Search

Reconnaître et vaincre le statu quo spirituel

PARTAGER L'ARTICLE SUR

Hébreux 5.12 (Darby) : « Car lorsque vous devriez être des docteurs, vu le temps, vous avez de nouveau besoin qu’on vous enseigne quels sont les premiers rudiments des oracles de Dieu, et vous êtes devenus tels, que vous avez besoin de lait et non de nourriture solide »

Le statu quo peut se définir comme un état actuel des choses où il n’y a pas de progression : c’est la stagnation voire la régression spirituelle. On fait du surplace au lieu d’avancer.

Une personne qui est dans un statu quo spirituel est une personne qui a donné sa vie au Seigneur, qui a peut être bien avancé au départ et qui, à un moment donné, a fini par se lasser. Comme le verset cité ci-dessus le présente bien. On attend de cette personne qu’elle soit déjà à l’étape d’un docteur, mais on se rend compte qu’elle ne produit pas de fruits, ou encore les fruits qu’elle produit ne sont pas encore de bonne qualité. 

Certainement, la plupart d’entre nous, à une certaine période de nos vies, avons déjà vécu un pareil état de statu quo spirituel. C’est pourquoi nous allons voir ensemble, quelles en sont les causes ainsi que quelques clés à apprendre pour s’en sortir.

Les causes du statu quo spirituel

Galates 5.7 (Darby) : « Vous couriez bien, qui est-ce qui vous a arrêtés pour que vous n’obéissiez pas à la vérité ? »

Notre homme charnel et le monde nous proposent plusieurs raisons qui peuvent nous entraîner dans un état de statu quo. Nous pouvons citer parmi ces raisons :

  • La paresse et la procrastination

Proverbes 6.10-11 (Darby) : « Un peu de sommeil, un peu d’assoupissement, un peu croiser les mains pour dormir, et ta pauvreté viendra comme un voyageur, et ton dénuement comme un homme armé »

La paresse et la procrastination (qui est le fait de remettre à plus tard un travail qu’on aurait pu faire aujourd’hui) apportent la sécheresse spirituelle. Cette situation entraîne la stagnation pire, une régression spirituelle. Le service de Dieu que nous faisions avec beaucoup de joie et d’engouement devient alors soudainement pesant et lassant. Ce qui a pour conséquence de provoquer un désintérêt de notre part, aux choses de Dieu. Ne pas prendre un temps à part pour lire la Bible, dans le but de connaître davantage son Dieu et Sa volonté, relève de la négligence des choses de Dieu. Nous avons forcement déjà fait l’expérience de cette situation, plus d’une fois même, quand après avoir procrastiné pour nous adonner à la lecture de la Parole de Dieu ou à la vie de prière, nous avons fini par nous sentir vides et vulnérables, face aux attaques de l’ennemi. Simplement parce qu’il est vraiment difficile de veiller, quand nous négligeons d’entretenir notre vie spirituelle.

  • L’amour du monde

1 Jean 2.16 (Darby) : « Parce que tout ce qui est dans le monde, la convoitise de la chair, et la convoitise des yeux, et l’orgueil de la vie, n’est pas du Père, mais est du monde »

Dieu et le monde sont opposés. Nul ne peut prétendre aimer Dieu et aimer le monde en même temps. Le monde nous propose des joies contraires à celles de Dieu. Celles-ci nous entraînent, la plupart du temps, à succomber au péché, car leur but est de nous éloigner de notre Dieu. C’est un piège pour les enfants de Dieu. Parce que séparés de Lui, nous ne pouvons rien faire Jean 15.5 (Darby). Si l’on veut servir deux maîtres, l’on privilégiera toujours les intérêts de l’un au détriment de l’autre (Cf. Luc.13).

L’amour du monde nous éloigne de Dieu et des choses qui Le concerne ; ce qui entraîne une stagnation voire une régression spirituelle. D’où la recommandation de notre Seigneur Jésus de ne pas aimer le monde, ni les choses qui sont dans le monde (1 Jean 2.15).

  • L’insoumission

Jacques 1.22 (Darby) : « Mettez la Parole en pratique, et ne l’écoutez pas seulement, vous séduisant vous-mêmes »

L’Église de nos jours est remplie de personnes pleines de connaissances théoriques, mais malheureusement, on ne compte que sur les doigts d’une main, celles qui les mettent en pratique. Le Seigneur Jésus en Jean 14.21 (Darby) nous dit : « Celui qui a Mes commandements et qui les garde, c’est celui-là qui M’aime ». On ne peut pas penser progresser dans notre marche, si nous ne mettons pas la Parole que nous avons écoutée, en pratique. La Parole de Dieu ne devrait pas être comme une agréable mélodie à nos oreilles, que l’on écoute avec beaucoup d’intérêt, mais qui après, est vite oubliée. Agir ainsi aura pour conséquence le statu quo spirituel.

De ce qui précède, comment pouvons-nous donc sortir du statu quo spirituel ?

Les clés pour sortir du statu quo spirituel

Colossiens 1.9-10 (Darby) : « C’est pourquoi nous aussi, depuis le jour où nous en avons ouï parler, nous ne cessons pas de prier et de demander pour vous que vous soyez remplis de la connaissance de sa volonté en toute sagesse et intelligence spirituelle, pour marcher d’une manière digne du Seigneur pour Lui plaire à tous égards, portant du fruit en toute bonne œuvre, et croissant par la connaissance de Dieu. »

La volonté de notre Dieu, c’est que nous progressions dans notre marche avec Lui. Il veut nous emmener à un niveau d’Homme fait, capable de comprendre Sa volonté en tout temps et en toutes circonstances. Pour y arriver, nous avons besoin de prendre ces quelques éléments en considération :

  • La Lecture de la Parole de Dieu et la prière

Josué 1.8 (Darby) : « Que ce livre de la loi ne s’éloigne pas de ta bouche, et médite-le jour et nuit, afin que tu prennes garde à faire selon tout ce qui y est écrit ; car alors tu feras réussir tes voies, et tu prospéreras ».

Une vie quotidienne et assidue de lecture de la Parole et de prières, est un fondement solide pour tout enfant de Dieu qui veut grandir, prospérer et porter des fruits mûrs pour son Seigneur. Pour y parvenir, il faut mener une vie de sanctification et de discipline. Mettre un temps à part pour chercher Dieu au travers de la Parole et de la prière, afin de Le connaître plus intimement et pouvoir jouir de Sa présence. C’est donc en étant dans Sa présence que tu pourras saisir sans ambiguïté le ministère qu’Il a mis à part pour toi, et dans lequel tu prospéreras, t’épanouiras et porteras du fruit pour Sa gloire.

  • La vision

Proverbes 29.18 (Darby) : « Quand il n’y a point de vision, le peuple est sans frein »

L’absence de vision entraîne la stagnation dans la vie d’un enfant de Dieu. Et celui qui mène sa vie sans vision, est une personne qui ne prend pas le temps de se poser afin d’écouter le Saint-Esprit en lui. Pour pourvoir discerner la voix de l’Esprit des autres voix (voix de la chair, de notre âme et du malin), il faut absolument connaître la volonté de Dieu. Pour cela, il faut se nourrir de Sa Parole, parce qu’il n’y a qu’Elle qui soit vraie et sûre. De plus, L’Esprit de Dieu ne peut pas nous communiquer une mission qui ne s’accorde pas avec le fond et la forme de la volonté de Dieu, inscrite dans Sa Parole.

  •  L’évangélisation, l’exhortation et la prédication.

Matthieu 28. 19 (Darby) : « Allez donc, et faites disciples toutes les nations »

Pourvoir annoncer la Bonne Nouvelle autour de nous et ailleurs, nous préserve de « l’obésité spirituelle ». Parler de Jésus, de Son amour et Son sacrifice à la Croix, aux âmes perdues qui recherchent en vain une consolation dans le monde, nous permet de contribuer à l’avancement du Royaume de Dieu. Prendre le temps d’exhorter et d’enseigner un nouveau converti, c’est l’aider à croître dans la science de Dieu, et à développer ainsi une relation personnelle avec Lui. Rappeler les promesses de Dieu à une âme découragée, c’est l’aider à continuer de faire confiance à Dieu. Ainsi notre marche avec Dieu sera constante et non stagnante. Nous porterons ainsi beaucoup de fruits pour Sa gloire.

Parvenus donc au terme de notre partage, j’aimerais t’encourager à chercher Dieu de tout ton cœur, de toutes tes forces et de toute ta pensée, afin de toujours porter des fruits en chaque saison, et de vivre une vie épanouie en Christ. Je te laisse avec ce verset à méditer : « Ceux qui s’attendent à l’Éternel renouvelleront leur force ; ils s’élèveront avec des ailes, comme des aigles ; ils courront et ne se fatigueront pas, ils marcheront et ne se lasseront pas. » Ésaïe 40. 31 (Darby).


PARTAGER L'ARTICLE SUR

1 comment

  1. Merveilleux article qui tombe à pic comme d’habitude ! Ah tout le bien que vous faite aux âmes du Seigneur… Que Dieu vous bénisse !

Write a response

Laisser un commentaire

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close