Search

Deux choses que m’ont enseignées deux veuves

Nous avons appris qu’il faut travailler dure pour réussir dans la vie. On s’est même habitué à des expressions du genre : « un garçon doit se battre pour réussir » ; « seul le travail paie » ; « la vie est dur » ; « quand c’est dur, seuls les durs avancent » ; « homme mangera à la sueur de son front » Nous avons bâti à partir de ces croyances des systèmes de pensées profondément enfouis en nous. Conséquence, nous avons fini par accepter que la réussite ne s’obtienne qu’au bout d’efforts acharnés.

Cependant, les résultats que nous obtenons dans la vie ne sont pas toujours corrélés aux efforts investis. Parfois nous faisons peu et obtenons des résultats importants. A d’autres moments, nous semons d’énormes efforts pour récolter qu’un maigre résultat. Tout dépend de la phase du cycle dans lequel nous nous trouvons et de notre niveau de compréhension des lois spirituelles.

Les deux phases de toute chose

Il existe dans la vie de chaque personne deux phases qui se suivent sans jamais se confondre, tout en continuant de se répliquer. La première phase dont j’aimerais te parler est la « Transition ». Elle est comparable à l’enfance de toute chose. Dans cette phase, l’enfant vit par perfusion. Il profite de la maison de ses parents et de toutes les commodités qui vont avec. Il n’a pas vraiment besoin de fournir d’énormes efforts pour obtenir ce dont il a besoin.

Lorsqu’Israël était en transition entre l’Egypte et la terre promise, le peuple a expérimenté les principes de la phase de transition. Ils se contentaient de ramasser chaque matin de la manne qui tombait du ciel. Ils n’avaient besoins que de sortir de leur maison et la bouffe était là. Puis ils reçurent des cailles comme aliments. Là encore, ils n’avaient pas à élever ces oiseaux. Le soir venu, ils en trouvaient dans le camp. Sauf que cette fois, ils devaient au préalable courir après leur repas, le capturer, le cuire avant de se nourrir. Le niveau de difficulté augmentait au fur et à mesure qu’ils avançaient. De même, quand nous nous lançons dans une activité, une chose nouvelle, elle passe aussi par l’étape de l’enfance et grandit au fur et à mesure.

Bien des fois, ils ont été tentés d’abandonner et de rebrousser chemin, croyant que la présence de difficulté était signe d’une absence de Dieu à leur côté. Puis, ils apprirent à composer avec les réalités de cette nouvelle vie. Ils commencèrent à s’y plaire au point de prendre la transition pour la destination. Erreur fatale ! Ils finirent par passer quarante ans dans un désert qu’ils devraient traverser en onze jours seulement. Mais Pourquoi est-il dangereux de demeurer dans la transition ?

Comprendre les phases de transition

Ruth la moabite en transition de sa vie de veuve à celle d’épouse a eu à glaner comme une mendiante des épis dans des champs qui lui étaient destinés. Elle récoltât des fruits d’un champ qu’elle n’avait pas semé, se reposa dans une maison qu’elle n’avait pas construite, puis finit par devenir maîtresse de cette maison.

Ce que je ne t’ai pas encore dit concernant la vie Ruth, c’est qu’elle avait à un moment commencé à se plaire elle aussi dans la vie de glaneuse. La raison est simple; Boaz le propriétaire des plantations avait demandé en secret à ses ouvriers de laisser derrière eux expressément plus d’épis pour faciliter la tâche à Ruth. Voici notre très chère Ruth qui était venue pour chercher une poignée d’épis qui rentrait chez elle avec un panier tout plein: la perfusion de la phase de transition.

Si tu ne connais pas cette histoire, je te recommande de la lire dans le livre biblique qui porte son nom. C’est un petit livre de quatre chapitres très passionnant.

Ruth avait commencé à commettre l’erreur que la plupart des personnes commettent pendant la phase de transition. Elles s’habituent au système de perfusion que constitue le salaire mensuel, les aides sociales, les ressources des parents… n’osant pas risquer le confort de la zone de transition pour leur véritable position.

Combien sont-elles ces personnes qui étaient destinées à être déployées comme PDG mais qui sont employées comme de petits ouvriers ? Comment sont-elles ces personnes qui devaient voyager dans leurs propres jets mais qui sont restées dans la voiture de transition ? Que dire de ces champions nationaux qui ne sont restés que nationaux ? « La Transition n’est pas la Position » !

Savoir vivre la transition

Un soir, Naomi attira l’attention de Ruth sur cet état de fait. Elle lui dit : « ma fille Ruth, tu as toujours été fidèle et bonne envers moi, ta vielle belle-mère que je suis. Aussi, il faudrait que je t’apprenne quelque chose. Si tu continues comme tu as toujours fais, tu vas continuer à glaner dans cette ferme qui vraisemblablement devrait t’appartenir ».

La Position est ta destination. La Transition est là juste pour nous préparer pour la position. On n’y construit pas des demeures mais seulement des tentes. On ne s’y attarde pas on la traverse. On ne s’y plait pas, on n’en apprend des choses pour le prochain niveau. Une fois qu’on parvient à la Position, elle devient transitoire à son tour. Il existe toujours un niveau plus élevé.

Naomi puisa dans sa riche expérience d’épouse des nouvelles façons de faire les choses, qui propulsèrent Ruth de la Transition à la Position d’épouse de Boaz et donc copropriétaire de ses biens. J’aime cette partie du récit particulièrement pour la précision des indications que Naomi donne à Ruth afin d’en arriver à ce résultat. Tel un mentor, elle est là, conseille, encourage et ne se relâche point jusqu’à ce que les résultats soient visibles.

Peut-être as-tu besoin d’identifier ta Naomi ? Peut-être as-tu besoin de simplement écouter ta Naomi ? Peut-être as-tu simplement besoin de commencer aujourd’hui à avoir le courage de quitter la transition pour posséder ta Position. Dans tous les cas, tu peux faire toujours plus et être plus que ce que tu es aujourd’hui.

Sois béni !

2 comments

    1. La transition est une période située entre deux positions. C’est la période de calibage entre une position inférieur et le niveau suivant.

      Lorsque les choses deviennent de plus en plus faciles, routinières, l’exécution des tâches machinales, cela signe que nous avons maîtrisé ce niveau. Cette position n’a plus rien à nous apprendre.

      En ce moment, la position doit être abandonné pour des challenges et défis plus élevés. Il faut commencer à travailler pour la prochaine dimension.

      La transition est donc le temps d’adaptation d’apprentissage de nouveaux principes, d’acquisition de nouvelles compétences, d’établissement de nouvelles connexions… Jusqu’à ce qu’on est atteint la maîtrise de ce niveau, que l’on va ensuite délaissé pour une nouvelle transition et une position plus élevé.

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close