Search

Sais-tu qui tu es en tant qu’enfant de Dieu ?

PARTAGER L'ARTICLE SUR

Ephésiens 2 : 10 (LSG) « Car nous sommes Son ouvrage, ayant été créés en Jésus-Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions »

Lorsqu’on nous pose les questions, « qui es-tu ? », ou encore « d’où viens-tu ? », en général on répond en donnant nos noms et pays d’origine. Ceux qui ne nous connaissent pas, nous observent pour essayer de desceller notre classification ethnique. C’est un long schéma parfois complexe, surtout si on se met à vouloir retracer l’histoire de nos familles respectives à travers les âges.

Un individu qui ne sait pas qui il est aura généralement du mal à interagir avec ses semblables, vivra sans doute une certaine crise identitaire, cherchant un peuple ou un groupe auquel il pourrait éventuellement se greffer. C’est dans cette mesure qu’il est primordial non seulement de savoir qui l’on est, d’en avoir la ferme conviction pour savoir quelle direction prendre pour notre avenir en ayant cette confiance-là que quoi qui puisse se produire, nous l’affronterons la tête sur les épaules.

Nous ne sommes pas que des enfants de Dieu !

1 Pierre 2 : 9 (LSG) « Vous au contraire, vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de Celui qui vous a appelés des ténèbres à Son admirable lumière. »

Ne nous est-il jamais arrivé de nous minimiser à tel point que même spirituellement parlant, nous en sommes venus à croire que nous ne faisions pas le poids face aux principautés et aux autorités sataniques ? Certains diront que pour un enfant de Dieu ce n’est pas normal, mais le fait est que nous sommes tous particuliers et que nous ne réagissons pas de façon semblable devant les situations qui peuvent survenir dans le fil de nos existences.

Cette peur-là qui nous fait perdre notre confiance en nous, au point de nous désaxer momentanément de notre chemin de sorte à nous décourager, nous l’avons certainement déjà vécue. Pour ma part, je l’ai déjà vécue mais voilà que j’ai appris et vu une vérité insoupçonnée que j’aimerais que nous partagions ensemble.

J’ai appris que, même dans cet état-là, du point de vue surnaturel, avec l’Esprit qui nous accompagne, nous faisons largement le poids face à ces ennemis qui nous voient mais que nous ne voyons pas. Nous sommes et émettons une lumière si flamboyante que les mots me manqueraient pour convenablement la décrire; au point où l’on finit par se rendre compte que la peur n’est là que pour nous brouiller la vue et nous empêcher de constater de façon tangible, la portée spirituelle de notre identité, sa valeur.

Ainsi, nous ne sommes pas que des enfants de Dieu, nous sommes remplis de force, d’amour et de sagesse selon 2 Timothée 1 : 7. Lorsque nous sommes faibles, c’est alors que nous sommes forts selon 2 Corinthiens 12: 10. Nous sommes la tête et non la queue, nous sommes en haut et jamais en bas selon Deutéronome 28 : 13. Et surtout nous devons faire confiance à Dieu et nous abandonner entièrement à Lui, quand Il nous dit de nous fortifier et de prendre courage comme écrit dans Josué 1 : 9. Car il est écrit dans Psaumes 94 : 14 que Dieu n’abandonne pas Son héritage.

Ensemble nous sommes plus forts !

Matthieu 18 : 20 (LSG) « Car là ou deux ou trois sont assemblés en Mon nom, Je suis au milieu d’eux »

1 Jean 1 : 7 (LSG) « Mais si nous marchons dans la lumière, comme Il est Lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement communion, et le sang de Jésus Son Fils nous purifie de tout péché. »

Quand l’on se rend compte de qui l’on est, d’où nous venons et où nous voulons aller, il nous est important et nécessaire de nous rendre compte que nous ne devons surtout pas faire le chemin tout seul, nous isoler, au risque de finir par tomber dans les griffes de l’ennemi. En effet, il nous est souvent arrivé de négliger l’utilité de la communion avec nos frères et sœurs en Christ, voire de minimiser leur appui et soutien, ayant été précédemment blessés ou trop imbus de nous-mêmes pour admettre et reconnaître que nous avions pu avoir tort.

Jésus n’a jamais voulu que nous soyons isolés, mais nous a toujours exhortés à ne faire qu’un, que deux prières et plus valent mieux qu’une seule. Vous n’avez pas idée de la portée spirituelle incommensurable qu’une prière d’ensemble peut avoir. Jusqu’à preuve du contraire, pour évoluer et grandir, l’être humain a toujours eu besoin de l’autre. Ouvrons nos cœurs à ces autres-là avec qui nous progresserons tous dans la foi.

C’est toujours rassurant de savoir qu’en cas de nécessité, nous avons une garnison de soldats de la foi, prêts à venir en renfort dans une bataille que nous avons du mal à achever, c’est toujours encourageant de se sentir soutenus.

Nous faisons largement le poids et surtout, ensemble, certes dans des couloirs distincts, nous achèverons cette course avec gloire. Je t’aime mon ami(e) du bout du monde, pour qui tu es, avec tes plis et tes manquements, car moi aussi je suis comme toi, et unis dans le Seigneur nous vaincrons ! Amen !


PARTAGER L'ARTICLE SUR

1 comment

Write a response

Laisser un commentaire

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close