Search

J’attends patiemment que Dieu me révèle mon appel. N’attends plus, agis !

PARTAGER L'ARTICLE SUR

« Seigneur, révèle-moi mon appel ! »

Voici une prière réputée pour être très répandue chez les enfants de Dieu. Importante, pertinente, et plus encore capitale, c’est une prière qui, j’en suis persuadée, plaît au cœur de Dieu. Cependant, il peut arriver que nous ayons une idée un peu restreinte de la notion d’appel. C’est le cas lorsque nous nous imaginons que tant que nous n’avons pas reçu la glorieuse révélation de cette mystérieuse mission de vie, notre existence est mise sur pause et que dès lors, rien de très honorable ou d’intéressant ne peut en sortir.

En effet, lorsque la réponse à notre prière concernant notre appel avec un grand « A » tarde, il peut nous arriver de sombrer dans une sorte de découragement qui nous pousse à oublier la valeur de l’environnement dans lequel on évolue. En réalité, c’est au moment précis où nous devenons enfant de Dieu, que notre mission de vie commence.

Mission n°1: être un bon représentant du Royaume de Dieu dans chacune des sphères de notre environnement.

Bien que parvenir à la connaissance de notre appel soit une recherche que le Seigneur Lui-même nous pousse à entreprendre, il est important de ne pas minimiser l’impact que l’on peut avoir autour de nous (dans le milieu familial, professionnel,  spirituel, etc.) alors même que nous cherchons à savoir à quoi nous sommes appelés en particulier.  Car dans l’attente de cette révélation, lorsque l’on se décide tout simplement à refléter le Seigneur au travers de nos paroles, nos attitudes, nos choix etc. nous participons activement à faire avancer le Royaume de Dieu et nous devenons des candidats potentiels pour être transportés au cœur même de  notre appel spécifique.

En étudiant la Parole de Dieu, je me suis rendue compte que la reine Esther illustre parfaitement cette idée. En effet, avant même qu’elle ne devienne reine à la place de Vashti, et  sauve le peuple d’Israël de la mort, elle était déjà occupée à faire la différence au milieu d’un grand nombre de candidates au trône, à trouver grâce aux yeux de tous ceux qui croisaient sa route, en un mot, à être un modèle.

Le fait est qu’avant d’accéder au trône, Esther avait déjà l’apparence, l’allure, le comportement d’une reine; elle influençait déjà positivement son entourage et l’impactait de façon particulière. Et c’est l’une des choses qui l’a propulsée dans la mission spéciale pour laquelle Dieu l’avait choisie.

Esther 2 :8a (LSG) « Lorsqu’on eut publié l’ordre du roi et son édit, et qu’un grand nombre de jeunes filles furent rassemblées à Suse, la capitale, sous la surveillance d’Hégaï, Esther fut aussi prise et conduite dans la maison du roi, sous la surveillance d’Hégaï, gardien des femmes. La jeune fille lui plut, et trouva grâce devant lui; »

Esther 2 :15b (LSG) « Esther trouvait grâce aux yeux de tous ceux qui la voyaient. »

Esther 2 :17a  (LSG) «  Le roi aima Esther plus que toutes les autres femmes, et elle obtint grâce et faveur devant lui plus que toutes les autres jeunes filles.»

D’autre part, Joseph, tout comme Esther, avait lui aussi une œuvre toute spéciale à accomplir. Dieu lui avait promis en effet qu’il serait élevé à un haut poste.

Genèse 37 :5 (LSG) « Joseph eut un songe, et il le raconta à ses frères, qui le haïrent encore davantage. Il leur dit: Écoutez donc ce songe que j’ai eu ! Nous étions à lier des gerbes au milieu des champs; et voici, ma gerbe se leva et se tint debout, et vos gerbes l’entourèrent et se prosternèrent devant elle. »

Cependant, au cœur même de l’attente de l’accomplissement de cette promesse, Joseph avait compris qu’il avait un rôle important à jouer en tant qu’homme ayant été élevé dans les voie du Dieu d’Abraham, d’Isaac et  de Jacob. C’est ainsi que, de la maison de Potiphar à la prison, Joseph était reconnu par ceux qui l’entouraient, comme un exemple à suivre, un homme de valeur, quand bien même des pièges lui avaient été tendus pour porter atteinte à sa réputation. 

Il n’est donc pas surprenant que face à Pharaon, le miracle se produisit et que Joseph fut soudainement introduit au cœur même de la mission spécifique à laquelle il avait été appelé depuis son jeune âge. En effet, en dehors de ses aptitudes de gérant et d’administrateur, son attitude de soumission aux valeurs du Royaume de Dieu n’était pas passée inaperçue aux yeux de Pharaon.   

Genèse 40 : 38-40 (LSG) « Et Pharaon dit à ses serviteurs: Trouverions-nous un homme comme celui-ci, ayant en lui l’esprit de Dieu ? Et Pharaon dit à Joseph: Puisque Dieu t’a fait connaître toutes ces choses, il n’y a personne qui soit aussi intelligent et aussi sage que toi. Je t’établis sur ma maison, et tout mon peuple obéira à tes ordres. Le trône seul m’élèvera au-dessus de toi. »

Mission n°2: fais tout ce que tes mains trouvent à faire.

Par ailleurs, attendre que Dieu nous introduise dans l’appel particulier qu’il a en réserve pour nous ou nous le révèle, ne signifie pas que nous devrions patienter passivement en attendant que quelque chose se passe. Lorsque l’on observe la vie du Roi David, on se rend compte que toutes les choses qu’il a accomplies dans l’ombre en tant que simple jeune homme qui aimait Dieu, avaient été pour lui des tremplins qui l’avaient en réalité préparé à accomplir les grandes œuvres qui étaient rattachées à sa destinée. (1 Samuel 17)

Nous pouvons alors constater plusieurs choses:

  • Les simples activités de berger de David le formaient en réalité à devenir le Roi d’Israël et à diriger tout un peuple.
  • Ses combats contre un ours puis un lion, étaient en fait des entraînements divinement orchestrés en vue de son  affrontement avec Goliath.
  • Son cœur d’adorateur l’ayant certainement poussé à apprendre à jouer de la harpe, Dieu s’en est servi pour l’introduire dans la maison du roi Saül – roi qu’il était censé succéder – et l’apaiser par ses talents de harpiste.

Les points cités plus hauts nous révèlent une chose importante: lorsque nous sommes occupés à faire ce Dieu nous demande au moment où Il nous le demande, peu importe que nous ayons l’impression de perdre notre temps ou de ne pas avancer, Dieu sait ce qu’Il fait et Ses pensées ne sont pas les nôtres ! Dans Son surnaturel de gloire, Il est en train de nous préparer à passer à une autre dimension !

Ésaïe 55 :8-9 (LSG) « Car Mes pensées ne sont pas vos pensées, et vos voies ne sont pas Mes voies, dit l’Éternel. Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, Autant Mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, et Mes pensées au-dessus de vos pensées. »

Ainsi, plus que jamais, nous devons prendre au sérieux notre mission d’ambassadeur et serviteur du Royaume de Dieu. En effet, c’est de là que découlera les plus grandes révélations qu’Il pourrait nous faire au sujet de notre appel. Il ne s’agit pas d’être parfaits, car tous, indéniablement nous avons des défauts. Il est plutôt question d’être déterminés, malgré nos faiblesses et combats, à refléter le Royaume, en étant motivés par l’amour que nous portons à Dieu.

En effet, plus nous serons occupés à bien remplir notre fonction de représentant du Royaume, à œuvrer pour Dieu avec ce que nous avons déjà en main, plus le Seigneur  multipliera les connexions, les outils, les idées à mettre en place afin que nous puissions nous déployer dans l’appel spécifique qu’il a pour nous. C’est là ce que nous révèlent les parcours d’Esther, de David, de Joseph et de bien d’autres encore, qui nous poussent à faire une introspective et à nous demander: est-ce que je prends réellement au sérieux ma mission d’ambassadeur du Royaume de Dieu ? Suis-je véritablement en train de servir Dieu, alors même que je m’attends à recevoir une révélation de ce à quoi Il m’appelle en particulier ?

Que ta réponse soit oui, peut-être, ou non, sache une chose: il n’est pas trop tard pour entrer dans cette glorieuse mission d’ambassadeur et serviteur de Dieu ! Alors n’attends plus, fonce ! Participe à l’expansion de la renommée de Dieu là où Il t’a placé et sers-Le avec les moyens que tu possèdes déjà !

Matthieu 5 :13-16 (LSG) « Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on ? Il ne sert plus qu’à être jeté dehors, et foulé aux pieds par les hommes. Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée ; et on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais on la met sur le chandelier, et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison. Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, afin qu’ils voient vos bonnes œuvres, et qu’ils glorifient votre Père qui est dans les cieux. »


PARTAGER L'ARTICLE SUR
Write a response

Laisser un commentaire

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close