17 Dec 2017
Home / CROISSANCE SPIRITUELLE  / Commencer avec Jésus  / Croire en Dieu: ignorance ou simplicité d’esprit?

Croire en Dieu: ignorance ou simplicité d’esprit?

Certaines personnes nient l’existence de Dieu parce qu’ils considèrent qu’y croire c’est faire preuve de naïveté, d’ignorance ou de simplicité d’esprit. Pour eux, le fait de ne pas croire en Dieu est perçu comme une

Certaines personnes nient l’existence de Dieu parce qu’ils considèrent qu’y croire c’est faire preuve de naïveté, d’ignorance ou de simplicité d’esprit. Pour eux, le fait de ne pas croire en Dieu est perçu comme une preuve de liberté intellectuelle. En effet, ils traitent d’ignorants tous ceux qui croient en Dieu parce qu’ils considèrent que la notion de Dieu résulte de l’ignorance. Ils affirment que les premiers hommes vivant sur terre n’ayant pas de connaissances scientifiques suffisamment étoffées, ont conçu l’idée de Dieu pour expliquer l’origine des faits naturels tels que les éruptions volcaniques, les éclipses solaires, les tremblements de terre ou la sécheresse. Pour ces hommes primitifs, ces faits naturels étaient semble-t-il l’expression de la colère de ou des dieux qu’il fallait à tout prix apaiser par des offrandes diverses. Les adeptes de la théorie de l’inexistence de Dieu rajoutent qu’aujourd’hui, une partie de l’humanité croit encore en Dieu parce que, selon eux, il y a des phénomènes que la science n’a pas encore élucidés. Quand ce sera le cas, disent-ils, il ne sera plus possible de croire en l’existence de Dieu.
 
C’est un point de vue que nous respectons quoiqu’ il nous paraisse trop simpliste. Car, plusieurs savants et de très grands savants qui ont révolutionné la Science moderne semblent ne pas être de cet avis. En étudiant le monde, l’univers et ses phénomènes, ces savants ont souvent été impressionné par l’organisation, la structuration, l’harmonie et le fonctionnement de l’univers. Un fonctionnement régis par des lois qu’eux-mêmes découvrent notamment la gravité, la pesanteur, l’apesanteur, la densité, la portance, la révolution des planètes etc. Plus ces savant découvraient et comprenaient les lois qui gouvernent notre univers, plus ils avaient la certitude qu’il est impossible que tout ceci soit le fruit du hasard. Il y a certainement une intelligence derrière toute cette architecture.
 

Isaac NEWTON (1642-1727), mathématicien, physicien, astronome et philosophe britannique affirme ce qui suit : «La merveilleuse constitution de l’univers avec son harmonie incomparable n’a pu se faire que selon les plans d’un être omniscient et tout-puissant. Cela demeure ma plus haute et ultime conviction.»
 
Charles DARWIN (1809-1882), savant naturaliste, géologue et biologiste anglais auteur de la théorie de l’évolution des espèces a dit ceci : « L’impossibilité de prouver que cet univers immense et l’homme lui-même ont été le fruit du hasard est l’argument numéro un dans la preuve de l’existence de Dieu.»

En considérant ce qui précède, nous avons la certitude que la foi en Dieu n’est pas une preuve d’ignorance, mais la preuve que nous sommes éclairés. C’est plutôt le fait de ne pas croire en Dieu qui est la plus haute expression d’ignorance. En effet, l’affirmation Dieu n’existe pas est toujours une expression d’impuissance, de frustration ou l’aboutissement d’une recherche infructueuse. Nous avons tous cette conscience qu’il existe un être supérieur. Lorsque l’homme est confronté à des difficultés et qu’il demande l’aide et l’intervention divine sans succès, il devient frustré et réagit en réfutant l’existence de Dieu. Car, pour lui, un Dieu d’amour sensé être un père ne peut pas exister et être insensible face à sa détresse. Dans ce cas précis, le déni de Dieu dévient plus un aveu d’impuissance et l’expression d’une frustration qu’une preuve de l’inexistence du créateur tout puissant.
 
En réfutant l’existence de son créateur, l’homme frustré a le sentiment qu’il se venge de Dieu qui ne l’a pas exaucé. Il nie également son créateur parce qu’il croit qu’admettre l’existence du Dieu d’amour qui ne l’exauce pas c’est comme être rejeté par celui-ci. Alors pour se soustraire d’un éventuel rejet d’un amour qui agrée et accepte les autres, il choisit de nier l’existence de Dieu. Cela ne peut constituer une preuve de l’inexistence de Dieu.
 
Quelqu’un a dit que le mythe est le pont entre l’ignorance et la connaissance. En essayant de comprendre ce qui l’entoure, l’être humain initie une démarche d’observation et d’explication. En se confrontant à l’hypothèse de l’existence de Dieu et en n’étant pas capable d’en sonder la preuve, l’humain finit par dire que Dieu n’existe pas. Quand certains découvrent la splendeur et l’organisation de l’univers et comprennent qu’il y a une intelligence (divine) derrière la création, d’autres qui ne découvrent rien dans leur démarche infructueuse affirment qu’il n’y pas de Dieu.
 
L’ignorance a donc engendré l’incrédulité. Car l’idée de Dieu est si haute et si simple à la fois qu’il faut beaucoup de simplicité et de hauteur pour en saisir la portée. Ceux qui n’y parviennent pas tombent dans le déni.
 
Le fait que nos ancêtres expliquaient des faits naturels simples par l’idée de Dieu n’est pas une preuve de leur ignorance. C’est la preuve plutôt qu’ils se doutaient de quelque chose, ils se doutaient qu’il y a beaucoup plus que ce qu’ils voyaient, qu’il y a plus grand qu’eux. Évidemment, leurs explications étaient élémentaires et parfois erronées mais l’important c’est qu’ils avaient conscience qu’il y avait plus que ce qu’ils voyaient.
 
Blaise pascal pouvait dire qu’il y a dans le cœur de l’homme un vide en forme de Dieu. C’est-à-dire un vide que seul Dieu peut combler. Pascal mettait sans doute en évidence cette conscience à l’origine de ce doute en nous qu’il y a plus grand que ce nous voyons. Et ce doute ne serait assouvi que par la trouvaille de cet être plus grand.
 
En Romains 1:26 l’apôtre Paul dit : Les perfections invisibles de Dieu, sa puissance, sa divinité, sa sagesse peuvent se discerner lorsqu’on contemple l’ouvrage que représente la création”.

La foi en Dieu n’est pas le propre des ignorants car plusieurs savants ont été fiers de la posséder et surtout de la proclamer. En Actes 17:28 nous trouvons une déclaration surprenante de l’apôtre Paul : « car en lui nous avons la vie, le mouvement, et l’être. C’est ce qu’ont dit aussi quelques-uns de vos poètes : De lui nous sommes la race ». Ici, l’apôtre Paul reprend deux citations des poètes grecs Epimenide (en lui nous avons la vie, le mouvement, et l’être) et Aratus (De lui nous sommes la race). Ces deux poètes étaient des éminences dans leur domaine et Paul les cite pour justement annoncer Dieu aux philosophes grecs stoïciens et épicuriens. Ils étaient des poètes, des intellectuels reconnus de leur temps, mais ils n’ont pas hésité a citer des vers en rapport avec Dieu.

l.otira@frequencechretienne.fr

<p>Pasteur, enseignant de la Parole de Dieu, motivateur et mari aimant, j’ai à cœur, avec l’aide du Saint-Esprit, d’apporter des réponses aux questions majeures que se posent les chrétiens et les non-chrétiens.</p>

Review overview
1 COMMENT
  • Alice MINTSA septembre 25, 2017

    Amen!
    Comme le disent si bien les Ecritures, ils se sont égarés dans leurs pensees orgueilleuses, pensant connaître alors qu’ils ne savent rien; usant des détours pour justifier les profondes ténèbres qui règnent en eux!
    Mais la Foi a été justifiée par ses enfants, selon ce qui est écrit: Heureux ceux qui ont cru sans avoir vu !

POST A COMMENT