Search

SOS, j’ai du mal à épargner.

PARTAGER L'ARTICLE SUR

Proverbes 30 : 25 (LSG) « Les fourmis, peuple sans force, préparent en été leur nourriture »

Mon ami(e), si c’est tout ce que tu gagnes que tu dois dépenser, c’est compliqué ! L’épargne est par définition, la partie du revenu qui n’est pas consommée. Consacrer tout son revenu à la consommation ne serait donc pas du tout sage. Imagine si au cours des 3 (trois) dernières années, tu avais épargné 1 euro par jour, tu aurais pu avoir aujourd’hui comme épargne 1095 euros ! C’est juste une question d’engagement et de responsabilité. Ne mange pas aujourd’hui tes fruits de demain. Je partage donc avec toi des idées qui te permettront assurément de franchir le pas.

1. Décide-toi véritablement

Job 22 : 28 (Semeur) « Aux décisions que tu prendras répondra le succès, et sur tous tes chemins, brillera la lumière »

Nous avons été créés pour donner gloire à Dieu. Tous les domaines de ta vie doivent donc répondre à cet appel, y compris tes finances. Pour ce faire, tu dois changer de niveau d’engagement et de motivation, en prenant de bonnes résolutions et en t’appuyant sur la grâce de Dieu. Tu diras peut-être que tu as la volonté, oui je suis d’accord ! Mais ta volonté seule ne suffira pas. Tu dois passer de la volonté à l’intentionnalité afin que le Saint-Esprit t’aide, car le Saint-Esprit n’entre en jeu que lorsque nous nous montrons suffisamment déterminés nous-mêmes (la soif).

Malgré ce que tu gagnes, tu n’arrives pas à mettre en réserve de l’argent ; tu souhaites économiser à la fin de chaque mois mais tu n’y arrives toujours pas. Tu travailles depuis des années mais tu n’as aucune épargne ; ce n’est pas normal ! Mon frère, ma sœur, laisse-moi te dire qu’il te manque un engagement véritable pour cela. La preuve, tu arrives à faire les dépenses (nouvelles chaussures, nouveaux téléphones, nouveaux habits…), mais ce n’est que quand il s’agit d’épargner que tu fais du surplace ! Mon ami(e) tu dois changer de niveau d’engagement. Qui va loin ménage sa monture dit-on, alors prends une résolution ferme aujourd’hui de ne pas dépenser toute somme d’argent qui passera entre tes mains mais d’épargner ne serait-ce qu’une portion de cette somme. N’oublie pas qu’Un vaut mieux que Zéro.

2. Planifie tes finances

Luc 14 : 28 (LSG) « Car, lequel de vous, s’il veut bâtir une tour, ne s’assied d’abord pour calculer la dépense et voir s’il a de quoi la terminer. »

Tu ne peux vivre au jour le jour sans planifier ta vie. Il faut que tu saches que ta vie est le plus grand des projets à réaliser. La planification est non-négociable pour tout succès. Tu ne peux prétendre mettre de l’ordre dans tes finances sans les planifier au préalable. Pour ce faire, il te faut établir un budget et fonctionner en conséquence. L’établissement de ce budget t’aidera à allouer à chaque rubrique (poste du budget) un pourcentage de ton revenu. Il te permettra ainsi de savoir quoi faire avant d’avoir de quoi faire. Si tu n’as pas de plan pour canaliser et diriger ton argent vers un objectif, il va t’échapper et tu ne pourras plus le contrôler…

De façon pratique, ton budget doit être établi selon les standards du Royaume. Voici en exemple quelques points que doit comporter ton budget :

  • Dîme
  • Épargne
  • Loyer
  • Nourriture
  • Éducation des enfants
  • Électricité, eau et gaz
  • Transport
  • Santé…

Pour rendre efficace ta planification budgétaire, tu dois crucifier ta chair par le principe de 30/70. Ce principe consiste à donner 10% de ton revenu en Dîme à Dieu ton Père, à placer les 20% dans ton épargne et à dépenser les 70% restants pour payer le propriétaire si tu es locataire, les banques, l’État, les créanciers, les magasins, les dons… Bien-aimé(e), comme tu l’as constaté, ton épargne doit représenter 20% de ton revenu ; c’est un principe financier biblique que Genèse 41 :34 (LSG) nous révèle : « Que Pharaon établisse des commissaires sur le pays, pour lever un cinquième des récoltes de l’Égypte pendant les sept années d’abondance ».

Dans Luc 14 : 29 (LSG) « De peur qu’après avoir posé les fondements, il ne puisse l’achever, et que tous ceux qui le verront ne se mettent à le railler », nous voyons que, parce que cet homme n’a pas planifié la réalisation de son projet, il a échoué et n’a pas pu l’achever. Ce qui a entraîné la moquerie des gens autour de lui. Oui, l’absence de planification entraîne l’échec et la moquerie. Si tu ne veux pas qu’on renvoie ton enfant de l’école pour faute de paiement de sa scolarité alors, change… Si tu ne veux pas commencer à gratter la tête et à courir de gauche à droite pour faire face à une ordonnance, alors change… Prive-toi des dépenses futiles et toxiques pour épargner. N’attends pas de commencer à gagner gros avant d’épargner car ce n’est pas une question de montant, mais plutôt celle de proportion.  

3. Agis maintenant car c’est le meilleur moment !

Proverbes 27 : 1 (LSG) « Ne te vante pas du lendemain, car tu ne sais pas ce qu’un jour peut enfanter »

Le meilleur moment pour agir et faire changer la donne, c’est maintenant ou jamais ! Bien-aimé(e), décide-toi avec un meilleur niveau d’engagement pour mettre en application ces conseils et commencer à épargner. Ne pas le faire et s’en remettre à la providence, en disant que de toutes les façons le Seigneur pourvoira en Son temps, ne serait pas sage de ta part. Dispose-toi à subir la douleur aujourd’hui pour bénéficier des fruits demain, toi et ta postérité. Pour ce faire, tu as besoin de discipline dans tes finances. Va voir ton banquier et souscris à un ordre de virement automatique sur un compte épargne ; impose-toi des limites, mets intentionnellement des garde-fous qui t’aideront à pouvoir épargner chaque mois… Ne remets surtout pas ces actions à demain de peur que demain ne soit trop tard pour toi mon ami(e). C’est maintenant ou jamais !

En somme, mon frère, ma sœur, il faut que tu saches que ton revenu est un cadeau, un présent, un don que Dieu met à ta disposition pour t’offrir un avenir. Chaque fois que tu trouves des excuses pour ne pas épargner, tu utilises ce revenu pour hypothéquer ton avenir et celui de ta postérité. Le (la) responsable, c’est toi seul(e). La fatalité n’a jamais été un bon plan d’optimisation financière. Au contraire, c’est l’engagement, l’organisation et la planification qui en sont meilleurs. Garde donc à l’esprit que le plus important n’est pas ce que tu brasses mais ce que tu conserves et ce qui est à toi, dans ce qui passe entre tes mains.


PARTAGER L'ARTICLE SUR
Write a response

Laisser un commentaire

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close