Search

Pourquoi prier pour les autres ?

PARTAGER L'ARTICLE SUR

​« Notre Père qui est aux cieux que Ton nom soit sanctifié ». Ainsi commençait la prière enseignée par le Seigneur Lui-même. As-tu remarqué que Jésus ne priait pas que pour lui ? Il dira : « Donne-nous aujourd’hui notre pain… » ; « Pardonne nous comme nous pardonnons… » ; « Délivre-nous… ». Voilà le modèle que Jésus a institué. 

Parlant de Son Père, Jésus disait généralement dans Ses conversations « Mon Père » parfois même « votre père ». Mais quand il s’est agi de la prière modèle, Il s’est inclus, avec Ses disciples, dans la famille qui a Dieu pour Père. Pourquoi donc prier pour les autres ? Les raisons sont nombreuses. Nous en considérerons trois.

Nous sommes un corps, celui de Christ.

J’aime beaucoup l’image du corps. Elle est la meilleure pour décrire nos liens en tant qu’enfants de Dieu. Imagine que le cœur décidait de ne pomper du sang que pour lui-même en disant aux autres organes de se débrouiller. Ou que le cerveau ne fonctionnait que pour lui-même. C’est carrément une ineptie, n’est-ce pas ? Le corps tout entier mourrait et chacun de ces organes indépendantistes avec lui. 

C’est ainsi que nous devons nous voir, bien-aimé. Nous ne sommes pas juste des personnes qui adorent un même Dieu. Nous devons nous voir comme dépendants les uns des autres, Christ à notre tête. 

Comment donc était-Il ? Les miracles de Jésus étaient précédés d’un élan de compassion. Jésus avait un véritable fardeau qui fut l’amour pour les Hommes. Comment aurait-Il pu se faire péché à notre place s’Il n’avait pas le fardeau de nos âmes ?

En matière de fardeau voici ce que nous dit le Saint Esprit :

Galates 6:2 (BDS) «  Aidez-vous les uns les autres à porter vos fardeaux. Supportez les fautes et les faiblesses des autres. De cette manière, vous accomplirez la loi du Christ. (N’a-t-Il pas Lui-même porté nos fautes et faiblesses à la croix ?) »

Portons donc les fardeaux les uns des autres par la prière. Au lieu de pointer du doigt les faiblesses de ton frère, prie pour lui. 

Ce type de prière est chargé de puissance 

Jacques 5:16 (SG21) : « …priez les uns pour les autres afin d’être guéris. La prière du juste agit avec une grande force »

En voici la preuve : Actes 12 : 4-7 (LSG) « Après l’avoir saisi et jeté en prison, il le mit sous la garde de quatre escouades de quatre soldats chacune, avec l’intention de le faire comparaître devant le peuple après la Pâque. Pierre donc était gardé dans la prison ; et l’Église ne cessait d’adresser pour lui des prières à Dieu. La nuit qui précéda le jour où Hérode allait le faire comparaître, Pierre, lié de deux chaînes, dormait entre deux soldats ; et des sentinelles devant la porte gardaient la prison. Et voici, un ange du Seigneur survint, et une lumière brilla dans la prison. L’ange réveilla Pierre, en le frappant au côté, et en disant : Lève-toi promptement ! Les chaînes tombèrent de ses mains. »

La suite du récit nous montre que Pierre lui-même croyait à une vision tant sa libération était spectaculaire. Ils franchirent les gardes… tous ! Puis la porte de la ville s’ouvrit d’elle-même. Quand Pierre sortit, il rejoignit ces frères qui priaient pour lui. La prière du juste ! Bien-aimé, le Seigneur a mis une arme redoutable en faveur de ton frère entre tes mains.

C’est ce que cherche le Seigneur

Le prophète Ezéchiel décrit une situation bien actuelle :

Ezéchiel 22 : 29-30 (LSG) : Le peuple du pays se livre à la violence, commet des rapines, opprime le malheureux et l’indigent, foule l’étranger contre toute justice. Je cherche parmi eux un homme qui élève un mur, qui se tienne à la brèche devant moi en faveur du pays, afin que je ne le détruise pas ; mais je n’en trouve point

La brèche est une forme d’ouverture ou de fente. Dans une muraille, c’était la faille par laquelle s’introduisait l’ennemi. Dans la situation de décadence généralisée dans laquelle se trouve ce monde, ton privilège d’enfant de Dieu s’accompagne d’une responsabilité : se tenir à la brèche. Intercéder pour le salut et la préservation des âmes. Le Seigneur te cherche, intercesseur. Vas-tu Lui répondre ?

Jésus, notre maître a répondu. Luc 22:31-32 (SG21) dit : Simon, Simon, Satan vous a réclamés pour vous passer au crible comme le blé. Mais moi, j’ai prié pour toi, afin que ta foi ne disparaisse pas ; et toi, quand tu seras revenu à moi, affermis tes frères.

Soyons des imitateurs de Christ. Dans tes moments d’intimité avec Dieu, prends la décision de ne plus te centrer que sur toi. Sais-tu qu’ainsi tu tires un boulet de canon dans le camp de l’ennemi ? Alors prie, Prie :

  • Pour les autorités : « …pour les rois et pour tous ceux qui sont élevés en dignité, afin que nous menions une vie paisible et tranquille, en toute piété et honnêteté » 1 Timothée 2 :2 (LSG)
  • Pour tes pères dans la foi. Afin qu’ils soient fortifiés dans leur foi mais aussi dans leur âme et leur corps. Le grand apôtre Paul demandait souvent que les frères prient pour lui. (Ephésiens 6 :18,19)
  • Prie pour les nouveaux convertis. Prie pour la destinée de tes enfants (physiques comme dans la foi) afin qu’ils soient affermis en Christ.
  • Prie pour les frères et sœurs qui traversent les mêmes défis que toi. Le Seigneur a souvent apporté le salut par unité familiale.

Quand tu élèves la voix en remplaçant le « donne-moi » par le « donne-nous », tu es un véritable imitateur de Christ, une source d’eaux vives, un canal de bénédiction et Dieu ne manquera pas de te récompenser.


PARTAGER L'ARTICLE SUR
Write a response

Laisser un commentaire

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close