Search

Comment devons-nous prier Dieu notre Père?

On entend souvent certains, dire : « moi je ne sais pas prier ». Ce genre de personnes sont généralement des nouveaux dans la foi, mais il s’en trouve également des personnes dans les assemblées chrétiennes, qui se demandent souvent quelle est la bonne façon de prier ou la bonne attitude à avoir à cet effet. Même les disciples, qui étaient chaque jour en présence du maître et suivaient ses enseignements, ont dû à un moment donné se poser cette question. C’est donc pas une question banale. Mieux, elle s’avère être de la plus grande importance, quand on sait ce qu’est la prière pour le chrétien.

 

Pour leur répondre, le maître leur a d’abord parlé de l’attitude, du cœur qu’il faut avoir (Mathieu 6 : 5-8) avant même d’aborder la question dans le fond. Ce n’est pas anodin. En réalité, la façon dont vous abordez la prière, en détermine exaucement. Quelle est la bonne attitude de cœur à observer quand vient l’heure de prier ?

 
1. Ne pas vouloir impressionner les Hommes

Jésus appelle hypocrites, toute personne qui prie d’abord pour se faire voir et apprécier des Hommes, plutôt que par Dieu (Mathieu 6 : 5). Ces derniers aiment particulièrement prier en public pour être vus des Hommes. Ils aiment que leur « vie de prière » soit prise en exemple, et qu’ils soient cités en modèles dans le domaine. C’est assez subtil en effet, car vouloir être un exemple ou un modèle à suivre n’est à priori pas mal en soi. L’Apôtre Paul exhortait son fils Timothée à être un modèle pour les fidèles en parole, en conduite, en charité, en foi, en pureté (1 Timothée 4 : 12). D’où vient donc le mal ? De la duplicité de cœur. C’est pourquoi le maître les appelle « hypocrites ». Ils s’attachent tellement à « paraître » qu’ils en oublient comment « être ». Ce type de personnes reçoivent déjà leur récompense et ne doivent espérer un quelconque exaucement de Dieu. Le Seigneur nous encourage plutôt, à nous enfermer dans le lieu secret quand nous voulons prier. Ce lieu est aussi bien un endroit physique que l’intimité de notre cœur. Dieu voit dans le secret et il donne à chacun selon sa foi.

 

2. Ne pas multiplier les vaines paroles

Le Seigneur compare aux païens (Mathieu 6 : 7), ceux qui multiplient les vaines paroles quand vient l’heure de prier, en s’imaginant qu’à force de paroles ils seront exaucés. Le païen c’est celui qui est étranger à Dieu, qui ne le connait pas et ne sait pas comment il fonctionne. En effet, Dieu n’est pas « timbré » pour qu’il faille lui répéter la même chose dix mille fois pour qu’il comprenne enfin. La Bible nous dit qu’il sait d’avance ce dont nous avons besoin avant même que nous le lui demandions. Le Seigneur nous exhorte à ne pas ressembler à ce type de personnes, car quiconque agit en païen vis-à-vis de Dieu ne saurait rien recevoir de lui.

Comment devons-nous donc prier ?

Mathieu 6 : 9-14 (LSG)

« Voici donc comment vous devez prier : Notre Père qui est aux cieux ! Que ton nom soit sanctifié ; que ton règne vienne ; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien ; pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés ; ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du malin. Car c’est à toi qu’appartiennent, dans tous les siècles, le règne, la puissance et la gloire. Amen ! » 

 

Cette prière que nous avons tous appris par cœur étant petits, du moins pour ceux qui sont nés en milieu chrétien, ne doit pas être pour autant, une récitation. Il ne s’agit pas d’une prière type, à débiter en toute occasion. Le mot réciter renvoie d’ailleurs à quelque chose qu’on énonce, parce qu’on le sait par cœur, généralement sans sincérité ni véracité.

 

La prière du « Notre Père » très célèbre, n’est en fait qu’un schéma de prière, donné à titre indicatif pour nous servir de repères. A quoi correspond-elle en réalité ?

 

1. Reconnaître Dieu comme Père et l’Adorer

La Bible nous apprend que par le Sacrifice de Jésus-Christ à la croix, nous pouvons désormais dire « Abba Père ! ». Cette expression n’existe pas dans l’ancien testament car nos pères dans la foi, avant le sacrifice de Jésus-Christ, ne pouvaient appeler Dieu Père. C’était Elohim, Jéhovah, Eternel, Yahvé, etc. Il en était ainsi car l’esprit de l’homme n’avait pas encore été réconcilié à celui de Dieu. Ainsi, il ne pouvait habiter en l’Homme. Mais aujourd’hui, nous pouvons appeler Dieu « Père ! ». Cela crée une plus grande proximité et une plus profonde intimité entre nous. C’est la raison pour laquelle, le maître veut que nous nous approchions de lui dans la prière en le considérant comme étant notre Père, et il l’est. Ceci nous donne plus d’assurance quant à l’exaucement car comme nous le rappelle la parole dans l’Evangile de Luc 11 notamment, « Les pères savent donner de bonnes choses à leurs enfants ».

 

Ensuite, nous devons l’adorer. L’adorer c’est lui dire combien il est saint, combien il est grand, bon etc. tout le bien que notre cœur ressent pour lui. Il est important que cela vienne du cœur et non du bout des lèvres. Dieu regarde au cœur. L’adoration conditionne ainsi l’atmosphère à la manifestation de la grâce. Le Psaumes 100 : 4 nous l’enseigne bien, il faut entrer dans les parvis du Roi des rois avec louanges et cantiques.

 

2. Appeler son règne et soupirer après la manifestation de sa volonté

Généralement, nous prions Dieu en parfaits égoïstes, d’abord pour nos besoins. C’est une erreur. Lorsque nous venons dans la présence de Dieu pour le prier, nous devons d’abord considérer ses besoins à lui. Ses besoins entre autres se résument à deux aspects : que son règne vienne et que sa volonté soit faite sur la terre comme c’est le cas dans le ciel. Le règne de Dieu, c’est la Justice, la paix et la joie par le Saint-Esprit (Romains 14 : 17). Sa volonté, c’est notre sanctification (1 Thessaloniciens 4 : 3), c’est que tous parviennent au salut et qu’aucun ne périsse (2 Pierre 3 : 9).

 

3. Demander ce qu’il vous faut pour aujourd’hui

C’est la partie de la prière où nous pouvons exposer nos besoins à Dieu. Le pain quotidien dont parle Mathieu 6 : 11 est d’abord la nourriture spirituelle. Nous sommes esprit ne l’oublions pas, nous habitons juste un corps. Il n’est pas normal de nous préoccuper plus de notre corps que de notre esprit qui est « le vrai nous ». Et la nourriture de l’esprit c’est la parole de Dieu (Mathieu 4 : 4). Ensuite nous pouvons prier pour nos autres besoins mais gardons à l’esprit de prier pour ce qu’il nous faut aujourd’hui. Généralement, par peur du lendemain ou pour n’avoir pas à prier demain, nous les Hommes aimons faire des stocks de provisions. Mais Dieu veut que nous le priions tous les jours.

 

4. Demander le pardon de nos offenses

C’est la partie de la prière où nous devons confesser nos péchés. Il y en a toujours à confesser croyez-moi. La Bible nous dit que celui qui prétend n’avoir pas péché n’a pas la vérité en lui (1 Jean 1 : 8). Toutefois, cela ne doit pas être une simple routine ou un rituel formalitaire. La repentance est acceptée par Dieu, seulement quand elle est sincère et vient du cœur. Se repentir de nos péchés quand nous prions, terrasse les mûrs dont parle Esaïe 59 : 2, qui sont érigés entre Dieu et nous par nos péchés et empêchent notre exaucement. Mais le Seigneur ajoute quelque chose finalement qui conditionne tout : « … comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés. ». C’est là que les choses se compliquent un peu pour les rancuniers.

 

Mathieu 6 : 14-15

« Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi ; mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos offenses. »

 

En Principe c’est ici que devrait s’arrêter la prière de la plupart des croyants, pour aller se réconcilier avec ceux-là qu’ils ont aussi longtemps gardés dans leur cœur. Ces personnes qui nous ont blessés (consciemment et généralement inconsciemment) et à qui l’on n’a toujours pas pardonné. 

 

5. Demander le secours de Dieu fasse à la tentation et au malin 

Dieu ne tente personne nous dit la Bible (Jacques 1 : 13). Il ne s’agit donc pas de prier pour que Dieu ne nous tente pas. Il s’agit de demander sa grâce pour tenir ferme à l’heure de la tentation et face aux assauts du malin.

 

6. Finir par l’Adoration en guise d’actions de grâces

Si vous avez prié tel que le maître nous l’enseigne en suivant en esprit ce référentiel qu’il nous a donné dans Mathieu 6, alors vous pouvez avoir l’assurance de votre exaucement. Vous en témoignez donc en l’adorant pour ce qu’il est et en le remerciant pour ce qu’il a fait. Vous comprenez, j’espère, que la prière est enveloppée de louanges, d’adoration et surtout d’actions de grâces. Elles sont au début et à la fin de toute prière efficace.

 

Je prie que Dieu vous bénisse en vous exauçant, alors que vous vous attelez à le prier convenablement. Amen

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close