Search

Qui êtes-vous pour Lui ? Un enfant, un  ami ou une épouse ?

« Car ton créateur est ton époux : l’Eternel des armées est Son nom ; et ton rédempteur est le Saint d’Israël : Il se nomme Dieu de toute la terre »

Il y a de cela quelques jours, lors d’une discussion avec un de mes amis étudiant dans une école théologique, pendant la retraite du département de la jeunesse, j’ai appris une chose très surprenante mais qui n’en demeure pas moins vraie. Elle m’a tout de suite éclairée sur quelque chose d’évident. Cet ami m’a parlé des types de relations dans l’église de Jésus et m’a décrit les genres de relations que certains chrétiens entretiennent avec Dieu dans leur vie de tous les jours. J’aimerais le partager avec vous, ici et maintenant.

Nous pouvons tous témoigner d’une chose probante que nous avons déjà tous observé au sein de nos églises locales, que certains de nos frères et sœurs tous jeunes dans la foi se retrouvent bénis de toutes sortes de bénédictions, que d’autres jusqu’à présent, quoiqu’étant anciens, n’ont toujours pas expérimentés. Calmons-nous, mon intention n’est pas d’indexer qui que ce soit ou de créer une forme de rancœur. Dieu sait que mon désir le plus profond est juste d’apporter une lanterne qui j’espère, éclairera plus d’un, comme elle a faite avec moi.

Ne vous est-il jamais arrivé à l’esprit que ça n’avançait pas parce que vous n’avez pas la relation adaptée aux types de demandes que vous faites à Elohim ? Attention, ce n’est pas une course pour dire qui est le plus spirituel ou le plus zélé pour le royaume non, ce n’est pas ça le plus important voyez-vous.  Dans nos prières, il arrive généralement que nous appelions Dieu, Son Fils et le Saint-Esprit « mon papa , mon ami , mon chéri, etc. »; ce n’est pas mauvais en soi; mais il ne faudrait pas que nous soyons étonnés que certaines choses se produisent pour nos frères et pas pour nous. Comme je l’ai dit, ce n’est pour faire de la concurrence, il n’y a pas ça dans l’église de Jésus. C’est juste pour que tous, nous puissions remettre nos compteurs à zéro avec Elohim. Nous allons maintenant explorer ensemble les différents genres de relations que le chrétien peut partager avec Lui dans l’église et dans sa communion personnelle. Nous allons ensemble les scinder en 3 catégories à savoir :

  • Les enfants : Ce terme doit être vu ici au sens d’immaturité. Ce type de chrétiens dans leurs prières aiment crier haut et fort « Elohim est mon papa, je suis Son enfant, la prunelle de Ses yeux, je L’aime tellement, mon papa pourvoit toujours à mes besoins, etc. » .Ce n’est pas mauvais en soi, c’est d’ailleurs une manière comme une autre d’adorer Dieu. Mais ne sois pas offusqué si lorsque tu demandes à Dieu une voiture ou un travail, le mariage ou de découvrir ton appel et exercer ton ministère, Il ne te le donne pas dans l’immédiat. Qui mettrait son enfant de 5 ans dans un bureau en lui demandant de lui faire une étude de marché ? Et quel parent donnerait à son fils du même âge les clés de sa voiture toute neuve pour aller faire les courses? Tu appelles Dieu, papa, alors Il se comporte de la sorte avec toi, c’est pas tout qu’on accepte d’offrir à nos enfants et des fois on estime que certaines choses, sujets, ne sont pas de leur âge. Du coup, on s’abstient et généralement dans ces cas là on leur répond ‘non’. Aucun parent ne demanderait à son enfant de prendre ses responsabilités ou d’opérer des choix décisifs pour sa vie. Au contraire, on décide de tout pour un enfant et on évite généralement de lui donner tout ce qu’il demande, en raison de son immaturité. Galates 4 : 1-2 nous dit qu’aussi longtemps que l’héritier est enfant, il n’est en rien différent d’un esclave et est placé sous des tuteurs et des administrateurs qui décideront de tout pour lui, jusqu’au temps de la maturité. De la même façon que vous regardez vos enfants comme des êtres fragiles qui doivent absolument être protégés, c’est pareil pour le Seigneur aussi, lorsque nous demeurons dans une telle relation avec Lui. Les parents saisiront.

 

  • Les amis : Ô oui ! Il est digne et juste de dire que l’on aime nos amis, qu’on apprécie les longues conversations avec eux, qu’on aime le fait que l’on n’a pas besoin de se forcer en étant avec eux, on aime les fous rires, nos toutes petites blagues et débats, les confidences etc. Pour un groupe de chrétiens, il peut arriver qu’ils aient ce genre de relation avec Jésus, avec Dieu (Jean 15-15). Mais il faudrait aussi admettre qu’il arrive des situations où l’on ne peut pas tout dire à nos amis, il peut arriver qu’on ait une parole de vérité qui va carrément leur faire mal mais que Dieu nous dit de leur dire pour leur propre bien mais on y arrive pas car on a peur de perdre leur amitié. Des confidences qu’on aimerait faire mais on y arrive pas c’est trop dure, alors on fait fi de ces évènements là. Par ailleurs, l’amitié est un degré d’intimité assez appréciable, mais pour autant, les amis ne font pas encore uns. Or Jésus pouvait dire : Jean 15-7 (LSG) : Si vous demeurez en moi et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé. Ce degré de fusion, nous dans le Seigneur et Lui en nous, n’est pas possible en n’étant que Ses amis. Par conséquent, nous n’avons pas la garantie que tout ce que nous demandons, tout ce que nous voulons, nous sera accordé.

 

  • Les épouses :  La relation la plus intime et la plus profonde, où l’Amour règne, les confidences dans leur excellence, le respect mutuel total et sincère, etc. C’est beau d’être marié à Jésus même si ce n’est pas là la garantie d’une vie sans défis et sans tribulations, on aime  tout de même tellement la présence de Notre époux et nous y puisons la force pour tout affronter et triompher de tout. Tel est le secret des chrétiens qui prospèrent dans la Foi. IIs ont tout simplement compris qu’ils devraient prier non comme des enfants à leur papa, non comme d’ami à ami mais de conjoint à conjoint. Ce n’est qu’en étant les épouses de Dieu que vous lui êtes convenablement et complètement consacrés. C’est en fait ce que Jésus recherche.

Même si nous sommes censés passer par toutes ces situations relationnelles dans notre processus de croissance spirituelle, nous ne devons pas perdre de vue que nous sommes tous destinés à être des épouses de Jésus. Il faudrait que l’on s’en rende véritablement compte. Nous sommes Sa Kehila, et Il nous chérit comme Il est écrit « Celui qui a l’épouse c’est époux ; mais l’ami de l’époux, qui assiste et l’entend, est tout réjoui à cause de la voix de l’époux ; cette joie donc , qui est la mienne, est accomplie » Jean 3 : 29 . Ainsi rendons à Dieu ce qui est à Dieu et à César ce qui est à César. Nous sommes les propriétés de Jésus, apprenons à être comme tel dans la sérénité et nous verrons que nos demandes nous seront alors accordées. Changeons de stade, passons à l’étape suivante, exerçons notre véritable statut et stoppons les jalousies et rancœurs inutiles, bénissons Dieu, honorons Le comme Ses épouses. Je finirais en disant « A peine les avais-je passés, que j’ai trouvé celui que mon cœur aime ; Je l’ai saisi, et je ne l’ai point lâché jusqu’à ce que j’ai l’aie amené dans la maison de ma mère, dans la chambre de celle qui m’a conçue » Cantiques des cantiques 3 : 4

Cherchons la face de l’Eternel comme il se doit, cherchons-Le comme notre bien aimé et lorsque nous L’aurons trouvé, entretenons cette relation, ne la lâchons plus. C’est bien d’être Son enfant, c’est beau d’être Son ami, mais c’est tellement mieux d’être Son/Sa conjoint(e). Dieu vous bénisse !

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close