Search

Faut-il une raison pour pardonner?

Il y a quelques années un ami m’a appris une leçon que jamais je n’oublierai. Un jour, il me donna un crayon à papier et une gomme. Il me demanda d’écrire mon nom sur une feuille blanche puis de l’effacer, de le réécrire sur la même feuille et de l’effacer à nouveau. Il me demanda de reproduire cette action autant de fois que je le pouvais. Je ne comprenais pas ce qu’il essayait de faire. Alors, au bout de la troisième ou quatrième reprise j’abdiquai et demandai une explication. Il me fit remarquer que je n’étais pas capable d’effacer plus de quatre fois mon propre nom. Non pas parce que je manquais de force ou que je n’avais plus de gomme mais parce que je voulais des explications, une raison valable pour continuer. Il me dit que Dieu tenait la même gomme entre ses mains pourtant il ne se lassait pas d’effacer mes erreurs, mes fautes, mes offenses et mes trahisons chaque jour.
 
Il me fit remarquer que la plupart d’entre nous ne sommes pas capables de pardonner ou se lassent de le faire parce qu’au lieu de gommer simplement les offenses des autres nous attendons d’eux qu’ils s’expliquent. Nous exigeons des explications ou des excuses avant de leur pardonner. D’autres essaient de comprendre l’attitude de l’offenseur pour y trouver la force de pardonner. Pour y trouver une raison valable au pardon à accorder.
 
Il est évident que pour bâtir des relations saines, fortes et durables nous devons apprendre à comprendre les autres afin de ne pas les juger trop vite. Car, notre aptitude à les aider dépend de notre capacité à les comprendre.
 

Mais, un pardon à l’image de notre Seigneur exigerait-il quoi que soit en échange ? exigerait-il des explications avant de s’offrir ? exigerait-il d’être mérité ?

 
En Matthieu 18:21-22 nous lisons ceci : « Alors Pierre s’approcha de lui (Jésus), et dit : Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère, lorsqu’il péchera contre moi ? Sera-ce jusqu’à sept fois ? Jésus lui dit : Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à septante fois sept fois».
 
Le mot septante fois est la traduction du terme grec ‘‘hebdomekontakis’’ qui signifie soixante-dix fois. Selon le dictionnaire biblique des mots strong ce terme grec signifie également nombre incalculable. Autrement dit, le Seigneur n’a fixé aucune limite au nombre de fois que nous devons pardonner. Il n’a pas dit que ce nombre devrait dépendre de telles ou telles raisons. Peu importe si l’offense se répète, si l’offenseur l’a fait exprès, s’il s’est excusé ou pas, s’il le mérite ou non le Seigneur ne fixe aucune limite à notre pardon. Sinon, notre pardon serait conditionnel au lieu d’être inconditionnel comme celui que le Christ exige de nous.
 
Joyce Meyer a dit un jour que «refuser de pardonner reviens à boire du poison et s’asseoir pour attendre patiemment que son ennemi meurt». En d’autres termes, le refus de pardonner nous détruit plus qu’il n’affecte celui à qui on garde rancune. Le Seigneur nous demande de pardonner pour notre propre bien.

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close