Search

Comment m’y prendre pour que mon époux demeure doux et attentionné ?

Dieu a créé l’homme et la femme différents, tant du point de vue physique, physiologique, affectif que mental. En effet, sur le plan affectif, l’homme a besoin de confiance, de reconnaissance, d’admiration, de compréhension, tandis que la femme a besoin d’appréciation, de sécurité et de stabilité. De ce fait, elle a besoin de se savoir aimée, désirée, valorisée, écoutée, de se sentir importante et ayant de la valeur. Le défi des épouses dans le mariage est bien souvent de créer sinon de maintenir ce climat d’amour et de tendresse avec leurs conjoints, puisque c’est une réelle source d’épanouissement pour elles. Alors comment procéder pour que mon partenaire me procure ou continue de me procurer cette attention au quotidien ?

1. Eviter de verser dans la dépendance affective

La dépendance affective résulte généralement des blessures émotionnelles et de manque affectif dans l’enfance ; mais aussi des déceptions et d’échecs subis surtout dans le domaine sentimental. Les femmes sujettes à ces blessures auront tendance à être trop en demande sur le plan affectif. Ceci produit l’effet inverse à celui qui est désiré. En effet, le conjoint qui ressent la dépendance affective de sa partenaire se sent sous pression car à ce moment-là, il a la lourde responsabilité de combler le puits sans fond qui est la demande émotionnelle de sa partenaire, ce qui n’est pas de son ressort. Il ne se sentira tout simplement pas à la hauteur et aura même tendance à la fuir.

En effet, les ondes que la femme dégage et même sans s’en rendre compte sont celles de la désolation, des plaintes, etc. comme si il n’y avait rien de bien dans sa vie. C’est Dieu qui guérit les blessures. Psaumes 147:3 dit d’ailleurs « Il guérit ceux qui ont le cœur brisé et Il soigne leurs blessures » (PDV). Donner à un homme le rôle que seul Dieu est apte à jouer serait une erreur qui est très souvent, je dirai toujours, source de frustration et de déception. Le besoin d’amour doit être tout premièrement comblé par Dieu. La guérison qui résulte de l’action du Saint-Esprit dans le cœur la conduira à s’aimer elle-même, à se respecter et à se valoriser sans attendre que quelqu’un d’autre le fasse pour elle, ce qui est soit dit en passant, impossible (Proverbes 18 :22). Ainsi sa confiance en elle restaurée et rétablie, fera d’elle ce bonheur qu’a trouvé son mari.

2. La femme doit être soumise à son époux

On ne le dira jamais assez ; l’homme est le chef de la famille (Éphésiens 5 :23). La femme doit donc reconnaître sa position dans le foyer qui n’est aucunement celle d’esclave ou de lèche-botte comme nous montrent toutes les dérives que l’on constate dans la société. Le mari est le chef de la femme. C’est cette position qui met l’homme au-dessus de la femme. Ce n’est pas une question de supériorité ou d’infériorité, mais bien de hiérarchie. C’est le plus fort qui protège le moins fort.

Il est dès lors de la responsabilité du mari de protéger sa femme, de la choyer car sa position au sein du foyer lui octroie ce rôle. Il lui sera difficile de se montrer doux et attentionné lorsque la femme revendique son droit de « porter la culotte » dans le foyer. Je ne sais pas pour toi, mais personnellement je n’ai jamais vu un homme être doux, attentionné, affectueux, tendre, etc. vis-à-vis d’un « pote », d’un ami ou même d’un frère dans le plan divin du Seigneur, y compris le cas de David et Jonathan (1 Samuel 19 :1) qui traduit ici un amour sacrificiel. La deuxième clé c’est donc : « Femmes, soyez soumises à vos maris, comme au Seigneur » Ephésiens 5:22 (LSG).

3. La femme doit être douce

La femme doit être douce. Son époux doit pouvoir trouver en elle la joie, la stabilité et la quiétude lorsqu’ils sont ensemble. Par sa douceur, elle doit faire de sa maison un havre de paix et d’harmonie. Proverbes 15:1  dit : « Une réponse douce calme la fureur, mais une parole dure excite la colère » (LSG). C’est donc par sa douceur qu’une femme calme un homme, le fait fléchir. Ceci est vrai d’autant plus que faire le bras de fer avec un homme s’avère toujours infructueux, car les hommes sont programmés pour les compétitions et relever des défis.

Proverbes 25:15 déclare encore : « Par la lenteur à la colère on fléchit un prince, et une langue douce peut briser des os » (LSG). Être douce envers son époux est aussi une façon pour la femme de l’honorer, de le respecter, de toucher son cœur. Ceci conduira alors tout naturellement le mari à prendre l’ initiative d’être attentionné et tendre vis-à-vis de son épouse car il se sent vraiment aimé. Eh oui ! Les mots doux et répéter sans cesse combien on l’aime, ce n’est pas ce dont a besoin l’homme pour se sentir aimé ; c’est plutôt le besoin de la femme. L’homme a besoin d’être respecté et honoré.

4. Elle ne doit pas être querelleuse

La Parole de Dieu est claire à ce propos : « Mieux vaut habiter dans un coin sur un toit en terrasse que de partager la maison d’une femme querelleuse » Proverbes 21 :9 (SEMEUR). Parfois, les épouses harcèlent leurs maris à propos d’une situation où il doit absolument se prononcer sur le moment, oubliant qu’il vient de rentrer du boulot, est fatigué, a besoin de souffler, etc. Cela arrive aussi lorsque la femme remet sans cesse en question les décisions de son époux et veut démontrer à ce dernier qu’elle a raison sur un point précis, mais aussi lorsqu’elle le critique et lui fait des reproches en public.

Au-delà de le faire fuir pour avoir tranquillité et la quiétude comme l’indique le verset ci-dessus, cela aura aussi pour effet, au fur et à mesure, de le faire démissionner de son devoir de chef de famille. Si tu n’es pas d’accord avec la décision de ton conjoint, ou si tu as des remarques à lui faire, il te sera vraiment reconnaissant que tu lui fasses part du fond de ta pensée calmement ; prendre garde à ne pas devenir hystérique afin qu’il comprenne le message. Choisir le bon moment est encore mieux car le faire lorsqu’il est sur le point de voyager, alors qu’il prépare une présentation pour son travail, est entouré d’amis ou lorsqu’il est très fatigué, n’est pas approprié. C’est bien connu, les hommes ne sont pas multitâches comme les femmes.

5. La communication

Ma chère amie, le problème n’est pas toujours de son côté. Ce qu’on oublie très souvent, c’est que les époux ont eux aussi leurs déboires et blessures. Laisse-lui le temps de guérir. Bien entendu, il faut commencer par communiquer et par lui dire ce qu’on attend de lui et de la relation et l’accompagner au quotidien. Une attention particulière à la manière de communiquer est nécessaire, car la femme a tendance à exprimer ses besoins de façon détournée. Plutôt que de dire qu’elle a besoin de plus de tendresse et d’affection, elle dira généralement : « tu ne m’aimes plus ». Le mari qui ne comprend pas ce qu’elle veut,  risquerait, à la longue, d’en être agacé. De plus, ça ne servira à rien de lui mettre la pression, au contraire, cela produira l’effet inverse. Donc laisse-lui le temps d’apprendre. Tu peux le pousser un peu en proposant ou en organisant des moments romantiques pour raviver la flamme de votre amour. Ton couple et ton foyer te remercieront.

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close