Search

Je ne veux pas d’enfant, est-ce grave ?

PARTAGER L'ARTICLE SUR

Dans notre société en constante mutation, malgré tout, nous pouvons constater que la famille tient une place prépondérante dans nos vies. Notre lecture serait qu’elle constitue un fondement vital dans la vie de tout être humain.

Pour certaines personnes, donner naissance à un enfant ou plusieurs, est devenu une norme, une identification sociale dans l’idée d’un objectif de vie précis, qui gravite autour de plusieurs axes de réussites sociales. Pour d’autres personnes, donner naissance est l’accomplissement de leur vie commune, une sorte de consolidation, un élément central qui marque d’un sceau puissant leur amour mutuel. Pour une autre catégorie de personnes encore, avoir un enfant fait partie d’un plan divin, une alliance sacrée avec Dieu à travers une union consacrée.

Plus communément, nous entendons bien souvent dire qu’un enfant est le socle d’une relation entre deux personnes, qu’une naissance renforce les liens d’un couple, ou qu’elle représente le fruit de son épanouissement et de sa longévité, ou encore qu’elle est la consécration par laquelle le couple revendique son statut de famille à part entière.

En premier lieu, il est important de considérer que le fait d’avoir un enfant ou de ne pas en avoir, repose principalement sur la connaissance de ce que nous sommes en tant que personnes sur cette terre. Nous comprenons alors que le désir ou non d’avoir un enfant dépend de qui nous pensons être, de notre situation sociale présente et de quelques autres facteurs.

Est-ce vraiment grave de ne pas vouloir d’enfant ?

Quelle est la raison de ce refus d’enfantement ? Nous sommes-nous posés la question sur les véritables raisons de notre refus d’avoir des enfants ?

Nous pouvons nous retrouver face à plusieurs contextes tels que : l’âge avancé, la peur, les blessures antérieures, la famille, le refus de l’un des époux, notre santé physique ou mentale, la responsabilité d’être parents et que sais-je encore. Dans tous les cas, toutes ces raisons peuvent nous sembler des raisons valables face au refus de donner la vie.  

Pour les chrétiens, il serait intéressant de s’interroger sur ce que nous savons de notre identité et de ce que nous sommes appelés à vivre à travers elle. Selon la Bible, une naissance est un don de Dieu et fait partie intégrante du plan de Dieu. Dans l’Ancien Testament, l’histoire de l’homme dans la Bible commence par un mariage. Puis la Bible nous dit dans Genèse 9:7 (LSG) : « Et vous, soyez féconds et multipliez, répandez-vous sur la terre et multipliez sur elle. »

Selon les principes célestes, nous sommes appelés à remplir la terre, Dieu nous a créés dans ce but et ce n’était pas une demande, mais un ordre. Il y a une continuité.

Dieu aurait pu tout simplement créer d’autres humains par Lui-même, car ayant le pouvoir de le faire, juste après avoir créé l’homme et la femme. Mais Il n’en a créé que 2 uniquement et par cette création Il nous a transmis le pouvoir de faire de même.

Le plan de Dieu est visible à travers nos organes reproducteurs, sinon Il ne nous aurait pas créés ainsi. Dieu a donc ainsi programmé notre corps à donner la vie et intégré volontairement dans notre esprit ce désir profond et palpitant de concevoir.

Nous devons juste prendre conscience que donner la vie est une bénédiction pour nous, et un gage d’obéissance au commandement de Dieu. Le fait de ne pas vouloir d’enfant est une déprogrammation de ce que Dieu a mis en nous.

Ne pas avoir d’enfant VS la joie.

Dans Jean 16:21-22 (LSG), la Bible nous dit: «  La femme, lorsqu’elle enfante, éprouve de la tristesse, parce que son heure est venue ; mais, lorsqu’elle a donné le jour à l’enfant, elle ne se souvient plus de la souffrance, à cause de la joie qu’elle a de ce qu’un homme est né dans le monde. Vous donc aussi, vous êtes maintenant dans la tristesse ; mais je vous reverrai, et votre cœur se réjouira, et nul ne vous ravira votre joie. »

L’apôtre fait un comparatif saisissant entre la joie de l’accouchement et la joie du retour de Christ. Nous pouvons méditer dessus afin de saisir au travers de la Parole l’importance fondamentale d’avoir un enfant.

Le royaume terrestre que Dieu a établi a pour 2e nom: multiplication. Gardons à l’esprit que nous sommes garants de la vie naissante sur la terre. Le cœur de Dieu est comblé de joie lors d’une nouvelle naissance et de par là même, notre nouveau statut de parents.

Alors que dois-je faire ?

Être chrétiens nous demande indéniablement d’obéir aux ordonnances de Dieu. Désirer ou non un enfant relève donc plutôt de notre relation avec le Saint-Esprit que de notre état physique ou émotionnel face à cette situation. Rappelons-nous qu’« Impossible » n’est pas notre Dieu. Son désir sera toujours de nous combler de toutes les manières possibles et justes.

Si nous nous en remettons à Lui, Il nous guidera assurément vers le bon chemin où, Lui-même nous demande de lui faire confiance en nous soumettant à Son unique volonté dans nos choix. Cela fait partie du package céleste, pour vivre une vie glorieuse sur cette terre.

Je prie que par notre obéissance, la bénédiction de Dieu soit constamment sur nos vies au nom puissant de Jésus.

Prière : Seigneur je ne désire pas avoir d’enfant parce que (citez la raison ou les raisons), mais je désire par-dessus tout T’obéir Seigneur. Alors je Te supplie de me faire connaître Ta volonté pour ma vie et Te promets de m’y soumettre au nom puissant de Jésus. Amen.


PARTAGER L'ARTICLE SUR
Write a response

Laisser un commentaire

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close
Fermer
S'ABONNER À NOTRE NEWSLETTER
RESTEZ CONNECTÉS!
Recevez dans votre boîte email l'exhortation du jour, la prière du matin ainsi que les nouveaux articles publiés.