Search

Une leçon de vie.

PARTAGER L'ARTICLE SUR

Shalom bien-aimé, j’espère que tu vas bien. Aujourd’hui, je vais partager un témoignage avec toi. Un témoignage pour dire combien Dieu peut nous parler à travers chaque situation de notre vie, et combien il nous est important d’être à Son écoute. Mon désir, c’est qu’à travers celui-ci tout comme moi tu puisses retenir une leçon de vie.

Voilà, il y a peu j’étais avec mes parents et je les aidais à faire de la peinture. Enfin, au départ je pensais que nous allions peindre, jusqu’à ce que mon papa me dise que comme la surface à peindre est en métal, il fallait au préalable passer de l’acide afin d’éviter une éventuelle rouille par la suite ! Je me suis dis:  » Oula…du travail supplémentaire pas prévu au programme. Comment va-t-on s’en sortir ? ”

Bref, afin que tu comprennes bien l’histoire, je t’explique. C’est comme si tu faisais la vaisselle: il y a du gras sur l’assiette, tu passes du savon puis tu rinces. Pour cette surface, le principe est exactement le même. La surface comporte du gras qui sera retiré grâce à l’acide puis on rince à l’eau afin que l’acide ne détériore pas la matière. Une fois le produit passé à l’aide de pinceaux, vient donc le temps du rinçage. Et c’est cette étape qui a été pour moi riche en enseignement. Tu verras par la suite pour quelles raisons.

Donc concentrons-nous sur le temps du rinçage maintenant. Mon père tient le tuyau d’arrosage dans sa main et ma mère de son côté ouvre l’eau. Moi je continuais d’appliquer le produit sur une autre surface. Toutefois, ma mère constate qu’il y a une fuite dans le tuyau. Wouaw, le problème se révèle plus important que cela car le tuyau est branché à l’intérieur de la maison ! L’eau  commence alors à couler sur le carrelage. Catastrophe !

Voyant ma mère au sol essayant de boucher le trou, je lui demande de me laisser la main. Je me retrouve alors à quatre pattes au sol en train de cautériser le trou avec mon pouce puis mon index, puis ma paume de main. Tantôt un pouce au-dessus de l’autre pour limiter la douleur, d’autres instants je passe accroupi, puis avec chaussures et ensuite sans… Je t’épargne les détails, une véritable gymnastique, voire même une danse pour parvenir à tenir la position, qui, crois-moi fut douloureuse.

A un moment je dis: »Seigneur il faut que tu m’enseignes quelque chose de cette situation! ». Et seulement à cet instant précis mes yeux se sont ouverts. Oui, car le reste du temps finalement je souffrais sur le sol, je me demandais quand est-ce que la fin de ce moment arriverait. Il a répondu favorablement à ma détresse et ma joie fut grande de voir que Dieu a transformé ma peine du moment en un instant d’apprentissage.

Malachie 3:20 (LSG) Mais pour vous qui craignez Mon nom le soleil de justice se lèvera, et la guérison sera dans ses rayons. Vous sortirez en bondissant comme les veaux d’une étable.

Première leçon.

Oh oui, tu as hâte de savoir ce que Dieu m’a enseigné, les leçons qu’Il m’a permis de comprendre. Alors je ne vais pas dire que ce sont des éléments que je ne connaissais pas au préalable mais plutôt, c’est comme si Dieu m’a donné une image, une parabole pour illustrer un enseignement connu. Bien allons-y pour la première image.

Dans cette première image, il faut voir le tuyau d’arrosage comme étant notre vie. L’embranchement au robinet comme étant la source, autrement dit le début de notre vie sur terre et à l’opposé, le bout de l’arrosoir, où l’eau se déverse, représente l’aujourd’hui, le maintenant.

Parfois nous avons des blessures dans la vie et ces blessures nous pouvons ne pas en avoir conscience. Elles prennent vie lorsque nous sommes face à une situation qui l’expose. Car tant que le tuyau de l’arrosoir était dans l’herbe, cela ne posait pas de problème, personne ne voyait qu’il y avait la fuite. Néanmoins, une fois mise sur le carrelage, la fuite était visible car l’eau n’était plus absorbée par la terre mais stagnait à présent sur le sol. Et moi je devais faire l’essuie-glace à quatre pattes sur le sol, avec ma main pour essayer tant bien que mal d’évacuer l’eau hors de la maison tout en maintenant le tuyau au niveau de sa fissure.

Et parfois c’est exactement ce que nous faisons, en nous rendant compte que nous sommes blessés, nous essayons par nos propres forces et moyens de colmater la brèche et de faire disparaître les conséquences. Mais cela ne fonctionnera pas car même en ayant essayé d’appuyer le plus fort que possible ou encore d’attacher du plastique, rien à faire, l’eau coulait à petit filet mais coulait tout de même.

Une phrase qui m’a marqué dans cet instant c’est lorsque mon père s’est exprimé et a dit: « je vais devoir racheter un nouveau tuyau » et pourtant mon père en connaît des solutions. Sa phrase m’a interpellé, car j’ai ainsi pensé: « Si mon père dit qu’il faut acheter un nouveau tuyau, c’est qu’il n’y a plus aucune solution à ce problème !»

Parfois il faut laisser Dieu nous restaurer, car Lui seul peut trouver la solution au problème ! Nous de nos propres forces, ou avec notre intelligence, nous ne parviendrons pas à résoudre la situation. Mais Dieu ? Lui le peut !

Psaumes 147:3 (LSG) Il guérit ceux qui ont le cœur brisé et panse leurs blessures.

Seconde leçon.

Nous sommes le canal de Christ et le tuyau représente ce canal. Le robinet c’est la source à savoir Dieu et la fin du tuyau c’est nous. Si nous avons des blessures non guéries alors que Dieu souhaite nous utiliser pour Son œuvre, il nous sera difficile de faire rejaillir les dons, les messages, que Dieu donne dans son entièreté puisqu’il y aura eu fuite.

De plus, lorsqu’il y a fuite la pression à la sortie n’est plus la même. Donc l’impact que tu devrais avoir n’est pas le même si tu ne guéris pas de tes blessures passées voire même actuelles ! Je ne dis pas de ne rien faire pour le Royaume tant que tu n’es pas guéri, mais il faut faire attention car une personne blessée en blesse une autre à son tour et ainsi de suite.

Soyons de ceux qui construisent et non de ceux qui détruisent ! Dans la sagesse parfois il est préférable de patienter d’être restauré. Car le lieu où Dieu nous attend premièrement, c’est dans l’intimité et pas dans les activités. 

Proverbes 17:22 (LSG): Un cœur joyeux est un bon remède, mais un esprit abattu dessèche les os.

Que nous puissions demander à Dieu de nous révéler nos blessures afin qu’une œuvre de restauration puisse être entamée dans nos cœurs, nos corps, nos pensées, notre mentalité, nos raisonnements, nos activités, notre ministère.

Sois ce canal restauré afin de pouvoir déverser pleinement le potentiel qui sommeille en toi et que Dieu a soigneusement déposé ! Que ce verset soit ta prière de foi aujourd’hui !

Jérémie 17:14 (LSG) Guéris-moi, Éternel, et je serai guéri ! Sauve-moi et je serai sauvé, car tu es le sujet de ma louange.

Je t’écris avec amour.


PARTAGER L'ARTICLE SUR

2 comments

    1. Je te remercie Daniel, je crois qu’Il le fait et qu’Il le fera encore.
      Que tu sois encouragé et renouvelé à travers cet article et les autres.

Write a response

Laisser un commentaire

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close