour triomphe de tout et le pardon est toujours préférable au divorce.

Marié à un incroyant, que faire ?

L’on trouve les recommandations de Paul concernant le divorce et le remariage, dans le cas où l’on est marié avec un non croyant,  dans 1 Corinthiens 7:10-16 (LSG) il dit :A ceux qui sont mariés, j’ordonne, non pas moi, mais le Seigneur, que la femme ne se sépare point de son mari, (si elle est séparée, qu’elle demeure sans se marier ou qu’elle se réconcilie avec son mari), et que le mari ne répudie point sa femme. Aux autres, ce n’est pas le Seigneur, c’est moi qui dit: Si un frère a une femme non-croyante, et qu’elle consente à habiter avec lui, qu’il ne la répudie point; et si une femme a un mari non-croyant, et qu’il consente à habiter avec elle, qu’elle ne répudie point son mari. Car le mari non-croyant est sanctifié par la femme, et la femme non-croyante est sanctifiée par le frère; autrement, vos enfants seraient impurs, tandis que maintenant ils sont saints. Si le non-croyant se sépare, qu’il se sépare; le frère ou la sœur ne sont pas liés dans ces cas-là. Dieu nous a appelés à vivre en paix. Car que sais-tu, femme, si tu sauveras ton mari? Ou que sais-tu, mari, si tu sauveras ta femme ?

Dans les versets 10-11, Il est opposé au divorce : “Que la femme ne se sépare pas de son mari… et que le mari n’abandonne pas sa femme” ; le mariage serait indissoluble, cependant, il conseil la séparation au cas où la situation se compliquerait; le tout s’est d’être en paix. De la manière la plus absolue, tant que l’un des conjoints est vivant, seule la mort est susceptible de libérer de ce lien (Romains 7.2-3  et 1 Corinthiens 7.39).

Il existe certains cas particuliers autres que l’infidélité où le divorce est recommandé. Il s’agit de situations dangereuses et possiblement attentatoires à la vie ou à la sécurité d’un des conjoints ou des enfants: alcoolisme sévère, conjoint(e) battu(e), enfants maltraités ou abusés, un mariage d’intérêt où l’un des conjoints cherche la mort de l’autre pour récupérer son patrimoine, etc. De tels cas et d’autres encore, demandent de la compassion de la part de l’entourage mais pas de jugement; c’est Dieu seul qui juge.

Le remariage est possible lorsque l’un(e) des conjoints(es) meurt selon qu’il est écrit dans (1 corinthiens 7.39 LSG) Une femme est liée aussi longtemps que son mari est vivant; mais si le mari meurt, elle est libre de se marier à qui elle veut; seulement, que ce soit dans le Seigneur. Et (Romains 7.2-3 LSG) Ainsi, une femme mariée est liée par la loi à son mari tant qu’il est vivant; mais si le mari meurt, elle est dégagée de la loi qui la liait à son mari. Si donc, du vivant de son mari, elle devient la femme d’un autre homme, elle sera appelée adultère; mais si le mari meurt, elle est affranchie de la loi, de sorte qu’elle n’est point adultère en devenant la femme d’un autre.

Que le Seigneur bénisse les foyers, et nous amène tous à l’obéissance de Sa Parole. Puisse cet enseignement nous libérer de la mentalité du monde et nous encourager à nous soumettre en tout à la Parole de Dieu. Amen !


PARTAGER L'ARTICLE SUR

6 comments

  1. Merci pour ce message instructif mais j’ai une question dans le cas où l’homme et la femme se sont mariés mais pas à l’église uniquement à la mairie doit-on considérer le mariage comme étant de la volonté de Dieu ? Car le mariage a l’église tarde et est toujours repoussé. Ainsi, si l’homme se sépare de sa femme pour en épouser une autre est-ce considérer comme un adultère ?

    1. Bonjour ,
      Je ne sais pas où vous vivez mais en France Il n’y a pas 2 mariages, un civil et un à l’église car l’eglise ne marie pas les gens C’est Mr le maire qui nous déclare mari et femme c’est donc celui là qui est reconnu par Dieu.
      A l’église vous y aller pour vivre ce temps fort avec votre famille spirituelle et amis, et pour que l’eglise Prie pour vous et vous bénisse .

  2. Une personne divorcé avant de connaitre Christ peut elle se remarier à l’église avec un autre ? Merci pour votre réponse

  3. Merci pour votre message. Mais comment prouver que l’autre s’est mairé pour l’interet? Et pour l’alcoolism on ne devrait pas aider son conjoint d’en sortir ?

    1. On ne peut aider un conjoint alcoolique que si elle ou lui veut vraiment s’en sortir . Si la personne ne fait pas l’effort et ne se fait pas aider , c’est peine perdue: vous ne pouvez rien faire pour lui. Et vivre au côté d’un alcoolique est un enfer , voir peut être dangereux lorqu’il est violent . C’est terrible pour les enfants . Il faut les protéger et se protéger soi même .
      C’est triste mais on n’y peut rien s’il n’en veut rien.

Write a response

Laisser un commentaire

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close