Search

Connaître Dieu comme Père : Quels en sont les avantages ?

Quand les disciples ont demandé au Seigneur Jésus de leur apprendre à prier, Il a commencé comme ceci : « Notre Père qui est aux cieux… ». Il aurait pu dire Jéhovah, Elohim, Éternel ou encore Dieu, comme les Juifs étaient habitués à Le nommer jusque-là. Mais pour la première fois, les disciples vont découvrir une nouvelle relation avec Dieu.

Jean 1 :11-12 (LSG 1910) : Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu. Lesquels sont nés non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme mais de Dieu.

Le Seigneur Jésus voulait faire comprendre aux disciples que par Lui, nous devenons des enfants de Dieu ; des fils et des filles légitimes rachetés au très grand prix de Sa vie. Comme le dit le Pasteur Ivan Carluer « Dieu n’a pas de petits-fils ; Il n’a que des fils et des filles ». Oui, enfants de Dieu nous sommes et ce statut nous révèle beaucoup d’avantages.

Nous sommes aimés !

1 Jean 3 :1 (LSG) : Voyez de quel amour le Père nous a témoigné, pour que nous soyons appelés enfants de Dieu ! Et nous le sommes. Si le monde ne nous connaît pas, c’est qu’il ne l’a pas connu.

L’amour des parents a toujours été indispensable pour la croissance des enfants. Un enfant qui se sent aimé par ses parents a une attitude différente de celui qui a l’impression de ne pas être aimé. Celui qui sait que ses parents l’aiment, a une assurance indescriptible ; il sait qu’il peut leur faire confiance et a une bonne estime de lui-même. Par contre, celui qui se sent rejeté aura une mauvaise estime de sa personne, il se méfiera de ses parents et va finir par penser qu’il est seul au monde.

Il en est de même avec Dieu ; nous devons tous, chacun de son côté, Le reconnaître comme Père. Nous devons recevoir cette révélation sinon nous ne pourrons réellement vivre cette relation comme il se doit. Nous voyons dans le monde comment les relations entre les parents et les enfants se sont dégradées. Plusieurs chrétiens considèrent la relation avec Dieu à travers celle qu’ils ont eu avec leurs parents. Pour Dieu, il est évident que nous sommes Ses enfants puisque c’est Son désir : nous voir nous réfugier sous Ses ailes. Mais qu’en est-il de nous ? Qu’en est-il de toi ? Oui toi qui me lis ? Sur quelle base as-tu bâti ta relation avec Dieu ? Sur les blessures de ta relation avec tes parents ? Sur les abus (de toutes sortes) que tu as subis de la part de tes parents ? Il va tout d’abord falloir que tu reconnaisses que tu as un problème qui découle de la relation qu’il y a entre tes parents et toi afin que tu guérisses. Alors s’il te plait, permet-moi de te poser cette question une dernière fois parce qu’elle me tient vraiment à cœur : « Sur quelle base as-tu bâti ta relation avec Dieu ton Père ? »

Tu ne peux pas vivre le vrai amour si tu crois que les parents sont irresponsables ; qu’ils n’aiment pas le fruit de leurs entrailles ou qu’ils ne leur veulent pas du bien. Parce que tu auras tendance à attribuer ces choses à Dieu en croyant qu’Il se comportera avec toi de la même manière que tes parents l’ont fait avec toi. Quand tu as une opinion erronée de Dieu, tu as une foi vacillante, tu n’espères pas grand-chose de votre relation parce que tu as déjà été trop déçu(e) par tes parents et donc tu te diras que ce n’est pas la peine de recommencer, même si c’est avec le Créateur de l’univers, parce que tu ne l’as pas connu en tant que Père.

Dieu est un « Bon Père » ; la corruption, la fraude et le mensonge ne se trouvent pas en Lui. La joie, la paix, le bonheur nous viennent de Lui. Il nous aime peu importe ce que nous avions pu faire et Il ne se tient pas debout pour nous punir avec un bâton toutes les fois que nous faisons une erreur ou que nous ne Lui obéissons pas. Il nous a pardonnés en Christ et nous avons été réconciliés afin que la relation Père et enfant soit rétablie (2 Corinthiens 5 :21).

Nous avons un libre accès à Sa Présence

Un prédicateur a dit que les nouveaux convertis prient de cette manière « Bonjour Papa ; bonjour Dieu c’est moi » ne sachant encore rien des formules religieuses. Cela semble simple n’est-ce pas ? Eh bien, c’est de cette façon que les enfants s’adressent à leurs parents l’avons-nous oublié ? En fait cela n’enlève rien au respect qui revient aux parents.

La religion a enlevé l’authenticité à la prière et nous nous voyons entrain de réfléchir pour trouver la bonne formule qui pourra impressionner Dieu afin qu’Il exauce nos prières ou qu’Il ait un regard favorable sur nous. Nous devons comprendre que Dieu est ce Père qui désire prendre des nouvelles de Ses enfants et leur donner les ressources nécessaires à leur croissance.

Romains 8 :14-16 (BFC) :  » Tous ceux qui sont conduits par l’Eprit de Dieu sont enfants de Dieu. Car l’Esprit que vous avez reçu n’est pas un esprit qui vous rende esclaves et vous remplisse encore de peur mais c’est l’Esprit Saint qui fait de vous des enfants de Dieu et qui nous permet de crier à Dieu : « Abba, Ô mon Père ». L’Esprit de Dieu atteste Lui-même à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. « 

Nous pouvons alors déposer nos costumes religieuses qui nous empêchent de jouir librement de notre relation avec notre Père ; grâce à Son Esprit, nous pouvons nous approcher de Lui ayant cette ferme assurance que nous sommes connus de Lui, aimés par Lui et que nos prières sont non seulement entendues mais aussi exaucées.

Luc 11 :11-13 (BDS) :  » Il y a des pères parmi vous. Lequel d’entre vous donnera-t-il un serpent à son fils quand celui-ci lui demande un poisson ? Ou encore s’il demande un œuf, lui donnera-t-il un scorpion ? Si donc, tout mauvais que vous êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants à combien plus forte raison le Père céleste donnera-t-Il l’Esprit Saint à ceux qui le Lui demandent.« 

Nous sommes héritiers du Royaume des Cieux

Dieu est le Père dont tous les enfants ont besoin. Il reconnait tous Ses enfants, les aime inconditionnellement, passionnément et ne cessera jamais de les aimer. Nous sommes étrangers et voyageurs sur cette terre ; nous n’y resterons pas éternellement. A un moment donné, nous devons quitter cette terre pour une nouvelle destination que le Seigneur Lui-même a préparée d’avance pour nous.

Romains 8 :17 (Louis Segond révisé) :  » Or, si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers de Dieu et cohéritiers de Christ, si toutefois nous souffrons avec Lui afin d’être glorifiés avec Lui. »

Notre Papa a décidé de nous donner en héritage tout Son royaume ; notre Seigneur a accepté partager tout ce qui Lui appartient. N’est-ce pas merveilleux ? Des fils et des filles dont le Père se soucie de l’avenir. Nous ne sommes plus orphelins laissés à nous-mêmes ; l’Esprit de Dieu nous a été donné en tant que gage de notre héritage (Éphésiens 1 :13-14).

Le Seigneur nous a sauvés pour avoir une relation d’amour avec nous. Lui qui est fidèle veut nous avoir comme Ses enfants et nous faire participer à la gloire de notre Seigneur Jésus-Christ (Colossiens 1 :27 ; Romains 8 :18-19). Nous ne sommes plus des esclaves, non nous sommes enfants de Dieu et avant même que nous désirions servir le Seigneur, nous devons savoir que nous sommes en premier Ses enfants et qu’Il nous aime énormément. Il nous a bénis de toutes sortes de bénédictions spirituelles dans les lieux célestes, Alléluia ! Nous ne sommes pas bénis par rapport à nos performances mais comme des enfants aimés, notre Papa nous donne tout ce dont nous avons besoin.

Les bras du Père sont largement ouverts pour tous et n’oublie pas que tous ceux dont nous avons parlé te concerne aussi ; cela peut être aussi possible dans ta vie. Christ qui vit en nous, nous amène à découvrir le Père tel qu’Il est par le Saint-Esprit. N’hésite donc plus à répondre à l’appel de l’amour qui t’est adressé en ce jour. Oublie tous les préjugés et cherche à connaître Dieu comme ton Père. Tu auras une vision nouvelle des choses et tu avanceras dans ta croissance. Que ton âme désire cela et tu verras comment le Père est « Bon » envers tous ; tu marcheras désormais dans la victoire.

Bien-aimé(e), mon frère, ma sœur, Dieu ton Père t’appelle. L’entends-tu ?

Matthieu 3 :17b (BDS) : «  Celui-ci est mon fils bien-aimé, celui qui fait toute ma joie. « 

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close