Search

Comprendre et vaincre la timidité en 3 étapes.

PARTAGER L'ARTICLE SUR

La timidité peut être définie comme un manque d’assurance, de vivacité, d’hardiesse, dans les rapports avec les autres personnes. On peut aussi la définir comme étant un manque d’audace dans la réalisation d’une action. C’est un trait de caractère assimilé à une prison invisible, car il empêche de faire ce que l’on veut, sous le prétexte de la peur du regard, et celle du jugement des autres. Or, dans 2 Timothée 1 :7 (LSG) il est écrit : « Car ce n’est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d’amour et de sagesse. » Alors, comment la surmonter ?

La plupart du temps, la timidité naît d’un déficit de confiance, d’estime et d’affirmation de soi. Ce déficit conduit alors la personne à avoir une image biaisée d’elle-même. De ce fait, elle se dévalorise sans cesse, elle a peur de s’exprimer et a même peur des autres, car elle pense qu’ils vont la juger négativement ou encore, qu’elle leurs est inférieure.

Qu’est-ce que la personnalité ?

Le squelette de la personnalité d’un individu est un savant mélange de confiance en soi, d’affirmation de soi et d’estime de soi, qui constitue en fait, des lentilles qui lui permettent d’avoir une juste image de lui-même.

Rappelons ici que la confiance en soi est la conscience qu’une personne a d’elle-même, de ses talents et de sa capacité à vivre, à penser, à faire des choix, à apprendre, à s’adapter à son environnement, à réaliser des projets et à se sociabiliser entre autres.

L’estime de soi est l’acceptation de la personne d’elle-même, dans son intégralité. Cela implique la connaissance de qui on est, de ses faiblesses et de ses forces, de ses qualités et de ses défauts. Si on dépossède la personne de tout ce qu’elle a (travail, maison, diplôme), qu’est-ce qu’il lui restera ?

L’affirmation de soi, avec pour partenaire l’assurance de ce qu’on est et de ce qu’on veut dans la vie, nous permet de nous imposer lorsqu’il le faut, de nous défendre, de savoir revendiquer nos droits, d’exprimer nos besoins et envies, et les satisfaire ; de faire des choix judicieux, sans influence extérieure, alignés à nos valeurs et à nos opinions.

Lorsque l’estime de soi, l’image de soi et l’affirmation, ne sont pas au beau fixe, on aura alors une image déformée de soi. Cela peut provenir soit d’une parole dévalorisante que l’on a eu à entendre, et qui nous faisait croire que nous ne sommes rien, ou que nous ne sommes pas assez ceci ou trop cela ; cela peut aussi provenir des expériences traumatisantes, des abus physiques, psychologiques, sexuels ou des échecs et des déceptions répétitives… Cela peut enfin provenir du rejet, de l’abandon, de l’humiliation, de la trahison, de l’injustice. Ce sont autant de blessures qui auront occasionnées des failles dans l’âme de l’individu, sapant ainsi la construction de sa personnalité, dont l’une des manifestations sera la timidité.

Toujours est-il que la personne timide ne sait pas qui elle est, et nie même son identité en Christ. Il est donc important de retourner à Dieu afin que Lui-même redresse ce qui est tordu en nous.

1. Construire et fortifier l’estime de soi en recevant l’amour de Dieu.

La personne timide ne croit pas en elle car elle ne s’aime pas suffisamment. Le premier pas c’est l’Amour, Dieu est Amour. La personne timide doit donc recevoir l’amour de Dieu, pas de façon intellectuelle mais dans le cœur.

Romains 5 : 5 (LSG) « Or, l’espérance ne trompe point, parce que l’amour de Dieu est répandu dans nos cœurs par le Saint-Esprit qui nous a été donné. ».

C’est cet amour que la personne recevra de Dieu qui lui permettra de s’aimer elle-même et de s’accepter telle qu’elle est, d’accepter aussi ses imperfections et ses erreurs. C’est cet amour propre qui lui permettra ensuite de supporter les critiques et les jugements des autres, sans plus les appréhender comme étant la fin du monde. Elle saura alors qu’elle a autant de valeur que les autres.

Le second pas pour la personne timide, c’est de demander à Dieu la guérison pour les blessures qui l’ont amenée à rentrer dans sa coquille. Et cela commence par la prière.

 Psaumes 147 : 3 (LSG) « Il guérit ceux qui ont le cœur brisé, et Il panse leurs blessures. »

Cette démarche peut également être accompagnée d’un rapprochement auprès des conseillers spirituels et mentors, afin de s’ouvrir et d’exprimer son ressenti. Car c’est bien connu de tous, la personne timide ne s’exprime pas facilement. Cette démarche permettra à la personne de s’ouvrir et de déposer les fardeaux et les charges qu’elle porte encore dans son âme, auprès du Seigneur. (Matthieu 28 :11)

2. Établir la confiance en soi en confrontant la vérité de la Parole de Dieu aux mensonges de l’ennemi.

Les croyances limitantes sont généralement ce qui conduit la personne timide à adopter tel ou tel autre comportement. Ce sont des mensonges que l’ennemi introduit dans son esprit. Il faut donc confronter tous ces mensonges à la vérité de la Parole de Dieu, concernant qui nous sommes en Jésus. C’est à ce niveau que se construit l’identité du chrétien, non pas sur ce qu’il pense être ou sur ce que les autres pensent de lui, mais sur ce que Dieu dit qu’il est.

Par exemple : « Je ne suis pas faible, mais je suis vaillant(e) et fortifié(e) en et par Jésus. » 2 Corinthiens 12 :10 b (LSG) « car, quand je suis faible, c’est alors que je suis fort. »

« Je ne suis pas rien, mais je suis une personne de valeur en Jésus et par Jésus. » Esaïe 49 : 5b (LSG) « Car je suis honoré aux yeux de l’Éternel, et mon Dieu est ma force. »

« Je ne suis plus jugé(e) ou condamné(e) mais justifié(e) en Jésus, j’ai obtenu Sa miséricorde et Sa compassion » Michée 7 :18-19, Colossiens 2 :14

« Je ne suis pas fragile, mais je suis puissant(e) en Jésus et par Jésus » Éphésiens 3 :16 (LSG) « afin qu’Il vous donne, selon la richesse de Sa gloire, d’être puissamment fortifiés par son Esprit dans l’homme intérieur. »

« Je ne suis pas triste, mais je suis joyeux(se) en Jésus et par Jésus. » Job 8 : 21 (LSG) « Il remplira ta bouche de cris de joie, et tes lèvres de chants d’allégresse. » 

En faisant ces proclamations avec foi, en y croyant de tout notre cœur, on verra les merveilles de Dieu se manifester dans nos vies. Ce sont ces vérités qui nous permettront d’être forts, d’avoir une foi ferme et de dire comme l’Apôtre Paul dans Philippiens 4 :13 (LSG): « Je puis tout par celui qui me fortifie. » 

3. Affirmer qui on est dans le respect des autres en sociabilisant.

L’affirmation de soi, c’est l’aptitude que l’on a à s’affirmer, à prendre position et à s’exprimer sans nuire à autrui. C’est la difficulté première de la personne timide. Or il est écrit dans Esaïe 41 : 10 (LSG) « Ne crains rien, car Je suis avec toi ; ne promène pas des regards inquiets, car Je suis ton Dieu ; Je te fortifie, Je viens à ton secours, Je te soutiens de Ma droite triomphante. » La personne timide a peur de le faire car elle craint la réaction des autres. Elle ne doit plus avoir peur de la confrontation, mais doit pouvoir dire ce qu’elle pense sans agresser les autres. Pour cela, elle doit connaître ses besoins et ses envies, connaître ce qu’elle veut, ce qu’elle est capable de supporter et mettre des limites.

Sinon elle sera capable, par exemple, de faire le travail de tous ses collègues au bureau, sous prétexte qu’ils lui ont demandé un coup de main. Bien souvent, elle a peur de poser ses limites, alors elle se retire de tout. Elle doit dans ce cas pouvoir poser ses limites sans avoir peur de la réaction des uns et des autres, sachant qu’elle est dans son droit. Elle doit donc sociabiliser, accepter les défauts des autres, poser des limites, exprimer ses besoins et ses envies, mais dans le respect d’autrui. C’est dans ces échanges que l’on apprend et qu’on grandit.

Lorsqu’elle se retrouve en groupe, elle doit pouvoir dire ce qu’elle pense même si elle est la seule à penser de cette façon. Elle ne doit pas avoir peur de se tromper dans son appréciation d’une situation. Si elle change d’avis, ce ne doit pas être parce qu’elle considère que la personne qui a émis l’avis a forcément raison, mais parce qu’elle est convaincue de cela en son for intérieur. Et lorsqu’elle parle à quelqu’un, elle doit pouvoir regarder la personne dans les yeux et ne plus fuir la compagnie des autres.

Elle doit se sentir libre de faire des choses en public, de se servir des critiques qu’elle reçoit (car elle en recevra certainement) pour s’améliorer et se dire: « Je ferai mieux la prochaine fois ».


PARTAGER L'ARTICLE SUR

2 comments

  1. Merci pour C’est paroles,
    Au par avant j’étais un petit peut timide
    Mais après cette lecture, je chasse en cette peur qui ronge ma vie au nom puissant de Jésus-Christ.

Write a response

Laisser un commentaire

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close