Search

Y a-t-il une dîme sous le Nouveau Testament ?

PARTAGER L'ARTICLE SUR

Au-delà d’une simple loi donnée au peuple d’Israël, il y a un principe de protection sur nos finances à travers le fait de donner la dîme.

À chaque fois que le monde est victime du chaos économique et financier, le peuple de Dieu expérimente la bénédiction et le renouveau. Nous pouvons le voir par exemple dans la vie d’Isaac lorsqu’il se trouva dans un temps de famine:

Genèse, 26:12 (LSG) « Isaac sema dans ce pays, et il recueillit cette année le centuple; car l`Éternel le bénit. »

La dîme : le parfum de notre adoration.

Hébreux 13:15 (LSG) « Par Lui, offrons sans cesse à Dieu un sacrifice de louange, c’est-à-dire le fruit de lèvres qui confessent Son nom. »

La première référence de la dîme.

La première référence de la dîme se trouve dans Genèse 14:20, lorsque Abraham revint vainqueur d’une bataille contre les rois qui avaient attaqué Sodome et fait prisonnier son neveu Lot. Melchisédech qui était alors sacrificateur du Dieu Très-Haut, vint au-devant de lui avec du pain et du vin. Melchisédech ne faisait pas partie du peuple d’Israël, pourtant il était sacrificateur du Dieu Très-Haut.

Le sacerdoce de Melchisédech différait de celui de la loi, dans le sens où il n’était question que de bénédiction alors que la loi parle de bénédiction et de malédiction.

Genèse 14 :19 (LSG) « Il bénit Abram, et dit : Béni soit Abram par le Dieu Très-Haut, maître du ciel et de la terre! »

C’est en réponse à cette bénédiction qu’Abraham lui a donné la dîme.

En tant que notre Souverain Sacrificateur, Jésus est comparé à Melchisédech car, Il n’était pas descendant de la tribu de Lévi mais de celle de Juda, donc Il ne représentait pas la loi avec ses contraintes, ses malédictions et ses bénédictions, mais seulement la bénédiction et la grâce.

La dîme dans les Évangiles

Luc 11:42 (LSG) « Mais malheur à vous, pharisiens! parce que vous payez la dîme de la menthe, de la rue, et de toutes les herbes, et que vous négligez la justice et l’amour de Dieu : c’est là ce qu`il fallait pratiquer, sans omettre les autres choses. »

Si Jésus faisait des reproches aux pharisiens à propos du paiement de la dîme, c’était à cause de leur attitude orgueilleuse et arrogante. Il ne dit pas malheur à vous parce que vous payez la dîme… Il dit c’est ce qu’il fallait pratiquer sans omettre la justice et l’amour de Dieu. Jésus dit que la justice et l’amour de Dieu doivent nous motiver dans nos actions.

Nous retrouvons cette même idée à une autre occasion, lorsque Jésus dit: « Si donc tu présentes ton offrande à l’autel, et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande devant l`autel, et va d’abord te réconcilier avec ton frère; puis, viens présenter ton offrande. » Matthieu 5:23-24 (LSG)

La justice et l’amour de Dieu ne peuvent pas être remplacés par le paiement de la dîme.

Certaines personnes sont farouchement opposées à la dîme en prétendant que nous sommes sous la grâce et non plus sous la loi. Cependant, Abraham et Melchisédech n’étaient pas sous la loi non plus, pourtant Abraham a donné la dîme à Melchisédech.

Que veut dire dîme ?

La dîme représente un dixième. On pourrait se demander pourquoi pas 20 % ou 30 % ou 50 % ? Quelle est la signification derrière tout cela ?

La dîme, ce sont les prémices

Romains, 11:16(LSG) « Or, si les prémices sont saintes, la masse l’est aussi ; et si la racine est sainte, les branches le sont aussi. »

Ici l’Apôtre Paul parle d’Israël, mais c’est une grande vérité Biblique qui peut s’appliquer à d’autres domaines, notamment celui de la dîme.

Saint, veut dire mis à part, mis sous la protection de Dieu. On peut donc comprendre que si notre dîme est mise à part et offerte à Dieu, toutes nos finances sont mises à part et protégées par Dieu. C’est la conséquence logique de cette loi spirituelle.

Hébreux 7:4 (LSG) « Considérez combien est grand celui auquel le patriarche Abraham donna la dîme du butin. »

Un dixième du butin démontre la grandeur de celui qui a reçu la dîme. La raison principale pour donner la dîme n’est pas de nous enrichir, mais de proclamer la grandeur de Jésus. Cela fait partie de notre adoration. Après Melchisédech, est venu la loi, par laquelle les Lévites devaient prélever la dîme auprès du peuple d’Israël.

Hébreux 7:5 (LSG) « Ceux des fils de Lévi qui exercent le sacerdoce ont, d’après la loi, l’ordre de lever la dîme sur le peuple, c’est-à-dire, sur leurs frères, qui cependant sont issus des reins d’Abraham »

Aujourd’hui, aucune loi n’étant plus, si nous donnons la dîme, c’est à la façon d’Abraham qui la donna à Melchisédech.

Lorsque nous partageons le pain et le vin (Gen.14:18), nous annonçons la mort du Seigneur jusqu’à ce qu’Il vienne. Cependant, lorsque nous donnons notre dîme, nous proclamons que Jésus est vivant (Gen.14:20). Tout ceci fait partie de notre adoration:

Hébreux 7:8 (LSG) « Et ici, ceux qui perçoivent la dîme sont des hommes mortels; mais là, c’est celui dont il est attesté qu’Il est vivant. »

Donner la dîme affectera notre descendance car elle amène une bénédiction sur nous et les nôtres.

Dans l’Ancien Testament, le peuple d’Israël payait la dîme selon la loi de Moïse. Aujourd’hui, nous offrons notre dîme au Seigneur Jésus-Christ notre Souverain Sacrificateur qui est ressuscité d’entre les morts, comme un sacrifice de louange et d’adoration.


PARTAGER L'ARTICLE SUR
Write a response

Laisser un commentaire

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close