Search

Cinq pas dans la présentation de l’Evangile de Jésus-Christ

La présentation de l’évangile est l’affaire de tous les croyants. Mais il se trouve que nous ayons beaucoup de difficultés quand il s’agit de parler de la bonne nouvelle de Jésus-Christ. L’objectif étant de gagner beaucoup d’âmes à Christ, nous allons pouvoir nous y mettre dès à présent. Cependant, la question reste pour notre part pendante. Que faire dans la présentation de l’évangile de Jésus-Christ ? Nous annonçons donc cinq pas non exhaustifs à franchir dans la présentation de l’Evangile de Jésus-Christ.

Premier Pas : Faire savoir que nous sommes tous des pécheurs

Il est plus facile d’avoir l’écoute d’une personne en étant empathique. Souvent dans l’approche que nous faisons dans l’évangélisation, nous apparaissons être beaucoup plus un sauveur qu’être un homme à part entière. Pourtant, les nécessiteux du salut sont là à attendre quelqu’un qui saurait les comprendre. La clé est dans la parole de Dieu. Paul dit : « Il n’y a point de juste, pas même un seul » (Romains 3. 10 LSG). Il précise : « Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu » (Romains 3. 23 LSG). Cette réalité doit animer chaque personne désirant inviter la multitude à monter dans la barque de l’évangile. En effet, la nature adamique est ce que nous avons tous en commun à la base: « Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous séduisons et la vérité n’est point en nous » (1 Jean 1.8 LSG). Paul se questionne alors : « Quoi donc ! Sommes-nous plus excellents ? Nullement. Car nous avons déjà prouvé que tous, … sont sous l’empire du péché » (Romains 3. 9 LSG). Nous sommes donc tous des pécheurs mais aussi condamnés à mourir.

Deuxième Pas : Faire savoir que par nos péchés nous sommes condamnés à mourir

Notre Dieu est un Dieu de justice. Et Sa justice est encline à punir le pécheur pour sa forfaiture. La désobéissance de l’homme aux commandements de Dieu a amené le péché dans ce monde. Jean définit le mot péché en ces termes : « Et le péché est la transgression de la loi » (1 Jean 3. 4 LSG). Pour la sentence du péché, c’est Paul qui le dit : « Car le salaire du péché, c’est la mort » (Romains 6. 23 LSG). Nos péchés nous condamnent donc à mourir, tous autant que nous sommes. Qu’importent les relations que nous avons dans ce monde ci, la loi du péché nous apporte notre part de rémunération. La sentence a été prononcée dans le jardin lorsque l’homme s’est laissé emporter par le vent de la désobéissance. « C’est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort s’est étendu sur tous les hommes, parce que tous ont péchés » (Romains 5. 12 LSG). Nous sommes tous tributaires de la condamnation et nous ne pouvons rien faire par nous-mêmes pour y échapper.

Troisième Pas : Faire savoir que nous ne pouvons rien faire par nous-mêmes pour échapper à la condamnation

Certains ont bien sûr la conscience d’être des pécheurs et que le péché les amène à  la condamnation. Mais, ils continuent à croire injustement qu’il y a une façon méritoire d’arriver au Salut. Il y en a qui arrivent jusqu’à imiter le sacrifice du calvaire. Mais tout ça ne représente que du vent, parce que ne menant qu’à une échappatoire personnelle au salut. A cela la Bible répond : « Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie. » (Ephésiens 2. 9 LSG). Ah Bon ? Eh oui ! Nous ne pouvons rien faire qui puisse servir d’échappatoire pour arriver au salut. « Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu » (Ephésiens 2. 8). Le péché nous a rendus à la mort, dans cet état nous ne sommes capables de rien pour y remédier. Notre salut est attaché à la grâce de Dieu. Une grâce n’est jamais méritoire. La grâce pour notre salut est un don du Dieu d’amour. Nous comprenons mieux ces mots : « Car la grâce de Dieu source de salut pour tous les hommes a été manifestée » (Tite 2. 11 LSG). Nous ne pouvons rien y faire mais Dieu a pourvu le salut par la mort de Son Fils.

Quatrième Pas : Faire savoir que Dieu a pourvu à notre salut par la mort de Jésus

Jésus est la victime propitiatoire et expiatoire qui nous a ouvert l’accès au salut. « Car Dieu a tant aimé le monde qu’Il a donné Son Fils unique, afin que quiconque croit ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle » (Jean 3. 16 LSG). En effet, le salut est offert par Dieu à l’humanité et c’est Son Fils qu’Il a donné pour pourvoir au salut de l’humanité. Mais à quel prix ? La mort de Son propre Fils puisque « Sans effusion de sang il n’y a pas de pardon » (Hébreux 9. 22 LSG). C’était la seule façon de satisfaire la justice de Dieu et d’une pierre de coups, détruire la puissance de l’ennemi qui nous tenait en laisse, Satan. « Car lorsque nous étions encore sans force, Christ, au temps marqué est mort pour des impies. 8- Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. » (Romains 5. 6,8 LSG). Dieu a pourvu pour notre salut par la mort de Son Fils, Il nous importe maintenant de croire au sacrifice de la croix.

Cinquième Pas : Faire savoir que nous devons seulement croire au sacrifice de la croix pour être sauvé.

Il nous arrive souvent que des gens présentent comme seul obstacle à l’acceptation du salut, une chose à faire avant. Alors que l’acceptation du salut est la seule chose à faire. Le salut est une grâce efficace de Dieu. Ce qu’il est nécessaire d’éclaircir serait qu’une grâce ne saurait être méritoire. Et Paul nous édicte la façon d’arriver au salut : « Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé » (Romains 10. 9 LSG). Le sacrifice de la croix est bénéfique pour tous les croyants, c’est la base même de la foi chrétienne, « Dieu ne voulant qu’aucun périsse, mais que tous arrivent à la repentance » (2 Pierre 3. 9 LSG). Car la volonté de Dieu pour l’homme est son salut. La recommandation de Paul au geôlier : « Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé » (Actes 16. 31 LSG), est aussi valable pour nous aujourd’hui. Nous devons donc croire au sacrifice de la croix pour être sauvés.  

Il est plus que nécessaire que nous puissions apporter Christ dans notre entourage et ailleurs. L’essentiel est de commencer à se fier aux dires de Dieu pour s’approcher des nécessiteux du salut. Ce ne sera pas chose aisée de le faire; mais en ayant la joie de le faire et le faisant dans lignée de la volonté de Dieu donnera une assise plus qu’efficace à notre message.

Nous avons bien conscience que cinq pas peuvent amener à plus. Toutefois, un pas est à même de nous amener à cinq pas. Commence aujourd’hui et donne-nous-en des nouvelles.

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close