Search

Chanter, est-ce prier deux fois ?

Il existe des phrases ou des expressions si communes et si célèbres au milieu des croyants depuis tellement longtemps que beaucoup d’entre nous ont été, à tort, amené à croire qu’il s’agissait de passages bibliques. Ces expressions, souvent très élégantes, reprennent à leur façon certains principes bibliques et certaines valeurs chrétiennes au point qu’elles sonnent comme des paroles d’évangile, comme des déclarations divines ou des affirmations du Christ Lui-même. L’une des plus connues de ces expressions est celle qui dit : « aide-toi le ciel t’aidera ». En réalité cette locution n’existe nulle part dans la Bible. Mais, elle semble si pieuse qu’elle apparaît comme telle.

Pour notre étude, nous nous limiterons à l’affirmation, bien connue, selon laquelle : « chanter c’est prier deux fois ». Quelle est l’origine de cette expression ? Qui en est l’auteur et que signifie-t-elle réellement ?

1- Origine et signification

A l’ère du numérique et des nouvelles technologies il est très facile de vérifier si une expression est biblique ou non. Il suffit d’effectuer la demande dans un moteur de recherche pour Bible numérique et le tour est joué. Pour le cas qui nous concerne, et vous pouvez le vérifier vous-même l’affirmation « Louer c’est prier deux fois » n’est pas biblique du tout.

Cette expression est devenue célèbre sans doute parce que son auteur l’était. Il s’agit de Saint-Augustin, philosophe, auteur et brillant penseur chrétien du 5ème siècle après J.C, connu pour être un fervent défenseur de l’église et de la foi chrétienne. D’ailleurs l’expression d’origine dit plutôt : « Qui bien chante, deux fois prie ». Par cette déclaration Saint-Augustin voulait inciter les croyants à ne pas délaisser leurs cantiques et leurs chants chrétiens mais à les mêler à leur moment de prière personnelle ou communautaire.

2- Expression mal comprise

Il est plus qu’étonnant de se rendre compte que le sens d’origine de cette expression de Saint-Augustin a été écorché. Utilisée par son auteur pour suggérer le chant comme appui à la dévotion de la prière, l’expression est malheureusement devenue la meilleure excuse de ceux qui savent chanter, pour ne pas prier.

Elle est aujourd’hui comprise non pas comme une suggestion du chant comme appui à la prière mais plutôt comme un palliatif, une substitution, un remplacement à la prière. Or, rien ne peut se substituer à la prière. Comme j’aime à le dire, si la Parole de Dieu est la nourriture du croyant, la prière est sa respiration.

Si Jésus a prié toute Sa vie durant, qui est le croyant ou le chantre pour ne pas prier? En effet, il est écrit : « C’est lui qui, dans les jours de sa chair, ayant présenté avec de grands cris et avec larmes des prières et des supplications à celui qui pouvait le sauver de la mort, et ayant été exaucé à cause de sa piété, a appris, bien qu’il fût Fils, l’obéissance par les choses qu’il a souffertes » (Hébreux 5:7-8). Jésus en dépit de Son statut a prié.

Alors, le fait de savoir chanter t’a conféré quel statut plus grand que celui du Christ pour que tu ne pries pas ? Jésus Lui-même chantait mais cela ne l’empêchait pas d’avoir une vie de prière redoutable. La nuit de Son arrestation, la Bible précise que le Seigneur et Ses disciples ont chanté les cantiques avant de se rendre au mont des Oliviers où il fut plus tard arrêté. Matthieu 26:30 : « Après avoir chanté les cantiques, ils se rendirent à la montagne des oliviers ». Là-bas sur la montagne, Jésus n’a pas manqué de prier au motif qu’Il venait juste de passer de forts moments d’adoration en compagnie des disciples. Au contraire, Il pria comme jamais au cours de Sa vie, au point que Sa sueur devint comme du sang (Luc 22:44).

Le chant peut aider ceux qui ne savent pas prier à le faire car il a l’avantage d’avoir des phrases déjà bien conçues. L’air d’un chant peut être aussi un facilitateur à la concentration pour la prière. Mais le chant ne doit pas devenir un substitut à la prière. Car, parfois nous avons besoin d’un cœur à cœur avec Dieu sans artifice ; nous pourrions avoir besoin de nous entretenir avec le Seigneur avec nos mots, nos émotions propres et nos ressentis.

Le chant a la particularité de créer une atmosphère qui nous déconnecte de nous-même, de nos soucis, de notre train-train quotidien pour nous nous connecter à Dieu. Dans ces conditions, notre cœur est disposé et il devient alors très facile d’échanger avec le Père. Il ne faut jamais commettre l’erreur de croire qu’être chantre vous dispense du fait d’avoir une vie de prière. Pas plus qu’avoir chanté au cours d’un culte, au cours d’une répétition ou à un concert ne vous dispense de prier ce jour-là.

3- Le chantre et la prière

Si pour vous être chantre c’est juste aller chaque dimanche au culte jouer les chœurs et remplir une formalité pour qu’on ne vous accuse pas d’absentéisme dans la chorale, alors vous n’avez peut-être pas besoin d’une vie de prière. Vous avez juste besoin d’apprendre les chants de votre répertoire et vous pointer le dimanche pour les réciter à plein gosier.

Si être chantre pour vous c’est juste apprécier et chanter les compositions des autres à n’en plus finir, si c’est juste un travail artistique qui n’exige que le talent, alors vous n’avez peut-être pas besoin d’une vie de prière, votre talent suffira sans doute.

Mais, si être chantre est pour vous un office, un ministère qui a pour but de glorifier de Dieu, de créer sur la terre par le chant l’atmosphère glorieuse qui règne dans les cieux ; si pour vous être chantre c’est permettre à votre voix de transporter de façon tangible la glorieuse présence de notre Seigneur pour la guérison des nations ; si être chantre c’est pour vous un moyen de prêcher le glorieux évangile de Christ, d’annoncer Ses oracles, d’être un instrument prophétique et donner naissance à de chants nouveaux, alors vous aurez besoin de beaucoup plus qu’une assiduité dans la chorale. Vous aurez besoin de beaucoup plus que votre talent, vous aurez besoin d’une vie de prière et de communion profonde avec le Saint-Esprit.

Nous entendons très souvent dire que « La louange, l’adoration ou le chant sont les seules choses que nous ferons au ciel là où il n’y aura plus ni prophéties, ni prédications etc. ». Certains à force de répéter cela ont sans doute perçu que le chant valait beaucoup plus que la prière. Ainsi, pour eux, chanter reviendrait à faire beaucoup plus que prier. Alors ils se demandent pourquoi prier ? Autant, faire la seule chose qui est et sera admise au ciel pour l’éternité c’est-à-dire louer, adorer, chanter et célébrer.

Il est extrêmement surprenant de se rendre compte que les verbes prier et chanter conjugués à l’impératif apparaissent le même nombre de fois dans les Ecritures. L’ordre donné par la Bible en disant « Priez », apparait 30 fois dans les Ecritures. L’ordre donné par la Bible en disant « chantez » apparait aussi 30 fois dans les Saintes Ecritures. Comme si le Seigneur nous recommandait autant de prier que de chanter.

4- Différence entre prier et chanter

Le fait de chanter peut parfois se rapprocher de la prière. Car, certaines variantes du chant sont des prières exprimées à Dieu. Toutefois, l’idée première que la Bible rattache au terme chanter est la célébration. Dans les saintes écritures, chanter c’est célébrer les louanges du Seigneur, Ses hauts faits, Ses exploits, Ses accomplissements. C’est célébrer qui Il est, Sa dignité, Sa Seigneurie, Son règne ; c’est célébrer par la foi ce que nous attendons qu’Il fasse.

Or, la prière est l’autorisation que les hommes offrent à Dieu d’intervenir légalement et légitimement dans les affaires terrestres. La prière en amont sollicite l’action divine, le chant en aval célèbre Dieu et lui rend grâce pour Son intervention.

5- La communion et la vie de prière du chantre roi David

Soixante-treize (73) des cent cinquante (150) psaumes que nous connaissons sont attribués à David pour la simple raison que ceux-ci comportent tous l’expression psaume de David. Le Chantre et Roi David fut donc un auteur compositeur prolifique avec 73 compositions. Cependant, une étude approfondie de la vie du Chantre David met en lumière certains faits intéressants. En effet, du début de sa vie jusqu’à ses 17 ans, David a composé 20 psaumes. Cette période inclut le moment où il était berger, où il triompha de Goliath et accéda au palais royal comme gendre du roi Saül.

De 17 ans à 30 ans David composa 25 psaumes. Cette période est caractérisée par la fuite permanente de David devant Saül qui cherchait à le faire mourir.

Cette phase de la vie de David est aussi marquée par un repli dans le désert, une vie dans une caverne (1 Samuel 22:1) et un séjour en exil chez les philistins (1 Samuel 27:1).

Étrangement, lorsque David devint roi à 30 ans, de cet âge jusqu’à 65 ans David n’a composé que 4 psaumes. Tenez-vous bien, ces 4 psaumes ont été composés durant les deux premières années de son règne donc de 30 à 32 ans ; ainsi, de 32 à 65 ans il n’a rien composé en tant que roi.

Qu’est-ce que tout cela nous enseigne ? Nous apprenons simplement qu’en tant que berger, David avait probablement le temps libre pour entretenir une communion nourrie avec Dieu. Cela a donné naissance à ses 20 premiers psaumes. Ensuite, lorsqu’il était en fuite et pourchassé par Saül, David a sans doute durant cette période difficile cherché davantage la face et le secours de son Dieu puisqu’il vivait retiré dans le désert et au sein d’une caverne. Cette phase a donné naissance à 25 psaumes.

Notons donc que durant ces deux périodes combinées où David cherchait la face de son Dieu et où il n’était pas encore assis sur le trône comme roi, il a écrit au total 45 psaumes, c’est-à-dire plus de la moitié de ses compositions.

Or, durant la première phase de sa royauté (30 à 65 ans) il n’a écrit que 4 psaumes et uniquement pendant les deux premières années de son règne. Cela pourrait signifier que David, désormais aux commandes et au pouvoir, n’avait plus le temps pour Dieu, sans doute occupé à gérer les affaires courantes. C’est d’ailleurs durant cette période que David est sujet à quelques errements notamment la convoitise de la femme d’Urie et l’assassinat de ce dernier. Une période marquée par une froideur spirituelle où de 32 à 65 ans il ne composa aucun psaume.

Pourtant, à sa 65ème année d’âge, lorsque son fils Absalon se révolte contre lui, le poussant à s’enfuir hors de Jérusalem, David semble retrouver sa harpe, sa communion et sa plume. Peut-être que dans cette phase difficile, David s’est reconnecté à Dieu pour implorer son aide. La révolte a duré 4 jours durant lesquels le roi David a composé 14 psaumes.

De 32 à 65 ans il ne compose aucun psaume. En 4 jours, retiré de Jérusalem et des affaires courantes, cherchant la face et le secours de son Dieu, le flot revient et David compose 14 psaumes. Vous ne pouvez pas être un chantre productif si vous n’avez pas de communion nourrie avec Dieu, ni de vie de prière efficace et profonde.

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close