Search

Comment vaincre le doute ?

Le doute est un sentiment qui résulte d’une incertitude, d’un état d’esprit qui s’interroge sur la possibilité d’existence ou de réalisation d’un fait, ce qui conduit à l’hésitation sur la conduite à tenir ou encore à la suspension du jugement entre deux propositions contradictoires. On en vient alors à contester l’authenticité, la valeur d’un fait, une action, une parole donnée.

Pourquoi est-ce si difficile de croire ? Ou plutôt pourquoi est-ce si facile de douter ?

1. On doute lorsqu’on se concentre sur ce que l’on voit

Le doute survient généralement lorsqu’on ne croit pas à ce que Dieu a dit; le temps passe et on est incertain de l’avenir. Considérons un instant l’attitude de Sara à l’annonce de la bonne nouvelle:

Genèse 18 :13 (LSG) « L’Éternel dit a Abraham: Pourquoi donc Sara a-t-elle ri, en disant: Est-ce que vraiment j’aurais un enfant, moi qui suis vieille? »

Ce rire était un rire d’incrédulité, car elle regardait aux circonstances, à la réalité, au fait qu’elle et son mari étaient vieux et avancés en âge et qu’elle avait déjà dépassé depuis longtemps l’âge de la ménopause. C’est de cette façon aussi que les circonstances de la vie, tellement elles sont contraires aux promesses de Dieu, qu’elles nous amènent à douter, de sorte qu’il devient beaucoup plus facile de croire à ce que l’on voit. De plus, on se demande comment Il le fera, comment Il procédera pour nous exaucer. On a beaucoup de peine à recevoir les promesses, en particulier lorsque la dure réalité nous frappe de plein fouet.

Et pourtant la réalité n’est pas la vérité.

2. On doute lorsqu’on est irrésolu et inconstant

Jacques 1:6-8 (LSG) Mais qu’il l’a demande avec foi, sans douter; car celui qui doute est semblable au flot de la mer, agité par le vent et poussé de côté et d’autre. Qu’un tel homme ne s’imagine pas qu’il recevra quelque chose du Seigneur: c’est un homme irrésolu, inconstant dans toutes ses voies. »

L’inconstance traduira donc ici l’état d’un homme qui n’est pas soumis aux principes divin, et donc à la Parole de Dieu. Il n’est pas ferme dans ses voies, c’est pour cela que sa foi et sa fermeté varient au gré des circonstances. Aussi, lorsque tout va bien, il est confiant et serein, mais dès lors que les choses semblent se gâter et aller contre ce que Dieu lui avait promis, il devient incrédule et dubitatif.

3. Le manque de droiture de cœur

Habacuc 2:3-4 (LSG) « Car c’est une prophétie dont le temps est déjà fixé, elle marche vers son terme, et elle ne mentira pas; si elle tarde, attends-la, car elle s’accomplira, elle s’accomplira certainement. Voici, son âme s’est enflée, elle n’est pas droite en lui; mais le juste vivra par sa foi. »

La version Louis Segond 1910 dit « Voici, son âme s’est enflée, elle n’est pas droite en lui… » ; Parole de vie dira « Celui qui a de mauvaises intentions, perd ses forces… » Et la traduction œcuménique de la bible 2010 dira « Le voici plein d’orgueil, il ignore la droiture… »

Ainsi, celui dont le cœur n’est pas droit ne peut avoir la foi. Qu’est-ce qu’un cœur droit ?

La promesse dont il est question dans le livre d’Habacuc est une vérité entièrement étrangère aux orgueilleux qui manquent de droiture, allusion faite sans doute au Chaldéen que ce passage vise directement. Mais il est aussi applicable à toute âme qui se trouve dans les mêmes conditions que lui. L’orgueil de l’homme est incapable de comprendre les pensées de Dieu ; elles ne sont révélées qu’aux hommes de foi, ceux qui ont le cœur droit.

Le cœur droit ce n’est en aucun cas celui qui est bon car comme Jésus l’a si bien souligné dans Matthieu 19 :17, Dieu est le seul à être bon. Ce n’est non plus celui qui marche dans la justice selon l’homme, la propre justice et la justification car « Nous sommes tous comme des impurs, Et toute notre justice est comme un vêtement souillé; nous sommes tous flétris comme une feuille, et nos crimes nous emportent comme le vent. » Ésaïe 64 :5 LSG.

Romains 4:4 (LSG) « Or, à celui qui fait une œuvre, le salaire est imputé, non comme une grâce, mais comme une chose due;»

Cette propre justice nous amènera donc à voir l’accomplissement des promesses et l’exaucement des prières comme un dû, un mérite, un salaire et non pas comme une grâce.

Mais la droiture de cœur selon Dieu sera donc plutôt celle d’un pécheur perdu et imparfait qui sait qu’il a besoin de Dieu. La vraie piété se retrouvera donc vers cette personne qui sait qu’elle dépend de Dieu et reconnaît que sans Lui elle ne peut rien faire (Jean 15 :5). Aussi cette dernière reconnaîtra alors qu’elle ne mérite rien, mais s’appuie sur sa foi et donc sur la grâce de Dieu, pour tout ce qu’elle demande et attend comme accomplissement.

Romains 4:13-14 (LSG) « En effet, ce n’est pas par la loi que l’héritage du monde a été promis à Abraham ou à sa postérité, c’est par la justice de la foi. Car, si les héritiers le sont par la loi, la foi est vaine, et la promesse est anéantie,»

En revenant à la suite du passage de Hébreux 11 : 6, on comprend alors aisément que Dieu récompense non pas ceux-là qui pensent être justes à leurs propres yeux et donc méritent les promesses de Dieu, mais plutôt ceux qui puisent leur force chaque jour dans leur marche avec Dieu, s’abreuvant chaque jour de cette eau de vie comme cette brebis assoiffée, car elle sait que sans cette eau, elle ne pourra vivre. C’est de cette justice de la foi dont il est question.

Romains 4:1-3 LSG) « Que dirons-nous donc qu’Abraham, notre père, a obtenu selon la chair? Si Abraham a été justifié par les œuvres, il a sujet de se glorifier, mais non devant Dieu. Car que dit l’Écriture? Abraham crut à Dieu, et cela lui fut impute à justice. »

En résumé, le doute ne sera vaincu que lorsque :

  • Nous ne marcherons plus par la vue, lorsqu’on ne tiendra plus la réalité pour la vérité. Et, sans faiblir dans la foi, il ne considéra point que son corps était déjà usé, puisqu’il avait près de cent ans, et que Sara n’était plus en état d’avoir des enfants (Romains 4:19 ).
  • Nous ne serons plus inconstants dans l’exercice de notre foi. Il ne douta point, par incrédulités, au sujet de la promesse de Dieu; mais il fut fortifié par la foi, donnant gloire à Dieu (Romains 4:20).
  • Enfin nous reconnaîtrons que nous ne méritons rien par nos œuvres, mais c’est plutôt une grâce que Dieu nous faite, qui ne dépend absolument pas de nos œuvres. Cela n’annule pas bien sûr que nous devons continuer de marcher dans l’amour, l’obéissance et la persévérance (Romains 4:21).

1 comment

  1. Je suis vraiment édifié quant au doute à la fin de la lecture de cet article. Puisse l’Éternel fortifier ma foi afin de vivre de sa vie…

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close