Search

Être un « grand » serviteur de Dieu : Qu’est-ce que c’est ?

Selon le dictionnaire, être « grand » signifie être célèbre ou être doté d’une réputation positive, qui mérite l’admiration. Être « petit » par contre est synonyme de jeune, d’insignifiant, de mesquin ou encore de médiocre. La plupart des hommes évaluent la grandeur d’un individu en fonction du succès que celui-ci a dans un domaine donné.

Dans le monde chrétien, cette conception n’est pas aussi différente de celle du commun des mortels car dans le domaine du ministère, l’on considère un pasteur comme un « grand homme » de Dieu quand celui-ci est célèbre, quand il arrive à construire une « Méga Church » c’est-à-dire une grande église comptant des milliers de fidèles, à implanter un bon nombre d’églises dans le monde entier, à écrire des livres à succès, à opérer avec une onction de puissance, ou encore quand celui-ci est compté parmi les ministres de Dieu prospères financièrement.

Pour être honnête, le vocable « petit » serviteur de Dieu n’est quasiment jamais employé dans l’église à moins que l’on fasse allusion à un novice dans le ministère de la Parole. Le contraire de « grand » serviteur de Dieu serait plutôt « serviteur ordinaire ». Cependant, comment Dieu évalue-t-il la grandeur d’un serviteur de Dieu ?

Matthieu 11. 11 (LSG) : « Je vous le dis en vérité, parmi ceux qui sont nés de femme, il n’en a point paru de plus grand que Jean Baptiste. Cependant, le plus petit dans le royaume des cieux est plus grand que lui ».

Le Seigneur Jésus en faisant cette déclaration a surement suscité de nombreuses interrogations auprès de Ses auditeurs, car pour ceux de cette époque, Moïse fut sans doute celui qui pouvait être le plus grand des serviteurs de Dieu. En effet, il avait promulgué une loi qui porte jusqu’à ce jour son nom (la loi de Moïse), il avait un ministère de puissance puisqu’il sortit le peuple d’Israël d’Egypte avec des signes et des prodiges. Moïse est aussi celui qui restera dans les mémoires collectives comme l’homme qui parlait avec l’Eternel comme un homme parle à son ami (Exode 33.11). En deuxième position du classement des « grands serviteurs » de Dieu on pourrait citer Elie, le Thischbite qui décréta qu’il n’y aura ni pluie, ni rosée, durant trois ans, qui défia à lui seul l’armée du roi Achab, son épouse Jézabel ainsi que 450 prophètes de Baal et qui ne mourut point, puisqu’il fut enlevé.

Mais pour le Seigneur Jésus, Jean Baptiste serait plus grand que ces deux illustres personnages ? Pourquoi donc ? Et à quoi Jésus pouvait-Il considérer Jean Baptiste comme le plus grand alors qu’il n’avait opéré aucun miracle ? Par cette déclaration « fracassante » de Jésus, nous pouvons croire que certaines personnes sont des célébrités sur terre tout en étant de parfaits inconnus au ciel. Et que d’autres peuvent être des parfaits inconnus sur terre alors qu’ils sont des célébrités dans le ciel.

Premièrement, nous découvrons que la grandeur de Jean Baptiste est d’abord évaluée par rapport à son message :

Mathieu 3. 2 (LSG) : « Il disait : repentez-vous, car le royaume des cieux est proche »

Jean Baptiste prêchait le baptême de la repentance, pour la rémission des péchés et tout le pays de Judée et tous les habitants de Jérusalem se rendaient auprès de lui et confessaient leurs péchés. Jean Baptiste était donc un « gagneur d’âmes » et son message était identique à celui du Seigneur.

Mathieu 4. 17 (LSG) : « Dès ce moment Jésus commença à prêcher, et à dire : Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche »

Deuxièmement, la grandeur de Jean Baptiste est évaluée sur la base de son humilité, comme nous pouvons le voir en lisant jean 3.30 (LSG) : « il faut qu’Il croisse, et que je diminue ».

Jean baptiste faisait cette déclaration alors que ses disciples vinrent le trouver pour lui dire que Jésus-Christ était en train de baptiser et que tous allaient à Lui. Jean Baptiste ne voyait pas la renommée de Jésus comme un motif de rivalité mais il s’humilia en reconnaissant que Jésus était bien plus grand que lui. On peut ainsi voir que Jean Baptiste était le « précurseur » de Jésus-Christ, un serviteur de Dieu qui faisait tout pour la gloire de Dieu.  Enfin, la grandeur de Jean Baptiste est évaluée par rapport à sa révélation de la personne de Jésus-Christ.

Jean 1. 29 – 30 (LSG) : « Le lendemain, il vit Jésus venant à lui, et il dit : voici l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde. C’est celui dont j’ai dit : Apres moi vient un homme qui m’a précédé, car Il était avant moi »

Les prophètes et les patriarches n’avaient qu’une vague révélation de la personne de Jésus alors que Jean Baptiste est celui qui Le présente non pas seulement comme le « Messie » mais comme l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde. Ceux qui ont le plus haut niveau spirituel sont ceux qui connaissent Christ et qui ont une certaine révélation de Lui.

1 Jean 2. 14 (LSG) « Je vous ai écrit, pères, parce que vous avez connu Celui qui est dès le commencement… »

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Your custom text © Copyright 2018. All rights reserved.
Close