Search

Que risque le racheté qui retombe dans le péché? Est-il toujours sauvé?

PARTAGER L'ARTICLE SUR

Cet article est la suite d’une série de 03 articles précédemment publiés sur l’assurance du salut. Tu peux les lire si ce n’est déjà fait ICI, ICI, et ICI. Cela te permettrait de mieux comprendre le contexte de celui-ci.

Dans Romains 3 :23-26 Version MARTIN la Bible déclare: « Étant justifiés gratuitement par Sa grâce, par la rédemption qui est en Jésus-Christ; Lequel Dieu a établi de tout temps pour être une victime de propitiation par la foi, en Son sang, afin de montrer Sa justice, par la rémission des péchés précédents, selon la patience de Dieu; pour montrer, dis-je, Sa justice dans le temps présent, afin qu’il soit trouvé juste, et justifiant celui qui est de la foi de Jésus. Où est donc le sujet de se glorifier ? Il est exclu. Par quelle loi ? Est-ce par la loi des œuvres ? Non, mais par la loi de la foi ».

En fait, aucun vrai racheté, selon la définition que nous avons donné dans les articles ci-dessus référencés, ne peut vouloir délibérément vivre à nouveau dans le péché. Car, ce désir (nature de péché) a été crucifié, s’il est vraiment une nouvelle créature (Galates 2:20). Le simple fait qu’un chrétien soi-disant, en vienne à vouloir délibérément vivre à nouveau dans le péché, n’est que révélateur d’un processus de nouvelle naissance qui n’est pas allé à son terme. Pour être plus direct, il s’agit de quelqu’un qui n’est pas encore né de nouveau.

Toutefois, étant encore dans ce corps corruptible, il arrivera que le juste tombe dans le péché, par faiblesse ou par accident. Satan peut s’en servir pour le faire culpabiliser de sorte qu’il ne puisse même vouloir se repentir, se considérant par le fait des mensonges de Satan, indigne de pardon. Dans certains cas, sa condition pourrait être semblable à quelqu’un qui a perdu le salut. Mais c’est justement des mensonges de Satan, parce que Dieu relève autant de fois que nécessaire le juste de cœur qui tombe (Proverbes 24:16). En effet, la réussite du plan de salut de Dieu ne tient pas à la fidélité des hommes mais à celle de Dieu (1Thessaloniciens 5:24).

Cela dit, chaque racheté qui se retrouve à nouveau dans le péché, par accident ou par faiblesse, « de manière temporaire ou continue », sans chercher à se repentir ou encore sans chercher à prendre la décision radicale de revenir s’expose:

1. Aux mensonges et aux fausses accusations de l’ennemi (Jean 8 :44 LSG).

Celui-ci viendra déposer plusieurs mensonges successifs dans le cœur du racheté, pour l’éloigner encore plus de Dieu, pour le faire passer à côté du plan de Dieu, le garder loin de Dieu le plus longtemps possible, en faisant le pari que l’ignorance du racheté l’emmène à croire que Dieu l’aurait rejeté pour toujours, comme IL aurait fait avec Adam, à la suite de la rébellion de ce dernier. Mensonge! Dieu n’a jamais rejeté Adam, IL l’a juste chassé du jardin par amour, pour éviter qu’Adam ne mange le fruit de l’arbre de vie, ce qui aurait rendu sa séparation d’avec Dieu éternelle, en faisant de lui un « pécheur éternel », car ce dernier avait déjà mangé l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Mais son cœur de Créateur languissait de retrouver de nouveau une habitation dans le cœur de Ses créatures les plus précieuses, que sont les hommes. Le racheté rebelle ne le sachant pas, il mènera une vie misérable, convaincu d’avoir été rejeté ad vitam aeternam, alors que Dieu l’attend toujours.

2. A perdre l’assurance du salut et non le salut en soi.

C’est le cas, chaque fois que nous commettons ou nous marchons dans le péché. Dans Hébreux 10 : 35 LSG la Bible déclare: « N’abandonnons pas notre assurance, à laquelle est attachée une grande récompense ». Hébreux 3 : 6 LSG rajoute : « mais Christ l’est comme Fils sur Sa maison; et Sa maison, c’est nous, pourvu que nous retenions jusqu’à la fin la ferme confiance et l’espérance dont nous nous glorifions ». Quand on attriste le Saint-Esprit, on perd temporairement le merveilleux sentiment de paix qui accompagnait notre communion vivante avec le Seigneur, et cela produit ou créé une immense tristesse en nous, qui nous fait perdre donc l’assurance du salut, surtout auprès des rachetés marchant désormais dans l’iniquité. Cela ne signifie absolument pas que le Seigneur nous a définitivement rejetés ou que nous avons perdu notre salut, comme certaines personnes ont dû l’avoir pensé à tort, dans leur marche avec Dieu. Il nous suffit de nous repentir sincèrement, pour retrouver la communion joyeuse avec le Saint-Esprit (1 Jean 1 :7-9 LSG). Perdre l’assurance du salut ne signifie donc pas perdre le salut.

3. A penser à tort que le Sang de Christ n’a pas eu son effet en lui.

Dans Hébreux 6 : 4-6 LSG la Bible déclare: « Car il est impossible que ceux qui ont été une fois éclairés, qui ont goûté le don céleste, qui ont eu part au Saint-Esprit, qui ont goûté la bonne Parole de Dieu et les puissances du siècle à venir, et qui sont tombés, soient encore renouvelés et amenés à la repentance, puisqu’ils crucifient pour leur part le Fils de Dieu et l’exposent à l’ignominie ». Ensuite dans Hébreux 10 : 26-29 LSG, la Bible rajoute: « Car, si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés, mais une attente terrible du jugement et l’ardeur d’un feu qui dévorera les rebelles. Celui qui a violé la loi de Moïse meurt sans miséricorde, sur la déposition de deux ou de trois témoins ; de quel pire châtiment, pensez-vous que sera jugé digne celui qui aura foulé aux pieds le Fils de Dieu, qui aura tenu pour profane le sang de l’alliance, par lequel il a été sanctifié, et qui aura outragé l’Esprit de la grâce ? ». Et enfin dans 2 Pierre 2 :20-22 LSG elle conclue: « En effet, si, après s’être retirés des souillures du monde, par la connaissance du Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, ils s’y engagent de nouveau et sont vaincus, leur dernière condition est pire que la première. Car mieux valait pour eux n’avoir pas connu la voie de la justice, que de se détourner, après l’avoir connue, du saint commandement qui leur avait été donné. Il leur est arrivé ce que dit un proverbe vrai : le chien est retourné à ce qu’il avait vomi, et la truie lavée s’est vautrée dans le bourbier ». A cause de ces textes, beaucoup de chrétiens croient à tort que le sang de Jésus a une puissance limitée. Ils ont cru qu’: « Une fois que vous avez péché consciemment ou que vous continuez à marcher dans le péché, vous ne pouvez plus jamais retourner vers Dieu, et que votre cas est définitivement scellé », ce qui est bien évidemment faux. La vérité est toute autre. Ici, l’auteur de la lettre aux Hébreux, s’adressait en fait aux juifs qui étaient sérieusement excommuniés de leurs communautés et familles, quand ils faisaient le choix de rejoindre la foi en Christ. Et plus tard, quand ils reniaient publiquement Christ, sans être allés jusqu’au bout de la conversion, ils retrouvaient alors leurs places au sein de leurs communautés. Et en agissant de la sorte, ils comptaient le sang destiné à les sanctifier comme nul et impur, ils confessaient que Jésus n’était pas le Fils de Dieu – ni le Messie que le monde attendait. Et c’était autour de ce péché précis, et du châtiment moral et spirituel qui attendait ces Juifs particuliers, dont il était question. L’auteur n’élaborait nullement sur la perte de salut des vrais rachetés. Pareil aussi pour la lettre de l’apôtre Pierre. Ils faisaient allusion à tous ceux qui connaissaient la puissance de la vérité, mais qui ne sont pas passés à l’acte pour recevoir cette vérité au fond de leurs cœurs, malgré le fait qu’ils aient cheminé un moment avec les autres disciples. Ils ne pourront plus jamais plaider l’ignorance en revenant vers ce qu’ils avaient vomis, car ils en connaissent les répercussions et les conséquences.

La vérité qu’ils rejettent est celle-ci: Le sang de Jésus nous purifie et nous purifiera toujours. Simplement parce que c’est au travers de ce sang que nous sommes rachetés. A nous de le réclamer et de l’appliquer pour se prévaloir des avantages inouïs qu’il confère à l’infini. En effet, dans Éphésiens 1 : 7 LSG la Bible déclare: « En lui nous avons la rédemption par Son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de Sa grâce ». La version SECOND 21 dit : « En lui, par Son sang, nous sommes rachetés, pardonnés de nos fautes, conformément à la richesse de Sa grâce ». Rachat en grec se dit « Exagorazo », et cela signifie deux choses, entre autres: Paiement d’un prix pour soustraire au pouvoir d’un autre, et payer une rançon. Le sens métaphorique fait aussi allusion au Christ qui a racheté Ses élus en payant du prix de Sa mort la rançon contre la domination de la loi Mosaïque.

4. A penser que l’appel de Dieu au salut est révocable.

L’appel de Dieu, ainsi que le salut, sont irrévocables. Nous devons le savoir une bonne fois pour toutes. Dans Romains 11 : 29 LSG la Bible déclare: « Car Dieu ne se repent pas de Ses dons et de Son appel ». La version Semeur donne: « Car les dons et l’appel de Dieu sont irrévocables » et la version Français Courant: « Car Dieu ne reprend pas ce qu’Il a donné et ne change pas d’idée à l’égard de ceux qu’Il a appelés ». Appel vient du grec « klessis » qui signifie une vocation, l’invitation divine à recevoir le salut de Dieu. Dieu nous fait comprendre que le klessis est irrévocable. Aussi, Paul dira dans Éphésiens 4 :1 LSG : « Je vous exhorte donc, moi, le prisonnier dans le Seigneur, à marcher d’une manière digne de la vocation (klesis) qui vous a été adressée ». Dans 2 Timothée 1 : 8-9 LSG la Bible déclare: « N’aie donc point honte du témoignage à rendre à notre Seigneur, ni de moi Son prisonnier. Mais souffre avec moi pour l’Évangile, par la puissance de Dieu qui nous a sauvés, et nous a adressé une sainte vocation (klesis), non à cause de nos œuvres, mais selon Son propre dessein, et selon la grâce qui nous a été donnée en Jésus-Christ avant les temps éternels. »

Si un racheté peut par la suite perdre son salut, obtenu au grand prix du sang de Jésus, alors le rachat en Christ serait une simple vue de l’esprit, une simple invention de l’homme, une pure arnaque. Cela voudra dire que nous ne quittons que partiellement le monde des ténèbres quand nous venons à Christ, voilà pourquoi l’ennemi a encore le pouvoir d’éteindre notre esprit régénéré. Non et non. Le rachat est définitif et final, et les rachetés qui marchent dans la rébellion doivent le savoir, pour vite revenir vers le Père, qui continue de les attendre. En effet dans Colossiens 1 : 12-13 LSG qui dit: « Rendez grâces au Père qui vous a rendus capables d’avoir part à l’héritage des saints dans la lumière, qui nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le Royaume du Fils de Son amour. »

5. A perdre toute récompense au ciel mais pas le salut.

Nous l’avons compris, les vrais rachetés ou les vrais convertis ne peuvent jamais perdre leur salut. Cependant, ils peuvent perdre leur récompense au ciel, s’ils ne choisissent pas de vite revenir vers Dieu, afin d’accomplir et d’achever la mission que le Père leur a confiée. En effet, ceux qui meurent en Christ ne passeront pas par le tribunal de jugement (Jean 5 : 24 LSG) ou le trône blanc (Apocalypse 20 : 11-15 LSG). Mais au contraire, ils iront directement vers celui des récompenses. Là-bas: « l’œuvre de chacun sera manifestée; car le jour la fera connaître, parce qu’elle se révélera dans le feu, et le feu éprouvera ce qu’est l’œuvre de chacun. Si l’œuvre bâtie par quelqu’un sur le fondement subsiste, il recevra une récompense. Si l’œuvre de quelqu’un est consumée, il perdra sa récompense; pour lui, il sera sauvé, mais comme au travers du feu » 1 Corinthiens 3 : 13-15 LSG. Aussi l’apôtre Paul nous invite à courir avec discipline pour obtenir la couronne incorruptible (1 Corinthiens 9 : 24-27 LSG). La couronne incorruptible est « un héritage qui ne se peut ni corrompre, ni rouiller, ni flétrir, lequel vous est réservé dans les cieux » (1 Pierre 1 : 4 LSG ; Matthieu 6 : 19). Le racheté rebelle doit donc vite revenir vers les voies de Dieu, ensuite travailler avec acharnement pour l’accomplissement de la mission du Père ici-bas, pour ne pas perdre sa récompense.

Certains pourraient se demander par quel procédé, le racheté rebelle pourrait éviter le tribunal du jugement pour se présenter plutôt devant celui de Christ ? C’est ce que nous verrons dans le prochain article de la série.


PARTAGER L'ARTICLE SUR

3 comments

  1. Serviteur, « Sauve une fois pour toutes » en depit des textes bien clairs de Hebreux 10:26 et 2 Pierre 2:20, que veut dire l’apotre Paul dans Philippiens 2:12 « Travailler a votre salut avec crainte et tremblement »?

  2. D’après vos propos, si tant est vrai que  » Si un racheté peut par la suite perdre son salut, obtenu au grand prix du sang de Jésus, alors le rachat en Christ serait une simple vue de l’esprit, une simple invention de l’homme, une pure arnaque. Cela voudra dire que nous ne quittons que partiellement le monde des ténèbres quand nous venons à Christ, voilà pourquoi l’ennemi a encore le pouvoir d’éteindre notre esprit régénéré. Non et non. Le rachat est définitif et final, et les rachetés qui marchent dans la rébellion doivent le savoir, pour vite revenir vers le Père, qui continue de les attendre. » Alors que dire des propos de Jésus en Matthieu 7:21-23  » Ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. Plusieurs me diront en ce jour-là: Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton nom? n’avons-nous pas chassé des démons par ton nom? et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom? Alors je leur dirai ouvertement: Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité. » Puisque l’Eternel ne se repent pas de Ses dons et de Son appel (Romains11:29) Est ce que cela ne sous entend pas qu’un racheté peut finir par perdre son salut à cause d’avoir fini sa vie dans la rébellion???????????? Merci.

    1. Merci pour ta question, ma sœur Roseline.

      En fait ces serviteurs ne perdront par leur salut car ils ne l’ont jamais réellement obtenu. Ils n’auront juste pas saisi la main de grâce que le Seigneur leur tendait. Ce verset parle en fait de tous ceux qui marchent avec l’onction pour le service, sans réaliser qu’elle ne confère nullement ni le saut d’approbation divine, ni la preuve d’intimité avec le trône de l’Eternel.

      Et pour preuve, dans l’ancien Testament, nos pères qui n’avaient donc pas la grâce d’expérimenter la nouvelle naissance, comme nous en ce jour, ont bien pu transporter et déployer l’onction de Dieu, mais uniquement pour le service. Ce fut le cas du roi David, du roi Saul, de Samuel, Moïse, Samson, Josué, Gédéon, et mêmes les 82 disciples du Seigneur Jésus (70 +12), etc. Cela n’est pas pour dire qu’ils ne sont pas sauvés (pour ceux ayant vécu avant l’avènement de la Grâce), car en effet nous ne sommes pas jugés selon la même dispensation. Eux étaient sous le régime de la loi. Mais maintenant que le fils a apparu, la grâce est désormais disponible pour tous, au travers de la prédication de l’évangile qui est une puissance pour quiconque croit. Elle est désormais le seul moyen d’être sauvé. On ne doit donc pas se contenter de l’onction. On doit d’abord donner notre cœur au Seigneur, ensuite l’onction suivra.

      Étant tous venus sur terre pour accomplir les projets et les plans de Dieu (Jérémie 29 :11), chaque être humain transporte donc une onction attachée à sa mission terrestre. Malheureusement, très peu de personnes savent comment l’activer ou comment la relâcher au moyen de leur foi.

      Manifestement, ces personnes dont parlent les écritures ici, transportaient cette onction, la déployaient avec puissance, sans être allés jusqu’à expérimenter la conversion réelle et profonde née de la repentance. Ils auront donc fait des prodiges, des signes et des miracles, mais ne sont jamais devenus la demeure de Dieu. Voilà pourquoi et comment le Seigneur ne les a jamais connus comme l’un de Siens non plus, quand bien même ils ont pu chasser les démons en Son nom, et opérer différents types de miracles. Gardons aussi en tête que l’onction est transmissible.

      Alors parce qu’ils se sont contentés de découvrir la puissance de Dieu sans LUI offrir leurs cœurs, et parce qu’Ils n’ont cessé de marcher dans l’iniquité au lieu de renoncer à leurs vies au profit de la vie zoé que Christ nous offre, malheureusement ils finiront en enfer, malgré tous les précieux services qu’ils auront offert au royaume de cieux.

      Ces personnes ne perdront donc pas ce qu’ils n’ont jamais obtenu, à savoir le salut. Mais, ils seront juste passés à côté de ce qui était pourtant si proche et accessible pour eux, mais qu’ils n’ont jamais voulu saisir : La grâce de Dieu.

      En effet dans Tite 2 :11-12 LSG la Bible déclare : « Car la grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes, a été manifestée. 12Elle nous enseigne à renoncer à l’impiété et aux convoitises mondaines, et à vivre dans le siècle présent selon la sagesse, la justice et la piété ».

      Ainsi donc avec l’onction, l’on peut tout de même finir en enfer. Mais avec le fruit de l’esprit en nous, il nous sera difficile de finir loin du paradis. Car le fruit de l’esprit démontre hors de tout doute la présence du Saint-Esprit en nous, mais la manifestation de l’onction démontre simplement que nous étions disponibles pour le service de Dieu, sans être connu intimement de LUI. Je pourrais aussi dire ceci : Les bonnes œuvres nous accompagneront au ciel pour déterminer le niveau de notre récompense, mais c’est la grâce ou la main tendue de Dieu qui nous y fera entrer.

      Que Dieu te bénisse abondamment et encore merci pour ta question.

Write a response

Laisser un commentaire

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close